Organisation interne: La CNC enfin opérationnelle

Organisation interne: La CNC enfin opérationnelle

La Coalition nationale pour le changement (CNC) vient de régler un problème important en son sein : qui est qui et qui fait quoi ? Désormais, Charles Konan Banny, ancien Premier ministre et ancien Gouverneur de la BCEAO en est le président. Jean-Jacques Béchio, président du Parti pour la Côte d’Ivoire (PCI) en est le porte-parole, aidé dans cette tâche par Kouadio Konan Bertin dit KKB, et un autre. Laurent Akoun du Fpi est vice-président chargé de l’organisation, etc.

Cette mesure du mercredi 22 juillet 2015 perfectionne dans une certaine mesure ce groupement politique mise sur pied le 15 mai 2015 à l’Hôtel Belle Côte à Abidjan, pour solliciter du pouvoir de meilleures conditions d’élection. C’est vrai que la CNC a réussi à organiser deux grands meetings qui l’ont lancée. Le premier à Yopougon et le second à Koumassi. Mais elle demeurait encore une structure fragile par le fait que ses organes n’étaient pas jusque-là pourvus. Chose fâcheuse qui était en fait une porte ouverte au désordre, chacun pouvant se lever et sans informer les autres, lancer un mot d’ordre au nom de toute l’organisation.

Une réalité que les Ivoiriens ont vécue récemment lorsque Samba David de la Coalition des Indigné de Côte d’Ivoire, de façon solitaire, au siège de Lider de Mamadou Koulibaly, a appelé les Ivoiriens à descendre dans la rue, sans se souvenir qu’une telle opération exige préparation et sensibilisation préalables. Alors, comme il fallait s’y attendre, une autre conférence de presse contradictoire a été animée par Bah Enoch au nom de la CNC même pour dire que jamais la Coalition nationale pour le changement n’a lancé un tel appel qui « n’engage que ses auteurs. » C’est donc avec soulagement que les démocrates ivoiriens, qui croient dans cette structure et fondent leur espoir sur elle, ont accueilli la nouvelle organisation interne.

Banny à la tête, ce n’est pas mauvais. De toutes les façons, il est le plus gradé parmi tous en termes de responsabilités assumées au plan national et international. Puis, vu le contexte et la conscience qu’il a prise que Alassane Ouattara est en train de brader et ruiner la Côte d’Ivoire, on peut bien composer avec Banny pour aller contre le péril national. Béchio et KKB au porte-parolat, ce n’est pas mal pensé. Ils ont l’art de la parole et de l’attaque.

Akoun à l’organisation, c’est à dessein. La plupart des militants de la CNC sont ceux du FPI que le régime Ouattara ne veut pas voir s’organiser, se réunir. Préférant faire la part belle à Affi N’Guessan, ancien président du FPI mais reconnu par les autorités nationales. A la CNC, les militants du FPI ont cette liberté. C’est vrai que tous les postes de la CNC ne sont pas encore pourvus, Mamadou Koulibaly n’ayant pas encore été nommé, mais cela serait en cours. Mais avec ce qui est en ce moment en place, la CNC peut donner moins de palpitations et d’inquiétudes à ses militants, mais plutôt à ses adversaires. C’est le souhait les Ivoiriens opprimés.

Suzanne Gahé, pour eburnienews.net

_________

NB: Il est permis de reprendre nos articles sous condition d’en préciser la source

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.