« Nous ne laisserons pas la France tranquille » : le discours puissant d’Aïssa Maïga au rassemblement contre les violences policières

« Nous ne laisserons pas la France tranquille » : le discours puissant d’Aïssa Maïga au rassemblement contre les violences policières

Mardi soir, plus de 20 000 personnes étaient présentes pour dénoncer les violences policières devant le Tribunal de grande instance de Paris. Parmi elles, l’actrice Aïssa Maïga, qui a prononcé un discours puissant et fédérateur.

C’est devant une foule aussi soudée qu’indignée qu’ Aïssa Maïga s’est ralliée au combat d’Assa Traoré, pour dénoncer les violences policières, hier soir. L’occasion également pour la comédienne de 45 ans, accompagnée de Ladj Ly, Adèle Haenel ou encore Camélia Jordana, de renouveler son souhait de diversité dans le cinéma français.

« Je suis fière d’être ici, aux côtés d’Assa et de toutes les familles victimes de la brutalité policière en France », a d’abord déclaré Aïssa Maïga, micro à la main. « Je suis là en mémoire de tous ceux – la liste est trop longue – qui ont subi ces violences et qui l’ont payé de leurs vies », a-t-elle poursuivi avant d’évoquer la lutte contre le racisme également mené au sein culture française. « Je suis actrice et réalisatrice. Le combat que nous menons au cinéma, à la télévision, au théâtre en France, est le même combat. C’est un combat pour la représentation juste et une représentation positive et digne des populations afro-descendantes françaises. C’est un combat pour la justice à l’image, pour les populations asiatiques, c’est un combat pour les populations d’origine arabe. »

Pour conclure son intervention, Aïssa Maïga rallie les causes et motive son auditoire. « Nous ne laisserons pas le cinéma français tranquille. Nous ne laisserons pas la justice française tranquille. Nous ne laisserons pas la France tranquille, tant qu’il y aura des injustices. Et tant que nos frères, nos sœurs, nos enfants, seront susceptibles de mourir à cause de la police qui est censée les protéger », a-t-elle scandé, une apparente rage au ventre, sous les applaudissements de la foule.

Lire la suite de l’article sur Elle.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.