Mutinérie des forces spéciales: Contrairement aux déclarations officielles, les mutins n’ont aucunément demandé pardon

Mutinérie des forces spéciales: Contrairement aux déclarations officielles, les mutins n’ont aucunément demandé pardon

Dans un communiqué signé par le chef d’Etat-major Général des Armées, le général de Division Sékou Touré, les soldats des forces speciales auraient exprimé leur regret devant leur hiérarchie et «présenté des excuses à la nation et au Président de la République, chef Suprême des Armées à qui ils demandent la clémence pour leur attitude. Ils en ont profité pour réaffirmer leur attachement et leur fidélité aux institutions de la République».

En fois de quoi, le chef d’Etat-major Général rassurerait les populations sur la fin de ces manifestations et exprime le regret de ceux qui en ont été les auteurs.

EBURNIENEWS.NET est allé aux nouvelles pour être situé sur ce revirement de situation venant d’hommes en armes qui ont juré d’aller jusqu’au bout de leur action afin de s’assurer que leurs révendications soient satisfaites. Les information en notre disposition permet d’infirmer l’affirmation du chef d’Etat-major Général Sékou Touré selon laquelle la mutinérie a pris fin.

En effet, s’il est vrai que Alassane Dramane Ouattara a accédé à l’ensemble des revendications posées par les éléments des Forces speciales, ceux-ci ne sont pas encore rentrés en casernes. Certains occupent toujours des espaces à Assinie, pas très loin d’Adiaké. Et une source militaire nous a confirmé que les mutinés n’ont aucunément présenté de pardon à qui que ce soit. Au contraire, nous informe notre source, les soldats des forces speciales campent avec fermeté sur leurs revendications de 17 millions par soldat. Ils attendent que les promesses qui leur ont été faites soient exécuté à la date convenue.

Pour rappel, les militaires issus des forces spéciales ont lancé par des tirs sporadiques, un mouvement de protestation à Adiaké, pour exiger le paiement d’une prime individuelle de 17 millions Fcfa. Ces forces spéciales ont menacé de « continuer » leur mouvement jusqu’à la « satisfaction » de leur revendication, invitant les autres soldats à les «rejoindre». Les mutins avaient dans un premier temps donné au gouvernement ivoirien ju’a hier Jeudi 9 févier à minuit pour satisfaire à leurs exigences.

Eburnienews.net

 

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE