Où en est-on de la plainte du président Alassane Ouattara contre “La Lettre du Continent”

Où en est-on de la plainte du président Alassane Ouattara contre “La Lettre du Continent”

La présidence de la République est une chose trop sérieuse pour que les gens attrapent ça avec la main gauche (badinent avec) ! L’année 2017 est terminée et nous attendons. En effet…

Le samedi 02 Septembre 2017, la Côte d’Ivoire apprenait par la voix et la voie de monsieur Le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Patrick ACHI que Le Bimensuel La Lettre du Continent n°759 a publié, dans son édition du 30 août 2017, un article intitulé : « Ouattara fait exploser les fonds souverains ». Ce journal affirme entre autres que : « Le Président Alassane Ouattara bénéficie, dans la plus grande discrétion, d’un fonds de souveraineté de 342,6 milliards F CFA (521 millions €), en hausse de 20 milliards par rapport à 2015. Le chef de l’Etat ivoirien peut d’autant mieux puiser à sa guise dans cette enveloppe budgétaire que cette dernière est directement gérée par son frère, le ministre des affaires présidentielles Birahima Téné Ouattara ».

Tout naturellement, pour défendre son honneur sur le plan national et international, le président Alassane Ouattara a commis deux avocats Maîtres Jean Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, pour demander réparation.

Si Alassane Ouattara est offensé, c’est toute la Côte d’Ivoire qui est offensée. Même si le président de la République pense que c’est seulement les personnes qui figurent sur sa liste de présence qu’il a dressée à l’hôtel du Golf qui doivent être récompensées. Par parallélisme des formes, si on a informé le peuple ivoirien que le président diffamé a porté plainte pour réparation, autant revenir vers le même peuple pour lui donner la suite des évènements.

Le silence de la Présidence de la République est inquiétant à double titre. Soit, il a perdu le procès contre La Lettre du Continent et il n’ose pas nous dire la vérité. Soit, il a gagné le procès et il a gardé par devers lui le pactole de la réparation. Dans tous les cas, le peuple ivoirien a le droit de savoir. Car, il y va de l’image autant du président Alassane Ouattara que de la Côte d’Ivoire entière.

Vous savez, « un Ouattara, quand il promet, il le fait » ! Avec les agriculteurs, ce ne fut pas le cas. Avec les étudiants et les résidences universitaires, c’est le fiasco total. Avec les fonctionnaires et autres retraités, c’est l’oubli. Les seuls qui ont eu gain de cause, ce sont ceux qui possèdent des armes. Alors, dans ce cas, comment voulez-vous que des militants de base du Rassemblement des républicains (RDR) puissent être récompensés. Encore moins des journalistes dont certains se sont retrouvés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) pour les besoins de la cause.

Dans tous les cas, quand il s’agit du président de la République, on ne badine pas avec. 3..000 morts pour être là où ! Et des gens se lèvent et avancent des choses gravissimes. C’est comme si La Lettre du Continent (Lc) nous disait qu’Alassane Ouattara volait 20 milliards pour ajouter à son budget de souveraineté de 342 milliards 600 millions de francs Cfa.

Ah, non ! Nous ne sommes pas contents. Où en est-on alors du procès contre la Lettre du Continent (Lc) ?

Si la présidence de la République ne parle pas, en cette fin d’année 2017, ce n’est pas bon (amanhi dêh) !

Notre Combat, l’Unité des Autochtones du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord.

Morokro-village, le vendredi 29 décembre 2017

Gnamantêh Nanankoua

Autochtone ivoirien, mieux, Ivoiritaire !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.