Ouagadougou (Burkina Faso): Confessions d’une prostituée « On ne nait pas pour être une pétasse »

Ouagadougou (Burkina Faso): Confessions d’une prostituée « On ne nait pas pour être une pétasse »

Celle que nous avons rencontrée après plusieurs tentatives infructueuses ne se reconnait pas comme une prostituée. Elle se dit différente des filles de joie. Issue d’une famille modeste, Anna, c’est ainsi qu’elle se fait appeler, avoue être devenue prostituée il y a de cela 4 mois. Agée de 22 ans, sa maitrise des hommes est ahurissante. Anna ne fait pas le trottoir, elle évolue dans le luxe et sort plus avec les Blancs. Lisez plutôt ce témoignage poignant d’une prostituée pas comme les autres.

« Je m’appelle Anna. Je suis Burkinabè. Actuellement, j’apprends l’informatique pour peut-être avoir un boulot. J’ai arrêté mes études, mais je compte les reprendre pour avoir le Bac. Je comptais me limiter au niveau BEPC mais il n’y a pas de bon job avec ça. Je voulais chercher le Bac mais je n’avais pas la tête aux études cette année. Si je m’efforçais, j’allais faire le bac 4 fois. Je n’ai pas arrêté les études pour des histoires de cœur. Un homme ne peut pas m’empêcher de faire mes études.

Pour moi, l’amour n’existe pas. Je n’ai pas encore rencontré l’amour mais j’ai été sérieusement avec un gars. Je ne sais pas si c’est moi qui ai failli ou c’est lui. Je n’ai pas la chance avec les hommes. Dieu me donne à chaque fois soit des coureurs de jupons ou des malades mentaux. On ne me violente pas, mais ils sont bizarres. Ce n’est pas parce que je ne crois pas en l’amour que je fais ça. D’ailleurs, je suis très différente d’une prostituée. Non seulement je ne sais pas draguer un homme, chose que toutes les filles font et aussi tant que la personne ne me plait pas, je ne peux pas coucher avec elle, chose que les filles ne font pas. Je ne sors pas à chaque fois et le sexe ce n’est pas trop mon truc. Quand je ne suis pas en mode sexe, je ne sors pas. Mode sexe signifie quand j’ai envie de faire l’amour. Et quand je le fais, c’est pour de l’argent. Je peux être en galère et ne pas être en mode sexe. Là, je ne ferais pas l’amour.

En sortant la nuit, j’ai un peu peur. Mais pour le moment, Dieu merci, je n’ai pas encore rencontré des malades, des gars qui sont en mesure de me faire peur. J’ai un sixième sens. S’il s’avère que l’homme avec lequel je dois bouger est en mesure de m’effrayer, je lui dis clairement que je ne bouge pas. Quand je sors avec les hommes, je n’ai pas de préférence. Qu’ils soient noirs, verts, jaunes, pourvu que je gagne de l’argent. Mais des fois, il m’arrive de trier. Parfois je ne sors pas pour de l’argent mais juste pour m’amuser un peu, m’acheter à boire et à manger. En ce moment, si une personne m’aborde, c’est foutu pour lui.

Le prix de mes services varie. Tout dépend de la personne en face de moi. Si je vois qu’elle n’est pas en mesure de me donner une certaine somme, je n’insiste pas. Je regarde les personnes avant de donner mon prix. Ça m’arrive de bouger avec des gars à 20 000F. Ce qui est plus fréquent, c’est 20 000F ou 30 000F. Je ne bouge jamais à 10 000F. Il m’arrive rarement de sortir avec un garçon sans rien prendre. Je ne suis pas sentimentale, je ne suis pas amoureuse. Une seule fois, je l’ai fait. C’était avec un Ibo. Il m’a plu. J’ai fait du sexe avec lui. Il m’a donné de l’argent et j’ai refusé. Il était trop gentil, trop simple. Et j’aimais son comportement car je le voyais très fréquemment en boîte. J’aime qu’on me traite bien.

Le diable aussi est fort. C’est par là qu’il m’a tentée et…

Pour mes débuts dans la prostitution, ce sont mes copines qui m’y ont poussée. Quand j’étais à la maison, si ce n’est pas ma mère ou ma sœur qui va me donner de l’argent, personne ne le fait. Et à la maison, le jour où je gagne 30 000F, on dirait que ce sont des millions. J’étais très heureuse. Je bossais avec une fille. J’ai dit à ma mère cette année de ne pas payer la scolarité parce que je n’irai pas à l’école. Mes copines m’avaient déjà pris la tête avec les sorties dans les boites.

