Ouattara dit être disposé à négocier avec l’opposition mais « pas sous la menace »

Ouattara dit être disposé à négocier avec l’opposition mais « pas sous la menace »

Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a affirmé mercredi qu’il n’ouvrira pas de discussions “sous la menace’’ de son opposition qui exige depuis des mois de le rencontrer pour renégocier les conditions d’organisation de la présidentielle d’octobre.

“Rien ne se fera sous la menace mais nous sommes ouverts au dialogue et nous voulons que nos concitoyens soient rassurés. Ceci veut dire que la chienlit ne sera pas tolérée’’, a déclaré M. Ouattara, dans un discours, à l’ouverture d’une réunion du conseil des ministres, marquant la reprise des activités du gouvernement après un peu plus de trois semaines de congés.

L’opposition ivoirienne réunie au sein de la Coalition nationale pour le changement (CNC) a prévenu lundi que l’élection présidentielle n’aura pas lieu tant que ses revendications concernant l’organisation du scrutin ne seraient pas prises en compte par le gouvernement.

“L’élection ne pourra se tenir que si les préoccupations de l’opposition ne continuent pas d’être écartées avec arrogance, dédain et mépris par les tenants du pouvoir actuel’’, avait déclaré lundi Jean-Jacques Bechio, porte-parole de la CNC, lors d’une conférence de presse.

Face aux journalistes et entouré de quelques cadres de la coalition, il a rappelé quelques unes de revendications : “la mise en place d’une commission électorale équilibrée et réellement indépendante, l’adoption d’un code électoral consensuel, l’établissement d’une liste électorale consensuelle et acceptée de tous, la liberté d’opinion et d’expression, l’accès de tous les partis aux médias d’Etat, le désarmement effectif de toutes les milices’’.

Pour débattre de ces questions, se résumant essentiellement à “la mise en place d’une commission électorale équilibrée, l’adoption d’un code électoral consensuel, l’établissement d’une liste électorale consensuelle, la liberté d’opinion, l’accès de tous les partis aux médias d’Etat, la sécurité du scrutin’’, le porte-parole de la CNC a révélé que la coalition avait adressé des correspondances au chef de l’Etat pour obtenir un rendez-vous.

“A ce jour la CNC n’a enregistré que le silence et le mépris des autorités qui n’ont pas daigné accorder la moindre considération à sa requête’’, avait-t-il expliqué.

Faux ! rétorque M. Ouattara qui dit n’avoir rien reçu. “Nous n’avons pas reçu de lettres annoncées par la CNC qui en réalité n’est pas un parti politique’’, a-t-il répondu avant d’instruire le ministre d’Etat en charge du dialogue politique, Jeannot Kouadio Ahoussou “de voir dans quel mesure il peut recevoir à nouveau les partis de l’opposition s’ils le souhaitent’’

Par Serge Alain Koffi

Source: Alerte info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.