Philippe Mangou, l’amour de l’argent et le péché du “fils de pasteur” : corruption ! (Par Théophile Kouamouo)

Philippe Mangou, l’amour de l’argent et le péché du “fils de pasteur” : corruption ! (Par Théophile Kouamouo)

Philippe Mangou nous trouble parce qu’il interroge chaque Ivoirien, et surtout chaque Ivoirien progressiste/patriote/anticolonialiste, sur lui-même. Effectivement, il a marché sur les traces de son prédécesseur Mathias Doué. Plus par recherche du confort personnel que par goût de la trahison, il me semble.

En apparence témoin à charge dans le cadre du procès Gbagbo, il se livre en réalité à un plaidoyer pro domo dans le cadre de son propre procès face à l’Histoire. “Voici pourquoi j’étais obligé de faire ce que j’ai fait”, dit-il. Les autres chefs de corps étaient passés à l’ennemi et “ne jouaient pas franc jeu”, il n’y avait pas d’armes et de munitions, le monde entier avait pris le parti du camp adverse y compris les amis historiques de Gbagbo, qui soit dit en passant le testait et tentait de le piéger, etc… Tous ces arguments auraient été recevables s’il n’était pas, aujourd’hui, l’ambassadeur de Ouattara à Libreville ! Ce poste, le même type de poste que celui de Kassaraté, qu’il présente pourtant comme un sombre traître, trahit le péché du “fils de pasteur” : corruption !

Or “l’amour de l’argent est la racine de tous les maux”, nous avertissent les Ecritures.

Dans quelle mesure “la soif de posséder” a-t-elle été, aux côtés de la haine vigilante de Paris et de la déloyauté généralisée de l’opposition d’alors vis-à-vis de la Nation, un des poisons lents qui ont tué la révolution démocratique ivoirienne ?

En quoi Mangou est-il plus “traître” que ceux qui ont, par exemple, aux côtés de cadres RHDP, détourné l’épargne des cacaoculteurs qui aurait pu permettre de commencer à “renverser la table” ?
Il faut certainement être habité par une aspiration authentique à l’héroïsme, et par un esprit de sacrifice, pour avoir une chance de changer la donne face aux puissants.

L’avons-nous au fond de nous ? Ne sommes-nous pas des Mangou non encore dévoilés, ou non encore mis à l’épreuve ?


Méditons.

Théophile Kouamouo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE