Par sa candidature illégale, Ouattara prône le non respect de la constitution

Par sa candidature illégale, Ouattara prône le non respect de la constitution

Alassane Ouattara est en lice pour les présidentielles d’octobre 2015. Et ce, malgré le fait que cette candidature soit en tout point de vue illégale. Faisant montre d’une certaine méprise pour la loi, le mentor du Rdr viole la Constitution ivoirienne qui pourtant est claire : « Nul ne peut être élu président de la République  s’il n’est âgé de quarante ans au moins et de soixante quinze ans au plus. Le candidat à l’élection présidentielle doit être ivoirien d’origine, né de père et de mère eux même ivoiriens d’origine. Il doit ne s’être jamais prévalu d’une autre nationalité ». Une disposition qui de facto rend inéligible Alassane Ouattara.  Or, il se trouve que pour arriver à ses fins, ce dernier utilise abusivement l’ordonnance du 14 avril 2008  prise par le président Laurent Gbagbo et qui ne s’applique qu’aux sorties de crise de 2010 et non à l’élection présidentielle de 2015. Une telle attitude montre combien l’homme en a cure des lois ivoiriennes.

En agissant ainsi le poulain de Nicolas Sarkozy, dont les parrains ne cessent de lui rappeler son inéligibilité, prône implicitement le non respect de la Constitution ivoirienne. Et ce, en poussant à dessein d’autres Ivoiriens se retrouvant dans ce cas, à marcher sur la Constitution. Donc ouvre de ce fait, la voie à l’anarchie totale. Pas étonnant ! Ayant pris conscience de son inéligibilité dès le début et ayant bénéficié de la faveur de Laurent Gbagbo, Ouattara poursuit sa logique d’installer la chienlit en Côte d’Ivoire. Il ouvre par cette candidature la voie à l’anarchie totale. Car si lui, qui est inéligible du point de vue de la Constitution ivoirienne, s’est entêté pour faire acte de candidature, alors tout le monde peut être candidat. La loi ivoirienne est donc de ce fait nulle et n’a de valeur aux yeux de personne, puisque le premier magistrat de ce pays imposé par la France, se donne la mission de l’éprouver sinon de la balayer du revers de la main.

On comprend dès lors pourquoi le jeune étudiant de 30 ans Bernardin Yobo Nago  s’est permis de faire acte de candidature. Une façon subtile à n’en point douter d’attirer l’attention des Ivoiriens sur le chaos que prépare le régime. Qui, on le sait tous, avec ce passage en force, a du mal à cacher sa volonté d’opprimer ce brave peuple avec sa politique.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

_________

NB: Il est permis de reprendre nos articles sous condition d’en préciser la source

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.