Ouattara met en garde ceux qui parlent de transition et prévient que leurs propos peuvent être assimilés à une atteinte à la sûreté de l’Etat

Ouattara met en garde ceux qui parlent de transition et prévient que leurs propos peuvent être assimilés à une atteinte à la sûreté de l’Etat

Le chef de l’Etat ivoirien a mis en garde les hommes politiques qui souhaitent une transition politique à quelques trois de l’élection présidentielle de 2015.

Alassane Ouattara a affirmé que ceux qui espèrent des transitions pour se donner un poste ministériel ont échoué.

“Ceux qui espèrent des transitions pour se donner un poste ministériel c’est terminé. C’est à travers les urnes que vous aller pouvoir avoir des postes. C’est par votre travail, par votre qualité, par votre compétence que vous aurez du travail,” a mentionné Alassane Ouattara à Séguéla à l’occasion d’un meeting.

Très énervé, il a poursuivi en mettant en garde les adeptes aux transitions et a précisé que son pays est désormais en paix.

“Je vais mettre en garde les uns et les autres, il n’y aura pas de transition en Côte d’Ivoire, c’est terminé. Donc arrêtez de bavarder de transition. La Côte d’Ivoire n’a plus besoin de transition. Nous sommes dans une république normale, une république apaisée, une république civilisée avec des ivoiriens qui aspirent à renforcer le climat de paix,” a-t-il martelé.

Comme indiqué, c’est sur un ton inhabituel que le président ivoirien a invité tous les candidats à faire preuve de mesures dans leurs propos et de s’assurer que leurs propos sont conformes dans leur volonté de paix et de réconciliation.

Selon lui, leurs propos peuvent être assimilés à une atteinte à la sureté de l’Etat et il a rappelé que les ivoiriens sont dans une démocratie et des élections démocratiques ont eu lieu certifiées par la communauté internationale.

“Le fait qu’ADO ne réagit pas à certains propos ne veut pas dire qu’il ne veut pas réagir. Moi j’ai toujours fait preuve de patience et de tolérance. Mais demandez à mes collaborateurs, si s’est nécessaire, je fais extrême aussi. Alors à bon entendeur salut. A bon entendeur salut,” a-t-il prévenu.

Ouattara estime que ces politiciens doivent parler d’élections apaisées au lieu de parler de transition de ceci ou de cela.

“Nous voulons la paix pour notre pays, nous voulons la paix pour chaque ivoirien, pour chaque famille ivoirienne. Nous voulons qu’on puisse se souvenir aussi de ce qui a été une souffrance pour chacun de nous. Toutes ces victimes, toutes ces personnes innocentes qui ont été tués froidement,” a martelé le chef d’Etat ivoirien.

Convaincu de sa réélection en 2015, il a annoncé qu’il va à ces élections très très serein parce que, la Côte d’Ivoire est en marche, la Côte d’Ivoire avance et les ivoiriens veulent que cela continue.

Aujourd’hui, le candidat sortant veut que les ivoiriens votent massivement pour fermer la bouche à ceux qui bavardent et qui ne savent que bavarder.

“Il faut voter massivement. La liste électorale provisoire est déjà disponible. Elle compte 6300504 électeurs. Cela veut dire que le processus électoral est enclenché,” a soutenu Alassane Ouattara.

En attendant les dépôts de candidatures qui auront lieu très bientôt, il souhaite également pour sa part qu’il y ait le maximum de candidats et que les ivoiriens puissent choisir massivement celui qui est au travail et qui ne passe pas son temps à bavarder dans les journaux.

Le chef d’Etat ivoirien revenant sur la crise survenue lors de la proclamation des résultats du deuxième tour à la CEI, il a fustigé le comportement de certains de ces compatriotes.

“Un certain nombre de personnes que d’ailleurs je ne désignera pas pour ne pas être impoli se sont mis à déchirer les procès verbaux et ont créé la crise que nous avons connue. Cette année, il n’y aura pas donc de déchirement de procès verbaux nul part. Cela ne sera pas toléré. Nous ferons les choses comme tout pays civilisé,” a-t-il conclu.

Wassimagnon

Source: Koaci.com

________________

Ouattara rejette l’idée d’une « transition » qu’il assimile à une « atteinte à la sûreté de l’Etat »

Le président ivoirien Alassane Ouattara a rejeté dimanche l’idée d’une « transition » politique en Côte d’Ivoire évoquée par des leaders de l’opposition, assimilant cela à « une atteinte à la sûreté de l’Etat », lors d’un meeting à Séguéla, dans le Nord du pays.

« Ceux qui espèrent des transitions pour se donner un poste ministériel, c’est terminé. C’est par les urnes que vous allez pouvoir avoir des postes, c’est par votre travail, c’est par votre compétence que vous aurez du travail », a déclaré M. Ouattara, au terme d’une visite d’Etat de cinq jours dans la région.

Il soutenu que « la Côte d’Ivoire n’a plus besoin de transition » car le pays est « dans une République normale, apaisée et civilisée avec les Ivoiriens qui aspirent à renforcer le climat de paix ».

Les élections présidentielles de 2010 « se sont bien passées dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire, c’est à la CEI centrale (Commission électorale indépendante, structure en charge du scrutin) qu’un certain nombre de personnes se sont mis à déchirer les procès-verbaux et ont créé la crise que nous avons connue », a ajouté M. Ouattara.

Pour certains leaders de l’opposition, M. Ouattara « n’est pas éligible » à la présidentielle d’octobre 2015, soutenant qu’il a pu participer à l’élection de 2010 après que l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a à travers l’article 48 de la Constitution donné son accord.

« Le problème d’éligibilité de M. Ouattara a été réglé politiquement mais pas juridiquement », avait déclaré face à la presse Pascal Affi N’Guessan, le chef du parti de M. Gbagbo, incarcéré à La Haye dans le cadre des violences postélectorales de 2010/2011.

« Nous sommes dans une démocratie, des élections démocratiques ont eu lieu, certifiées par la communauté internationale. Je veux mettre en garde les uns et les autres, il n’y aura pas de transition en Côte d’Ivoire, c’est terminé », a-t-il poursuivi.

La Côte d’Ivoire « est un Etat de droit et il n’est pas question de transition. Il faut que ces allusions cessent. Je voudrais que les candidats disent au peuple ce qu’ils sont capables de faire ou qu’ils envisagent de faire. Il faut qu’ils présentent leurs projets » aux Ivoiriens au lieu de s’asseoir à Abidjan, a martelé M. Ouattara.

« Je demande à tous les candidats de faire preuve de mesure dans leurs propos et de s’assurer que leurs propos sont conformes à notre volonté de paix et de réconciliation (…) Cette année, il n’y aura pas de déchirement de procès-verbaux nulle part, cela ne sera pas toléré », a prévenu M. Ouattara.

Par Patrice Allégbé

Source: Alerte Info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE