Non respect de la constitution: Ouattara fait des émules

Non respect de la constitution: Ouattara fait des émules

Tel un gourou, qui a la capacité de mettre dans la tête de ses partisans, des idées suicidaires, terroristes ou autres, Alassane Dramane Ouattara est en train d’enseigner aux Ivoiriens le non respect de la loi. Ouattara sait pertinemment qu’aux termes de l’article 35 de la Constitution du 23 juillet 2000, il n’est pas éligible.

Pour prendre part à la présidentielle de 2010, il a fallu qu’il fût repêché exceptionnellement pour la présidentielle de 2005 par le Président Laurent Gbagbo. Et ce, au moyen de l’article 48 de la même loi fondamentale parce que le pays était divisé en deux par la rébellion du même Ouattara. Mais l’exception de 2005 ayant expiré sans que la Constitution ne soit révisée, l’arrêt de la Cour suprême alors dirigée par son président Tia Koné pèse toujours sur Alassane Dramane Ouattara, inéligible.

Mais le président du Rassemblement des républicains joue les « gros bras », en forçant sa candidature à la présidentielle de 2015. La Coalition national pour changement (CNC) ne cesse de le ramener à l’ordre, en vain. D’autres partis politiques dont le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) exigent une transition pour aplanir tous les différends liés à la présidentielle. Mais Ouattara ne veut pas entendre raison, persuadé qu’avec la force brutale qui l’a porté au pouvoir, il parviendra à s’imposer.

Résultat : sur les 33 candidatures enregistrées par la Commission électorale indépendante (CEI), moins de la moitié sont complètes. Si certains candidats n’ont pas versé les 20 millions exigés, d’autres n’ont même pas atteint 40 ans. Tels que ces deux étudiants candidats à la présidentielle, l’un avec 28 ans et l’autres, 30 ans. Mais à part même ce critère d’âge, beaucoup de pièces manquent aux dossiers de bien de candidats.

A bien y réfléchir, ces candidats « sans papier » ou aux dossiers incomplets, ne sont pas en quête de publicité. Ni des plaisantins. Ce sont des émules d’Alassane Dramane Ouattara dans le non respect de la loi. Le mépris de la Constitution que le peuple ivoirien s’est librement dotée. L’adage selon lequel le poisson pourrit par la tête, serait-il anachronique ? Non ! Il est vivement d’actualité.

C’est Alassane Dramane Ouattara et son épouse Dominique, qui ont introduit la violence politique en Côte d’Ivoire. La culture de rébellion et de coup d’Etat n’est pas ivoirienne. Elle est née avec l’intrusion de cet homme dans le microcosme politique ivoirien et la naissance du RDR, son parti.

Au regard du témoignage du rebelle Koné Zakaria, la rébellion des Forces Nouvelles alors dirigée par Soro Guillaume, est une force militaire de Ouattara pour le porter au pouvoir. Or, un rebelle ou promoteur de rébellions est par nature un déviationniste, ennemi de la loi. C’est par la force que Ouattara a divisé et pillé la Côte d’Ivoire pendant plus de huit ans. C’est par la force qu’il a imposé des ministres illettrés aux gouvernements de Laurent Gbagbo.

C’est par la force qu’il a fait de l’étudiant Soro Guillaume Premier ministre de Côte d’Ivoire, ensuite Président de l’Assemblée nationale. C’est par la force qu’il a pris le pouvoir le 11 avril 2011. C’est par la force qu’il a inondé l’armée nationale, la gendarmerie, la douane et l’Administration ivoirienne de ses partisans dont de nombreux étrangers. C’est par la force qu’il veut aller à la présidentielle 2015, malgré l’opposition de la Constitution.

Or, la jeunesse observe tout cela. Et des gens se demandent à quoi cela servirait de faire de grandes études, si avec la violence ou les armes, on peut rapidement devenir ministre, chef de l’Etat ou simplement « quelqu’un » dans la société. Ou encore pourquoi ne pas faire comme Ouattara, en déposant sa candidature à la présidentielle, sachant bien qu’ils ne remplissent pas les conditions ? Si Ouattara qui ne réunit pas les critères d’éligibilité, est dans la course, et se dit persuadé que son dossier sera validé par le Conseil constitutionnel, pourquoi pas eux ?

Voilà donc pourquoi beaucoup de candidatures sont à dessein incomplètes, donnant le sentiment de l’anarchie. Ouattara fait des émules. Malheureusement dans le mauvais sens. Il est en train de tuer les valeurs fondamentales nécessaires à la conscience nationale et au développement d’un peuple. On comprend donc difficilement que l’étudiant candidat Yobo, 30 ans, soit menacé de mort, pour avoir déposé sa candidature, alors qu’il n’est pas éligible. Ne fait-il pas comme Ouattara ?

Quand un homme politique viole constamment la loi, il invite implicitement les citoyens à agir comme lui. Un tel homme, doit être écarté du jeu politique. Il y va de l’image même du peuple.

Suzanne Gahé, pour eburnienews.net

About admin

One comment

  1. Dramane Wattra sait également que c’est sur décret que M. Gbagbo l’a rendu éligible. Donc.Donc pour un temps et dans une limite légale précise. Pire: le recensement a été fait dans la clandestinité et les résultats inconnus!Le seul fait que les pétitionnaires devraient inscrire leur ethnie (une ruse de Dramane) est antidémocratique et cela est laid au vu des droits humains.Mais,aucun leader ne relève cela et tous accompagnent en mouton le bourreau des Ivoiriens,le voltaïque de Ouaga! Le dictateur tueur vous a tous envoûtés avec ses sacrifices humains et vous mène en bétail. Vous savez que Dramane a naturalisé plus de 2 millions de Burkinabe.Pourquoi donc s’entêter et l’accompagner i-di-o-te-ment aux élections truquées à l’avance? Qui des organisations qui avaient multiplié aux élections passées osent dire quoi que ce soit? Le désarmement a eu bel et bien lieu et les Ivoiriens peuvent-ils voter sans Kalach sur la tempe,surtout au Nord?Les Ivoiriens muselés ont capitulé face au Mossitchê!Mystique tout cela!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE