Ouattara roule les ex-combattants FRCI dans la farine: Général Soumaïla Bakayoko « il n’y a plus de numéro matricule à donner pour les ex-combattants associés aux FRCI »

Ouattara roule les ex-combattants FRCI dans la farine: Général Soumaïla Bakayoko « il n’y a plus de numéro matricule à donner pour les ex-combattants associés aux FRCI »

« Il n’y a plus de numéro matricule à donner au sein des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), s’est adressé le chef d’Etat major Soumahila Bakayoko aux ex-combattants associés, les appelant à rejoindre l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration (ADDR) avant juin prochain pour leur insertion dans le tissu socioéconomique du pays.
» Je voudrais m’adresser aux ex-combattants. J’invite particulièrement les éléments associés aux FRCI à rejoindre l’ADDR, il n’ y a plus de numéro matricule à leur donner. Je leur demande de rejoindre l’ADDR dès ce jour même où qu’il soit pour venir faire leur choix de métier qui leur permettra de réintégrer le tissu économique de la Côte d’Ivoire », a déclaré Soumahila Bakayoko, lors du lancement d’une campagne de sensibilisation initiée mercredi par l’ADDR sur le site de démobilisation d’Anyama ( district d’Abidjan).

Pour le Général de corps d’armée, l’effectif autorisé pour les FRCI est largement atteint, car pour un effectif initial de 5000 hommes, aujourd’hui les FRCI en compte13 000. « On ne peut plus recruter un seul militaire de plus dans leur rang. Nous allons mettre fin au phonème des éléments associés aux FRCI. Nous les mettons tous à la disposition de l’ADDR pour leur réintégration », a-t-il dit, demandant « avec force » tous les ex-combattants à rejoindre l’ADDR.

Il a en outre relevé que cette structure demeure « la voie idoine, confiante et rassurante que le chef de l’Etat a mis en place pour que ces jeunes puissent s’insérer dans le tissus social ».
L’ADDR a reçu le soutien de l’ONUCI dont la chef de mission, Aichatou Mindaoudou, a au cours de cette cérémonie réitéré à la Côte d’Ivoire le soutien « sans faille » de l’organisation, afin que le pays retrouve la paix et la stabilité.

Cette cérémonie présidée par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a pris fin par une visite des stands des armes déposées par les ex-combattants.

Source : Le Nouveau Courrier

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE