«Père, Pardonne-leur… » (Par Tagro Tapé Innocent)

«Père, Pardonne-leur… » (Par Tagro Tapé Innocent)

Ils sont partout depuis le tristement célèbre 11 avril 2011, agrippés à nos basques tels des sangsues, tentant de vider en nous toute trace d’humanité.

Ils sont partout, depuis six (6) ans, rivalisant à nous démontrer qu’ils n’ont pour nous, aucun sentiment de fraternité.

Ils nous conduisent, pour ce faire, dans tous les goulags qu’ils ont disséminés principalement dans toutes les zones du pays qu’ils pensent favorables à leurs desseins de croque-morts.

Ils nous transforment allègrement en punching-ball, ses hommes sans remords !

Depuis six longues années donc qu’ils sont aux affaires, ils nous persécutent, nous emprisonnent, nous maintiennent délibérément en exil, nous laissent mourir dans leurs prisons, nous bâillonnent.

Six ans aussi d’occupation des terres de nos aïeux, d’expropriation des biens meubles et immeubles de la plupart de ceux qu’ils détiennent loin du pays.

Six ans de partage –entre eux- du gâteau de l’accession au pouvoir par la force de leurs armes et de celles de la France et de l’ONU, et par la duplicité de ceux qui se disent les légitimes représentants de la communauté internationale.

Six ans de souffrances infligées à quiconque n’est ni de leur bord politique –le RHDP- ni de leur religion majoritairement musulmane, ni de leur ethnie, ni de leur région principalement du Nord de la Côte-d’Ivoire et au nord du nord de notre pays.

Les autres originaires des autres régions, des autres religions et partis politiques différents qu’ils veulent bien laisser participer à leurs agapes ne sont –de fait- que des godillots, leurs faire-valoir.

Six longues années de souffrances couvertes par le mutisme de tous ces compatriotes qui jouissent de la violente et sanglante accession au pouvoir de nos nouveaux maîtres.

Six ans de démission, soit par lâcheté, soit par cupidité, ou encore par cruauté congénitale ou même encore par rancune tenace, de tous ces responsables politiques, syndicaux, d’ONG de défense des droits de l’homme, ou guides religieux, de tous ces leaders d’opinion nationaux naguère prompts à pourfendre le pouvoir Gbagbo pour un oui ou pour un non !

Six ans aussi de détention, à la Haye, aux Pays-Bas, dans la fameuse prison Scheveningen de la Cour Pénale Internationale, de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé !

Six ans d’un procès pour crimes contre l’humanité dont les preuves sont jusqu’à présent difficiles à trouver !

Six ans donc de procès inique, mais aussi, six ans de refus de l’application légale de la présomption d’innocence.

Six ans de refus systématique de la liberté provisoire ou conditionnelle à quelqu’un dont on ne détient cependant pas la moindre preuve de culpabilité !

Alors, disons comme lui, six ans de « prise en otage » d’un homme qui, tout le temps qu’il a dirigé notre pays, a tenté de réunir tous les Ivoiriens, de leur trouver de meilleurs conditions d’existence, a souhaité et travaillé avec ses adversaires les plus irréductibles !

Ils sont donc retenus là-bas captifs et, pendant ce temps, au pays ici, les tenants du pouvoir s’empressent de se partager la Côte-d’Ivoire ou ce qu’il en reste.

Certains se voient même déjà au pouvoir –sans coup férir- en 2020, comme résultat d’un pacte satanique passé sur le dos des Ivoiriens.

Ils font des projets pour accaparer la Côte-d’Ivoire !

Pourtant, ils ont tué les Ivoiriens !

Ils ont dépecé notre patrie !

Ils se sont partagé les richesses de notre pays!

Ils se battent maintenant à son chevet pour garder sa carcasse par devers eux !

Ah, les charognards !

Ah, les malheureux !

Ah, les maladroits

Ah, les aveugles !

Pour peu qu’ils veuillent ouvrir leurs yeux, ils verront qu’ils ont pourtant là, devant eux, la solution à leurs angoisses !

Que ne s’avisent-ils, pour espérer se faire pardonner leurs actes criminels, de se repentir sincèrement et de rechercher la vraie voie de la réconciliation nationale !

