Pour la légende du football mondial, Diego Maradona, Vladimir Poutine est un «homme de paix»

Pour la légende du football mondial, Diego Maradona, Vladimir Poutine est un «homme de paix»

Véritable icone sportive, Diego Maradona n’a pas hésité à louer les qualités du président russe, Vladimir Poutine. Il a également estimé que l’Amérique latine subissait une pression croissante de la part de la droite et des Etats-Unis.

«Je pense qu’après [Hugo] Chavez et Fidel [Castro], Vladimir Poutine [Ariel] Ortega et Evo [Morales], font partie de “la top league” des leaders politiques», a déclaré le 30 juin auprès des journalistes la star du football argentin et mondial Diego Maradona. Le célèbre sportif se trouve actuellement en Russie pour assister à la finale de la Coupe des Confédérations, une compétition internationale de football qui sert de répétition générale à la Coupe du Monde 2018. RT en a profité pour lui poser quelques questions.

«[Vladimir] Poutine est un homme qui peut apporter la paix […] dans ce monde», a assuré l’Argentin, n’hésitant pas à qualifier le président russe de «phénomène». S’il n’a pas tari d’éloges sur Vladimir Poutine, Diego Maradona a moqué le président américain en déclarant : «Pour moi, [Donald Trump] est plutôt un comique […] un dessin-animé.»

L’ancien footballeur de 56 ans a par ailleurs ajouté qu’il ne pensait pas que les Etats-Unis représentaient une puissance dominante dans les relations internationales. «Les Etats-Unis ne sont plus les shérifs», a-t-il déclaré.

«[Le continent latino-américain ressent] une pression croissante de la part de la droite. Par droite, j’entends les Etats-Unis», a-t-il précisé, soulignant : «La droite est plus forte maintenant. La droite a davantage d’argent. Ils peuvent acheter beaucoup de choses.»

Scandalisé par cette situation, Diego Maradona a enfoncé le clou en expliquant : «Auparavant, sous les [gouvernements précédents], les gens avaient au moins de la nourriture, mais maintenant en Argentine il y a des gens qui meurent de faim. C’est triste. C’est très triste. Et cela ne concerne pas seulement l’Argentine, c’est le cas du Brésil également.»

Source: Russia Today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*