NOVOROSSIIA : PHASE 2 DE L’INSURRECTION REPUBLICAINE. KIEV S’EFFONDRE AU DONBASS | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France | NOVOROSSIIA : PHASE 2 DE L’INSURRECTION REPUBLICAINE. KIEV S’EFFONDRE AU DONBASSeburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France
NOVOROSSIIA : PHASE 2 DE L’INSURRECTION REPUBLICAINE. KIEV S’EFFONDRE AU DONBASS

NOVOROSSIIA : PHASE 2 DE L’INSURRECTION REPUBLICAINE. KIEV S’EFFONDRE AU DONBASS

Les forces républicaines de l’Armée du Donbass sont passées à la phase 2 de l’insurrection. Je dis « républicaines » parce que les termes « fédéralistes » de la presse russe ou «séparatistes » des médias de l’OTAN ne veulent plus rien dire. Des républiques indépendantes ont été proclamées à Lugansk, Donetsk, Kharkov et Odessa.

Dans les régions du Donbass – Donetsk et Lugansk -, la consécration du vote démocratiqueet populaire, lors de deux référendums d’auto-détermination, a légitimé massivement, contredisant les sondages bidon des instituts occidentaux rameutés par Washington et la junte de Kiev, le choix de l’indépendance. Dimanche 11 mai, ces deux régions ont organisé des référendums sur leur futur statut politique. Dans la région de Donetsk, 89,7% des habitants ont voté pour l’indépendance de la république autoproclamée de Donetsk. Dans la région de Lougansk, 96,2% des votants ont soutenu l’acte d’indépendance de la République populaire de Lougansk.

Il y a aujourd’hui deux républiques au Donbass, qui étudient leur fusion unitaire dans une ‘République de Novirossiia’. Et donc des forces républicaines qui entendent chasser «l’Armée d’occupation ukrainienne », telle qu’elles la dénomment, de leur sol. Elles ont d’ailleurs émis un ultimatum dans ce sens se terminant hier.  Au moment où l’Armée ukrainienne et la garde nationale s’effondrent, touchées massivement par les désertions et des mutineries écrasées dans le sang (dont les médias de l’OTAN évitent de parler), l’Armée républicaine, qui s’est dotée d’un état-major et d’un service de sécurité, monte en puissance. La Junte de Kiev, dans une dernier effort répressif, a confié aux oligarques nommés gouverneurs à l’Est le 23 février cette répression. Des milices patronales sont apparues, que les médias de l’OTAN présentent comme « constituées de mineurs » et qui sont en fait des mercenaires et des gangsters, dont beaucoup sortis de prison pour l’affaire.

Tout cela finira mal. Pour les oligarques !

 DES SEPARATISTES ARMES PRO-RUSSES PRENNENT LE CONTROLE D’UNE CASERNE A DONETSK, QUI ETAIT LE QG DE LA ‘GARDE NATIONALE’

Des unités républicaines pro-russes ont pris ce vendredi le contrôle du quartier général de la Garde nationale ukrainienne à Donetsk, l’un des centres de l’insurrection pro-russe dans l’est de l’Ukraine, selon une journaliste de l’AFP sur place. C’est la phase 2 de l’insurrection républicaine qui commence …

« Dans la soirée, des hommes en armes et avec le ruban de Saint-Georges, porté par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine, sont entrés dans le quartier général des forces spéciales du ministère de l’Intérieur. Ces derniers semblent n’avoir pas opposé de résistance », selon une journaliste de l’AFP qui a vu « des camions transportant des membres de la Garde nationale quitter les lieux ». « Nous contrôlons la base », s’est borné à dire un homme armé en treillis à l’entrée de la caserne. Selon une agence ukrainienne qui cite un responsable du ministère de l’Intérieur, le quartier général est bien passé sous contrôle séparatiste. « Tout s’est passé dans le calme », a déclaré une voisine de la caserne, témoin de la scène. « Nous avons vu arriver des hommes armés, le visage masqué. Ils ont encerclé le bâtiment et ensuite les négociations ont duré deux heures. Ils ont laissé le choix aux militaires de rejoindre la rebellion ou de quitter la base », a ajouté l’habitante qui a souhaité conserver l’anonymat.

« Après le départ des derniers membres de la Garde nationale dans plusieurs camions, tout était calme dans cette petite rue de l’est de Donetsk. Des hommes armés sortent de temps en temps de la caserne avec des pneus et des ordinateurs ». Depuis la prise de contrôle du siège de l’administration régionale de Donetsk, et particulièrement depuis une semaine, la situation y était calme.

« LA RECONQUETE DE L’EST TENTEE PAR KIEV EST UN ECHEC » (DIXIT L’AFP)

L’opération “antiterroriste” (sic) lancée par Kiev pour reprendre le contrôle de l’Est de l’Ukraine tenu par des séparatistes armés pro-russes apparaît comme un échec un mois après son lancement, signe de l’impuissance des autorités face aux rebelles, selon des Experts occidentaux cités par l’AFP.

“L’opération s’est révélée inefficace car les forces ukrainiennes n’y étaient pas préparées”, tranche lun ‘expert militaire’, Mykola Soungourovski. Iaroslav Gontchar, commandant adjoint du bataillon Azov, une unité de volontaires intégrée à la Garde nationale ukrainienne, voit quant à lui plusieurs explications à cet échec : “Au niveau local, la trahison de la police et l’opposition de la population, ainsi que l’incompétence de ceux qui planifient les opérations”.

Notez « l’opposition de la population » !

L’opération lancée à grand fracas médiatique le 13 avril par l’armée avait pourtant des objectifs précis : « désarmer les groupes rebelles pro-russes, libérer les bâtiments occupés (mairies, sièges de l’administration régionale, locaux de police et des services secrets) et rétablir l’autorité de Kiev dans les régions de Donetsk et de Lougansk, proches de la frontière russe, où vivent quelque sept millions d’habitants ». “Nous ne permettrons pas à la Russie de répéter le scénario de la Crimée dans l’est de l’Ukraine”, avait averti le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, petit personnage falot et ridicule, haineux et dépassé, qui s’était ridiculisé en portant un uniforme trop grand pour lui.

Un mois plus tard, triste bilan : 127 personnes, militaires, pro-russes et civils, ont été tués dans les affrontements, selon l’ONU. En coulisse ont évoque des pertes beaucoup plus grandes, surtout du côté des forces de la Junte de Kiev.

« LES PRO-RUSSES PLUS FORTS QU’IL Y A UN MOIS » (DIXIT L’AFP)

« Aujourd’hui, les régions de Donetsk et de Lougansk (qui forment le Donbass) échappent encore plus au contrôle de Kiev qu’il y a un mois : les pro-Russes ont pris le pouvoir dans la plupart des villes et contrôlent en bonne partie ces territoires, à l’exception notable des postes-frontières avec la Russie et des bases militaires » avoue piteusement l’AFP.

Le 13 mai, la “République populaire de Donetsk” et la “République populaire de Lougansk” autoproclamées ont organisé un référendum sur leur indépendance et la première a aussitôt demandé au Kremlin d’être rattachée à la Russie, une demande pour l’instant restée sans réponse.

Dès le début de “l’opération antiterroriste”, les forces loyalistes ont montré qu’elles n’étaient pas en mesure de combattre efficacement les insurgés : en quelques jours, plusieurs hélicoptères de l’armée ont été abattus et des blindés légers et chars lourds ont été pris par les rebelles, après avoir été arrêtés dans un village par une foule hostile. « Des images humiliantes pour l’armée ukrainienne » commente à juste titre l’AFP.

« Faire le bilan de cette opération n’a pas de sens : il n’y a aucun résultat majeur et les forces ukrainiennes n’ont absolument pas les moyens nécessaires pour restaurer l’ordre dans la région », affirme à Kiev Volodymyr Fessenko, du centre d’Etudes politiques Penta. Ce qui ne permet à la junte de Kiev que l’organisation d’expéditions punitives qui achèvent définitivement de la couper du peuple de l’est. Pour Fessenko, l’opération militaire ne saurait en aucun cas suffire à régler la question : « Il ne sera pas possible de conserver le Donbass par la force. Cela ne sera possible que par la négociation », ajoute-t-il, sous-estimant la force du phénomène républicain.

« UNE ‘TRANSDNISTRIE’ A LA PUISSANCE 1000 » COMME JE L’ANNONCAIS ?

La conclusion de Fessenko rejoint mon analyse de février dernier : « Si l’opération militaire ne s’accompagne pas rapidement de négociations, le Donbass va peu à peu se transformer en Transdniestrie », cette république pro-russe séparée entre 1989 et 1991 de la Moldavie, dit-il.

Relire mon éditorial du 25 février 2014, où j’écrivais que « L’Est ukrainien et singulièrement la Crimée serait alors une PMR à l’exposant 1000 … » :  * PCN-INFO/ DEMAIN LA CRIMEE UNE ‘TRANSDNIESTRIE’ A L’EXPOSANT 1000 ?

http://www.lucmichel.net/2014/02/25/pcn-info-demain-la-crimee-une-transdniestrie-a-lexposant-1000/

Et mon analyse du 9 mars pour EODE, où j’exposais avec mes thèses celles du géopolitologue Edward Luttwak, proche des néo-conservateurs US et qui fut conseiller de Ronald Reagan et de George Bush, qui dressait le même parallèle que moi entre les crises moldave et ukrainienne et évoquait lui aussi une « super PMR » :  * EODE THINK TANK/ GEOPOLITIQUE / CRIMEE ET ‘TRANSDNIESTRIE’ ENTRE GEOPOLITIQUE ET REPETITION DE L’HISTOIRE …

http://www.eode.org/eode-think-tank-geopolitique-crimee-et-transdniestrie-entre-geopolitique-et-repetition-de-lhistoire/

« Et il y a des variantes encore pire : une guerre longue et une escalade de la violence, c’est-à-dire le scénario yougoslave », estime encore Fessenko. Là on est dans le grand jeu médiatiquedes occidentaux qui joue à faire peur à l’opinion publique occidentale. Et je ne crois pas à cescénario.

 Luc MICHEL

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.