Mutineries en Côte d’Ivoire : Ce que le Nigeria voulait faire pour Ouattara

Mutineries en Côte d’Ivoire : Ce que le Nigeria voulait faire pour Ouattara

48 heures après le retour à la normalité, à la suite de la mutinerie de 8.400 soldats ivoiriens, les langues se délient et l’on apprend que les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), « s‘étaient préparés au pire ». Le Nigeria, particulièrement, s’était préparé à condamner « en des termes forts la révolte des soldats et à les inviter à regagner leurs casernes », explique Africanews.

Selon un communiqué rendu public ce mercredi 17 mai, par le bureau de la présidence nigériane, des actions avaient été entamées par le gouvernement de ce pays pour le retour de la stabilité en Côte d’Ivoire.

Dans ce communiqué, le président par intérim du Nigeria, le vice-président Yemi Osinbanjo, a condamné sans jouer avec les mots la mutinerie des soldats ivoiriens tout en les invitant à regagner leurs casernes.

Il a également manifesté son soutien “inébranlable” au gouvernement ivoirien et sollicité « le soutien des Ivoiriens dans la recherche de solutions pour mettre fin à ces mutineries ».

Le président par intérim du Nigéria avait par ailleurs, contacté le lundi 15 mai par téléphone la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, afin de réfléchir sur « d‘éventuelles solutions pacifiques en cas de persistance des mouvements », révèle Africanews.

Toutefois, le Nigeria n’a pas eu besoin de faire plus d’efforts d’autant plus que la crise ivoirienne s’est estompée ce mardi 16 mai avec le retour dans les casernes des militaires après la décision du gouvernement ivoirien de payer leurs primes.

Ce mercredi 17 mai, une importante délégation de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a été reçue par le Président ivoirien, Alassane Ouattara. Au cœur de l’entretien, le soutien de l’institution monétaire au gouvernement ivoirien.

Le dernier bilan de la récente mutinerie en Côte d’Ivoire fait état de quatre morts et de 9 blessés selon le gouvernement ivoirien.

Kouamé L-Ph Arnaud KOUAKOU

Source: Burkina24

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE