Pénurie d’eau à Ouagadougou: Un déficit de plus 27.000 m3 en 2016

Pénurie d’eau à Ouagadougou: Un déficit de plus 27.000 m3 en 2016

Les causes et les conséquences du déficit en desserte d’eau dans la capitale ont fait l‘objet d’une conférence de presse animée par les responsables de l‘ONEA, ce 13 mars 2015. Ils ont aussi expliqué les mesures prises pour atténuer les effets de la pénurie.

« Malgré l‘augmentation de la capacité de production actuelle de 44% entre 2011 et 2014, la production actuelle ne permet pas de couvrir la demande en eau en période de pointe ».

C’est en substance la situation de la desserte d’eau par l‘ONEA pour la ville de Ouagadougou. Pour des besoins de 170. 615 m3, la production journalière n’est que 156.000 m3 d’eau soit un déficit de 14.615 m3.

Ce déficit va s’accroitre presque au double en 2016 pour atteindre 27.738 m3 en moins. Les conséquences de ces déficits sont évidemment les baisses de pressions et les coupures d’eau notamment pour les zones situées en hauteur ou en bout de réseau.

Pour le directeur régional de l‘ONEA Ouagadougou, Saidou Kafando, ce déficit est dû entre autres à l‘accroissement de la population, l‘expansion spatiale de la ville de Ouagadougou et les changements climatiques.

À court et moyen terme, la nationale de l‘eau prévoit des mesures en vue d’atténuer les effets de la pénurie en eau pour la période dite « période de transition » qui court de 2015 à 2016.

« Les mesures immédiates que nous avons prises pour la période chaude, c’est déjà d’engager des actions de sensibilisations à l‘endroit de la population pour avoir un comportement responsables qui vise à faire des économies d’eau parce que nous sommes en déficit.

Nous avons également à court terme entrepris la réalisation d’un certain nombre d’ouvrages. A ce titre, nous avons réhabilité 20 forages. Nous avons exécuté 6 nouveaux forages et nous avons achevé les travaux d’extension et de réhabilitation de la station de Paspanga. Ce qui a permis d’accroitre la capacité de production à ce niveau », a expliqué le directeur régional.

L’ONEA a en outre acquis 12 des groupes électrogènes et 4 en voie d’acquisition pour remédier aux délestages qui ont un impact sur sa productivité.

Cette période de déficit prendra fin en janvier 2017 avec l‘achèvement des travaux de la phase 2 du projet Ziga et qui permettront de doubler la capacité de production et apporter une réponse définitive à la pénurie d’eau, selon Saidou Kafando.

En attendant, un programme indicatif a été établi pour permettre aux populations de connaitre les heures de coupures d’eau et par conséquent pouvoir faire des réserves.

Maratou SOUDRE

Source: Burkina24

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE