Opération de réintégration dans l’armée: 3000 faux militaires démasqués

Opération de réintégration dans l’armée: 3000 faux militaires démasqués

Le ministre auprès du Président de la République chargé de la Défense Paul Koffi Koffi a donné une conférence de presse à son cabinet au Plateau le jeudi 17 avril 2014 pour faire le point de la situation des exilés militaires qui ont regagné le bercail et la libération des sites occupés.

Le premier responsable ivoirien de la Défense a fait savoir que parmi les 4008 personnes qui sont rentrés d’exil, il y a 27 d’entre eux qui ont été retenus et qui perçoivent des soldes. De fait, selon Paul Koffi Koffi, après l’ultimatum du Président de la République appelant les militaires à retourner en Cote d’Ivoire, ce sont au total 4008 personnes qui se sont signalées dans son département.

Après un tri et un profilage, il a constaté qu’il y avait 174 doublons. Un deuxième tri des 3834 personnes restantes a abouti à l’enregistrement de 210 militaires dont 27 bénéficie des soldes depuis janvier 2014 pour avoir disposé d’un matricule. ”’Pour ce qui est des 3624 qui restent, certains sont des paramilitaires, c’est à dire qu’ils sont de la police, des eaux et forêts et de la douane. Ils sont au nombre de 529 Nous avons transmis leur dossier à leur ministère de tutelle. S’agissant des 3095 qui restent, il n’y a aucun militaire. Ils ont été formés au maniement des armes et par des officiers. Vous savez que pendant la crise postélectorale l’ancienne hiérarchie militaire a lancé des appels sur les ondes pour demander aux jeunes de se faire enrôler en leur distribuant les armes et en les formant. Évidemment les jeunes ne sachant pas le sort qui leur était réservé se présentent aujourd’hui en indiquant qu’ils sont militaires et qu’on aurait pris leurs places. Je voulais leur dire qu’ils ne sont pas militaires. Nous n’avons pas vendu leurs places”, a indiqué le ministre en charge de la Défense. Avant d’annoncer que le dossier de ces 3095 a été transmis à l’autorité pour le désarmement, démobilisation et réinsertion (ADDR).

S’agissant de la libération des sites, le conférencier a fait savoir que sur 627 requêtes reçues, 234 ont été libérés et 169 sont en cours de libération. Il a saisi l’occasion pour faire remarquer que le site militaire à la ‘‘Place de la liberté’’ de Yopougon n’appartient pas au FPI. «Vous connaissez la Place de la liberté. Il y a un site militaire là-bas. Ce parti a fait plusieurs fois des déclarations publiques, en indiquant que ce site lui appartenait. Le propriétaire réel est venu me voir avec des papiers», a relevé Paul Koffi Koffi. Tout en soulignant que les sur 92 maisons réclamées par le comité central du Fpi, seulement 11 ont fait l’objet de requête.

Abdoulaye Touré

Source: L’Intelligent d’Abidjan

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.