Ouganda : Jemimah Kansiime, une chanteuse risque dix ans de prison pour un clip osé (Voici la vidéo)

Ouganda : Jemimah Kansiime, une chanteuse risque dix ans de prison pour un clip osé (Voici la vidéo)

Jemimah Kansiime est accusée d’avoir enfreint la loi, très controversée, sur la pornographie et risque dix ans de prison. Son procès doit avoir lieu ce mois-ci.

Dix ans de prison pour un clip un peu chaud, mais loin d’être érotique selon les standards européens. C’est ce que risque la très jeune chanteuse ougandaise Jemimah Kansiime, âgée de 21 ans, et connue sous le nom aguicheur de Panadol wa Basajja (littéralement “médicament pour les hommes”), qui est accusée d’avoir enfreint une loi locale relative à la pornographie, rapporte le site du Telegraph.

Un clip très suggestif

Dans le clip de son tube In ensolo Yange, mis en ligne sur YouTube fin septembre et qui affiche aujourd’hui 170.000 vues, Panadol wa Basajja se trémousse de façon très suggestive devant la caméra, enlacé par un homme. Dans certains plans, elle apparaît en string et soutien-gorge, se savonnant lascivement les fesses ainsi que son décolleté.

De la pornographie pour la justice locale, en vertu d’une nouvelle loi, controversée, promulguée en février 2014 et que la chanteuse est accusée d’avoir violé. Arrêtée en novembre dernier avec son producteur, elle a passé cinq semaines en prison avant d’être relâchée dans l’attente de son procès, qui doit avoir lieu ce mois, et qui serait le premier procès appliquant ce texte. Elle encourt jusqu’à dix ans de prison.

Un président et un ministre des mœurs très conservateurs

Isaac Semakadde, l’avocate de Jemimah Kansiime, doit demander un report du procès de sa cliente jusqu’à ce que la Cour constitutionnelle tranche une requête déposée contre la loi antipornographie par des militants qui l’estiment “excessive et vague”. “Lorsque j’ai tourné cette vidéo, je n’ai jamais eu l’intention de la destiner à des enfants, je l’ai faite pour des adultes. Je n’ai pas vendu ou distribué la chanson […]. Mes droits ont été bafoués, ma liberté d’expression a été bafouée” a expliqué à l’AFP la jeune chanteuse.

L’Ouganda est un petit pays d’Afrique centrale, sous la coupe de son président très conservateur Yoweri Museveni, président qui a, l’an dernier, cherché à criminaliser la promotion de l’homosexualité avant d’être contraint par la Cour constitutionnelle de faire marche arrière. Son ministre des mœurs, lui, a déjà fait interdire la diffusion des clips de Beyoncé, Madonna ou encore Nicki Minaj.

Geoffrey Bonnefoy

Source: metronews.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE