Nouvelle mutinerie en Côte-d’Ivoire: Les soldats de forces spéciale donnent à Ouattara jusqu’à Jeudi 9 févier à minuit pour faire droit à leurs révendications

Après tirs sporadiques et le mouvement de protestation des militaires ivoiriens des forces spéciales hier mardi 7 Février 2017 à Adiaké (sud-est), le mouvement d’humeur a repris aujourd’hui mercredi 8 février 2017. Des tirs ont également été signalé à Oumé, San-pedro et Tengréla ce mercredi.

Officiellement, les mutins de l’unité d’élite de l’armée ivoirienne sous Ouattara, ont lancé mardi un nouveau mouvement d’humeur à Adiaké pour réclamer les mêmes avantages financiers, une augmentation de leur solde et le paiement de primes, que ceux accordés aux autres combattants de l’ex-rebellion armée qui s’étaient révoltés en janvier. On sait maintenant qu’ils accusent Ouattara d’avoir divisé l’armée. En effet, suite à la mutinerie d’hier, le général Sékou Touré, CEMA, et son adjoint le général de brigade, Lassina Doumbia, commandant des forces spéciales, accompagnés du général Vagondo Diomandé, chef d’état-major particulier de Alassane Dramane Ouattara, se sont rendus sur les lieux pour entamer des discussions avec leurs “camarades” d’arme, après avoir pris part à une réunion urgence au palais présidentiel.

Selon des sources militaires, les négociations ont échoué car les mutins ont campé sur toutes leurs révendications. C’est alors que dès son retour d’Adiaké, le Général Doumbia s’est rendu aux environs de 22h GMT à la base des Forces Spéciales située à Cocody pour s’entretenir avec le porte-parole des mutins. A ce dernier, le général Lassina Doumbia a transmis la déception de Alassane Ouattara vis à vis du comportement de ces soldats d’élites dont il était fier et sur lesquels il a fondé beaucoup d’espoir. A son tour, le porte parole des mutins a nommément accusé monsieur Ouattara d’avoir divisé l’armé. Il lui a donné jusqu’à demain 9 Février 2017 pour répondre favorablement à leurs révendications.

«Mon général dite au président qu’il sait ce qu’il doit faire, ont lui a donné 48h. C’est lui qui a divisé l’armée, c’est lui qui a donné en 5 ans 11 millions à un groupe et nous rien. Ils sont pas en fer, pourquoi ils ont fuit (les Fcri) quand on a voulu leur montrer quelque chose? Pour rattraper le retard, dite lui qu’on attend les 12 millions sur nos comptes, sans exception, dans 48h (au plus tard Jeudi 9 févier à minuit). Qu’il ne se joue pas les malins, qu’il n’oublie pas que la plus grande poudrière de l’armée ivoirienne se trouve avec nous à Adiaké», a menacé le porte-parole des mutins.

Rappelons que depuis le début de l’année le gouvernement de monsieur Ouattara fait face à une série de mutineries dans les casernes. Les soldats issus de la rébellion armée de 2002, ont réclamé et obtenu le paiement de primes dont les premiers versements ont débuté le 16 janvier 2017. Hier mardi 7 février 2017, les militaires issus des forces spéciales ont lancé par des tirs sporadiques, un mouvement de protestation à Adiaké, pour exiger le paiement d’une prime individuelle de 12 millions Fcfa. Ces forces spéciales ont menacé de « continuer » leur mouvement jusqu’à la « satisfaction » de leur revendication, invitant les autres soldats à les «rejoindre».

Il a également été signalé des tirs attribués aux forces spéciales auraient été entendus hier mardi à Olodio (frontière Sud-ouest) et Tingrela (Nord).

Eburnienews.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE