Plusieurs jihadistes présumés, dont deux Français, arrêtés près de la frontière ivoirienne, signale AFP

Plusieurs jihadistes présumés, dont deux Français, arrêtés près de la frontière ivoirienne, signale AFP

Plusieurs personnes soupçonnées d’être des jihadistes ont été arrêtées lundi dans le sud du Mali, près de la frontière avec la Côte d’Ivoire, et ont été transférées mardi vers Bamako, ont indiqué à l’AFP des sources de sécurité maliennes.

“Au moins quinze présumés jihadistes ont été arrêtés à Zégoua”, dans la région de Sikasso, “ils ont été transférés mardi à Bamako”, la capitale, a déclaré une première source de sécurité.

Selon elle, les arrestations ont été effectuées lundi soir. Les personnes arrêtées voyageaient dans un car en provenance de la Côte d’Ivoire. Parmi elles, figurent des Maliens, des Mauritaniens et certaines d’entre elles étaient en possession de passeports français. Leur identité était en cours de vérification, pour déterminer s’il s’agit réellement de Franco-Maliens ou si les passeports français sont des faux.

Une seconde source de sécurité malienne ainsi qu’une source proche de l’enquête ont eux aussi fait état d’arrestations de jihadistes présumés à Zégoua (environ 460 km de Bamako), première ville malienne après la frontière ivoirienne.

Lundi, “j’ai vu des gens arrêtés par les services de sécurité. Mais je ne peux dire ni combien ils sont, ni leurs nationalités”, a de son côté témoigné un fonctionnaire en poste à Zégoua, joint de Bamako.

A ce stade de l’enquête, “il est clair que ce ne sont pas des voyageurs normaux” qui ont été arrêtés, “nous sommes en train de vérifier si les passeports français détenus par des Maliens sont des vrais”, a affirmé la seconde source de sécurité, précisant que “deux des passagers arrêtés ont reconnu être des membres de la Dawa, une secte islamiste”.

Une source de sécurité ivoirienne à la frontière avec le Mali, jointe par téléphone par l’AFP, a également évoqué les arrestations, indiquant que les voyageurs étaient partis d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

“Selon les premières informations, en prenant leur ticket de transport à Abidjan, certains des passagers arrêtés ont affirmé qu’ils allaient à Bamako, alors que d’autres ont déclaré vouloir se rendre dans la localité de Gogui”, dans le nord-ouest du Mali, près de la frontière avec la Mauritanie, a déclaré cette source.

Ces arrestations interviennent moins d’une semaine après celle d’un membre présumé d’Ansar Dine, groupe jihadiste du nord du Mali.

Ce jihadiste supposé, “fidèle du terroriste Iyad Ag Ghaly (le chef d’Ansar Dine)”, a été intercepté sur le chemin de Bamako dans la nuit du 9 au 10 juillet, avec en sa possession des documents et vidéos de propagande islamiste, d’après une source de sécurité.

Les 9 et 10 juillet, la mission de l’ONU au Mali (Minusma) et certains pays occidentaux, dont la France, avaient demandé à leurs personnel et
ressortissants à Bamako de “redoubler de vigilance” en raison de menaces d’attentat à Bamako.

Le chef d’Ansar Dine a revendiqué de récentes attaques commises au Mali, le 27 juin contre un camp militaire à Nara (nord-ouest), près de la frontière mauritanienne, et le 28 juin à Fakola (sud), près du territoire ivoirien.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, dont Ansar Dine et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), après la déroute de l’armée face à la rébellion touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Bien que les jihadistes aient été dispersés et en grande partie chassés de cette vaste région à la suite du lancement, en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme des forces étrangères.

sd-ac/cs/amd

Source : AFP

__________

Des jihadistes présumés, dont deux Français, arrêtés à la frontière ivoirienne

Une vingtaine de jihadistes présumés, dont deux Français, ont été arrêtés ces derniers jours dans la ville de Zegoua, au sud du Mali, ont annoncé mardi des sources de sécurité.

Ces hommes, qui ont été emprisonnés lundi 13 juillet après avoir franchi la frontière de la Côte d’Ivoire voisine, ont été transportés vers Bamako pour subir des interrogatoires. La plupart d’entre eux sont Mauritaniens. On compte aussi quelques Maliens et des Français. « Il y a 20 jihadistes présumés, dont deux Français », a déclaré une autre source sécuritaire à l’agence de presse Reuters en ajoutant qu’ils sont « tous des islamistes, tous barbus ».

Ces présumés jihadistes ont été arrêtés en lien avec deux membres du groupe Ansar Eddine, capturés par l’armée malienne la semaine dernière. Ils seraient impliqués dans la planification d’attentats. Le groupe a revendiqué une série d’attaques perpétrées dans des villes et des villages situés au sud et à l’ouest du Mali, dont la capitale Bamako.

Un nouveau front au sud du pays

Après l’arrestation la semaine dernière d’un jihadiste soupçonné d’être le cerveau de la fusillade du 7 mars à Bamako qui a coûté la vie à un Français, un Belge et trois Maliens dans un restaurant de Bamako, les enquêtes laissent entrevoir de nouvelles stratégies des groupes islamistes pour occuper le territoire malien.

Au moins quatre groupes jihadistes, ainsi que des plus petites formations, se seraient alliés pour ouvrir un nouveau front au sud du Mali. Le groupe Ansar Edine, mené par Iyad ag Ghali se trouverait au centre de cette coalition.

Au total, ce groupe d’une centaine de personnes a pour objectif de faire de la région de Sikasso, qui partage une frontière avec la Côte d’Ivoire, la base de ce front sud.

Source: Jeune Afrique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.