Au lieu de cela, les voilà qui, tous autant qu’ils sont, adoptent l’attitude d’une tribu assiégée !

Ils s’amusent à se faire peur !

Partout, ils pensent pouvoir prendre des dispositions idoines pour éviter le déluge de calamités qui vont s’abattre sur eux comme conséquence de tout le mal qu’ils ont fait sciemment aux Ivoiriens !

Contre la sourde et muette colère des Ivoiriens qui, pour l’instant, se limitent à les regarder avec dégoût et avec mépris, à se désintéresser de tout ce qu’ils proposent comme projet de société, ils croient trouver le salut dans l’union de leurs forces maléfiques !

Alors, ils appellent à resserrer les rangs autour de leurs chefs et de leurs partis politiques !

Ils s’amusent à se faire peur et ils ont effectivement peur !

Depuis six ans qu’ils nous malmènent, nous maltraitent, ils voient bien que –sans mot dire ni sans les maudire- nous acceptons en silence nos morts, nos souffrances, nos sacrifices, en l’attendant !

Les faibles d’esprit !

Ils sont en train d’agir, par leurs gesticulations puériles, comme des voleurs qui veulent vite emporter les objets volés dans une demeure avant l’arrivée du maître des lieux !

Les aveugles !

Que ne se rendent-ils compte que si nous les avons supportés depuis ce satané 18 septembre 2002, c’est bien parce qu’un seul homme était parmi nous et avec nous, et qu’il nous l’avait demandé : ce Laurent Gbagbo dont nous continuons d’attendre la parole !

Que ne peuvent-ils comprendre que celui qu’ils ont enfermé là-bas à la CPI pour avoir la paix ici et pour pouvoir piller tranquillement le pays avant de s’évanouir dans la nuit noire dont ils ont été tirés, c’est justement celui-là même que nous attendons avant de leur pardonner toutes leurs déprédations !

Car cet homme-là, Gbagbo Laurent, est le seul capable de dire un seul mot à même d’apaiser tous les cœurs meurtris par la politique vengeresse, inhumaine de ces dirigeants qui ont tant tué, parce qu’obnubilés par l’accession par tous les moyens au pouvoir d’état !

Alors, au lieu de paniquer à la seule idée qu’il reviendra en Côte-d’Ivoire, les matamores de la politique ivoirienne qui ont déglingué notre vie sociale, politique et économique, ont tout à gagner en mettant fin à la « prise en otage » de Gbagbo.

Le faisant revenir au pays, ils constateront que malgré toutes les années qu’ils croyaient lui avoir fait perdre en le maintenant en prison loin de son peuple et de sa patrie, l’homme n’a pas changé !

Car, c’est un fait indéniable, malgré toutes les souffrances endurées par lui et causées à la Côte-d’Ivoire majoritaire qui le soutient et s’identifie à lui, lui seul –Gbagbo Laurent- détient la clé de la vraie réconciliation et de la vraie paix dans le pays et le secret de la quiétude de vos esprits torturés par la méchanceté avec laquelle vous avez dirigé le pays.

Puisque c’est lui encore qui dira –comme lors de la loi d’amnistie qu’il a prise pour apaiser vos esprits rebelles de septembre 2002, comme lorsqu’il ravala et sa raison et son honneur en signant avec les traitres à la patrie, l’Accord de Ouagadougou, comme lorsqu’il prit la très controversée décision de permettre à vos responsables politiques d’être candidats à titre exceptionnel à l’élection présidentielle de 2010- : « PARDONNE-LEUR, PERE, CAR ILS NE SAVAIENT PAS CE QU’ILS FAISAIENT !

C’est ainsi et seulement ainsi que nous accepterons encore, nous, vos victimes, de vous pardonner toutes vos méchancetés !

Alors, vous le constaterez vous-mêmes, bourreaux qui, parce qu’incapables de réconcilier les Ivoiriens, vous faites passer pour leurs victimes, la vie en Côte-d’Ivoire redeviendra normale !

Ce samedi, 08-07-2017

TAGRO Tapé Innocent, Enseignant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*