Ma copine et moi étions dans la même classe. Déjà pour s’habiller, elle venait me voir. A la récréation, c’est moi qui la gérais, je l’aidais à se coiffer et quelques mois plus tard, elle débarque chez moi carrément changée. Elle passe des cils, des lentilles, des coiffures chics, elle était trop sexy, avec des téléphones haut de gamme. Ce jour-là, elle m’a invitée au restaurant. J’étais étonnée : « Toi tu m’invites au restaurant aujourd’hui ? » Ce qu’on a dépensé dans le restaurant valait 60 000F. J’étais vraiment étonnée et j’ai demandé à savoir ce qu’elle faisait pour avoir autant d’argent. C’est là qu’elle m’a dit qu’elle sortait avec un Blanc et c’est ce dernier qui la gère. Je lui ai demandé de me brancher avec un Blanc et elle m’a conseillé d’aller en boite. C’est comme cela que je suis sortie. A mon cinquième jour, je suis tombée sur un Blanc qui m’a donné 300 000 F. C’était en euros, je suis allée faire du change. Quand j’ai pris l’argent, je ne savais que faire avec. J’étais heureuse comme une folle. Un mois plus tard, je suis ressortie, même chose. Là, j’ai eu 250 000 F. C’était avec un Blanc aussi. J’ai dormi avec lui à l’hôtel et le lendemain, il a envoyé son chauffeur me déposer. Le diable aussi est fort. C’est par là qu’il m’a tentée et on ne peut plus quitter dans ça.

Quand je gagnais tout cet argent, je ne savais pas qu’on économisait. C’est là-bas que j’ai pu acheter ma moto, j’ai acheté des téléphones pour distribuer à mes copines. Selon moi, c’était juste pour un temps et après, j’allais tout arrêter. Mais c’est une chose quand tu mets ton pied dedans, pour t’en sortir, c’est difficile. Tu es habituée à 300 000F ou 200 000F et tu te dis que demain tu vas en avoir. C’est trop compliqué. Mais moi, je suis sûre que je peux arrêter.

A la maison, personne ne sait que je me prostitue. On sait juste que j’ai beaucoup de gars. J’ai un gars qui vient chez moi en famille, mais on a rompu. Il soupçonnait mes appels, mes sorties… Une fois, il m’a dit : « Tu sais quoi, je ne vais pas hésiter à te dire, mais tu es une pétasse ». Moi, comme je ne sais pas mentir, j’ai répondu : « qui te l’a dit ? ». Il a dit que c’était pour me tester. Les filles sortent en taxi par peur d’être agressées la nuit. Il a pris mon téléphone et a vu ”Taxi” dans les appels émis à 4h, 5h du matin. Pourtant, je ne rentre pas tard. Comme c’était mon gars officiel, je pouvais passer la nuit chez lui. Il m’a demandé depuis quand moi je sors ou je rentre à 4h du matin ? Il m’a dit : « Tu peux continuer à mener ta vie de bordel, je ne veux plus sortir avec toi». Je crois que si je l’aimais toujours, j’allais me ranger pour être avec lui.

Avec les Blancs, je gagnais de l’argent, mais beaucoup sont repartis. Nos frères africains ne savent pas donner 200 000 F à une fille.

Je ne sais pas si Dieu arrivera un jour à me pardonner pour ça

Je ne fais jamais l’amour sans protection. J’ai étudié. J’ai fait plus précisément les langues. Moi, une fille qui a eu à bosser, même si tu me proposes 25 millions pour faire l’amour sans protection, je ne vais jamais accepter. 25 millions, ça ne peut jamais soigner le Sida. Non, jamais. Etre enceinte on peut même comprendre, mais le VIH ? Je faisais ça avec mon gars. Nous avons fait nos tests de dépistage ensemble.

J’ai déjà eu une situation de grossesse, une seule fois, mais j’ai coulé. (Silence…) Ce n’était même pas un bébé, c’était toujours du sang. Je suis tombée enceinte du gars qui m’a dépucelée. J’avais 18 ans. Je préfère même ne plus me souvenir de ça. Lui-même voulait la grossesse. En ce moment, je cherchais le BEPC. J’ai même échoué à cause de cela parce que j’étais traumatisée. Juste le fait de penser que j’ai déjà eu à tuer quelqu’un…c’est pas facile. Même si c’était du sang, c’est un enfant qui allait se former petit à petit. C’est ce gars qui m’a tout appris, les boites, les glaciers, les sorties… Mais c’était un coureur de jupons. Il a même un enfant avec une autre fille qui est repartie en famille. Quand je lui ai dit que je ne pouvais pas garder l’enfant, il m’a envoyé voir un docteur, une femme. Elle a mis des produits dans mon vagin et elle m’a dit de me protéger la nuit avant de dormir. Le matin, j’ai trouvé que j’étais toute tachée de sang. Mais je n’ai pas vu de bébé. Il a donné 45 000F à la dame pour l’avortement. Il m’a dit que le travail de la dame est légal, que tout le monde sait qu’elle fait des avortements. Mais on ne l’arrête jamais.

Je ne sais pas si Dieu arrivera un jour à me pardonner pour ça. Je m’en veux. Je ne peux pas tenir un bébé dans les mains ou quand j’entends les cris d’un enfant, je préfère m’éloigner parce que ça me rappelle toujours le mien. Ce jour, j’ai coulé des larmes et je suis allée à l’église et pleuré en me posant cette question : « Qu’est-ce que j’ai fait ? » On peut tomber enceinte et continuer les études. De toutes les façons, mes parents ne m’auraient pas tué. Mais pourquoi j’ai évité les parents ? Pourquoi j’ai pensé plus aux études ? C’est ça qui m’a fait échoué au BEPC. Pire encore, c’était à quelques jours de notre examen. J’ai été au second tour, mais j’ai échoué.

Je ne me prostitue pas parce que mes parents ne me donnent pas de l’argent. Ils m’en donnent, mais pas assez, pas comme moi je veux. J’aurais voulu qu’ils me donnent 50 000 F chaque semaine. Mais ils ne veulent pas. Il y a de ces coiffures qu’ils ne vont pas accepter. En plus, la nourriture à la maison ne me plait pas toujours. Mais quand tu as des sous, tu peux manger ce que tu veux. Mon père travaille à l’étranger, dans un pays voisin. Il envoie de l’argent, je ne connais pas le montant, mais ma mère peut mettre ça dans mon compte mais elle ne me donne pas assez. Il y a de ces habits qu’elle ne veut pas que je porte. Mais c’est notre génération.

Ce n’est pas l’attitude de ma mère qui m’a amenée dans la prostitution. C’est une femme que j’apprécie. Elle a toujours su nous éduquer normalement. Mais comme on le dit, on n’accouche pas ce qu’on veut. Si c’est une éducation, il n’y a pas de femme qui peut faire mieux qu’elle. Elle nous a donné le meilleur, mais c’est moi qui me suis entêtée. Elle n’a pas l’argent. Elle se contente de faire ce que sa poche lui permet. Mais si sa fille ne veut pas ça ? Elle me dit toujours que j’ai tendance à vouloir ressembler aux autres.

Si j’ai un gars qui me comble de tout (…) à quoi ça sert de se prostituer ?

J’avoue que ce n’est pas facile de coucher avec un gars qu’on n’aime pas, ni de se laisser toucher par des imbéciles. Ce n’est vraiment pas la joie. Mais tu vois son argent et tu veux. Je suis dans la prostitution depuis 4 mois, j’ai le temps d’arrêter, je ne sors pas à chaque fois.

Si ma mère apprenait que je me prostitue, ça va la choquer. Je travaillais dans le restaurant d’un de mes amis blancs. Elle sait que je travaille dans ce restaurant, mais j’ai arrêté il y a une semaine. Par exemple pour ma moto, comme mon gars était issu d’une famille aisée, quand j’avais une forte somme, je lui disais que c’est mon gars qui m’a donnée.

Comme je compte reprendre les études, la nuit je continue avec mes cahiers pour ne pas me perdre. Je n’ai pas encore la prostitution dans le sang, je suis sauvée. J’aimerais bien arrêter ce que je fais. Qui n’aimerait pas ? Tu penses que les filles qui sont dedans depuis 10 ou 15 ans ne veulent pas quitter ? Je cause avec elles et leur pose la même question. Elles me disent que moi au moins, j’ai commencé il n’y a pas longtemps donc, je peux arrêter. Si j’ai un gars qui me comble de tout, qui me respecte, qui m’aime et qui me protège, à quoi ça sert de se prostituer ? L’amour est plus important que l’argent. C’est parce que je n’ai pas encore ce genre de personne que je suis dans ça. Si Dieu m’envoie un jour un gars pareil, je sortirai de la prostitution.

C’est vrai que la prostitution diminue mes chances de me marier, mais c’est si tu fais l’amour avec beaucoup de gens. Mais moi je ne fais pas l’amour avec n’importe qui, je ne le fais pas non plus chaque fois. L’homme que Dieu va m’envoyer va m’accepter telle que je suis. S’il m’aime, il va m’amener à changer. Il y a des hommes qui ont épousé des prostituées et qui sont heureux. On ne nait pas pour être une pétasse.

Propos recueillis par B. Olivier TIENDREBEOGO

Source: 226infos

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.