Pour Alpha Condé, l’OMS et Médecins sans frontières sont responsables de la propagation d’Ebola en Guinée

Pour Alpha Condé, l’OMS et Médecins sans frontières sont responsables de la propagation d’Ebola en Guinée

Le président guinéen, Alpha Condé, s’en est, une nouvelle fois, pris aux ONG et l’OMS qui se battent chez lui pour limiter la propagation du virus Ebola. Le président ougandais, Yoweri Museveni, en a aussi pris pour son grade.

Depuis le début de la crise épidémique dans son pays, le président guinéen ne rate jamais l’occasion de s’en prendre aux ONG et à l’OMS. Si tantôt c’est pour contester les chiffres officiels de ces derniers, en leur opposant les siens propres qu’il juge seuls crédibles, cette fois c’est pour carrément les tenir responsables de la propagation du virus dans son pays.

« L’Organisation mondiale de la Santé et Médecins sans frontières ont mal communiqué au début. Ils n’ont pas dit qu’Ebola, qui est une épidémie grave, n’est pas nécessairement une maladie mortelle. Donc si vous ne dites pas à un malade qu’il peut guérir pourquoi voulez-vous qu’il aille à l’hôpital », déclare Alpha Condé dans un entretien avec la BBC.

Pour sensibiliser davantage sur cette épidémie, le président guinéen est d’avis qu’il « est important de communiquer sur les téléphones, car tout le monde en possède un. »

Cependant, nuance Alpha Condé sur l’efficacité de ce mode de communication dans un pays où le taux de pénétration sur Internet est si faible, « le message doit continuer d’être transmis par le biais d’orateurs traditionnels : les imams, les guérisseurs et la société civile. Vous ne pouvez pas demander à un paysan là-bas au village d’aller sur Facebook. »

Le président ougandais en a aussi pris pour son grade

Et de préciser : « Nous envoyons dans chaque quartier des personnalités « crédibles » comme des religieuses, des guérisseurs, des jeunes… pour que chacun rentre dans la sensibilisation. Car Ebola est devenu un fonds de commerce. Tout le monde crée une ONG pour aller lutter contre Ebola. Mais il faut aussi créer une confiance avec les populations en montrant l’exemple dans son comportement. »

Alpha Condé n’a pas manqué de tacler le président ougandais, Yoweri Museveni, qui a demandé à ses citoyens « de ne pas la main » : «  Il ne suffit pas de serrer la main de quelqu’un pour attraper Ebola. C’est aberrant ! Cela crée une panique inutile. Cependant, il faut prendre des précautions en se lavant régulièrement les mains. »

Parti de la Guinée en tout fin de l’année dernière, le virus Ebola a fait plus de 5000 morts, essentiellement en Guinée, en Sierra Léone et au Liberia.

Yahiya TRAORE

Source: Afriqueconnection

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*