Pour l’actrice américaine Susan Sarandon, Clinton est «plus dangereuse» que Trump

L’actrice oscarisée Susan Sarandon, soutien indéfectible de la campagne de Bernie Sanders, a abordé la question de la candidature de la démocrate Hillary Clinton, la qualifiant de «plus dangereuse» que le républicain Donald Trump.

Faisant son apparition au programme d’actualité politique américain The Young Turks, Susan Sarandon a critiqué Hillary Clinton à propos de sa politique étrangère. L’actrice a aussi confié ne pas prendre au sérieux les promesses sensationnelles de Donald Trump, comme construire un mur le long de la frontière au Sud ou encore exclure l’immigration musulmane des Etats-Unis.

«Je crois que d’une certaine façon elle est plus dangereuse», a suggéré Susan Sarandon, répondant aux questions sur son sentiment envers la campagne d’Hillary Clinton, qui juge pour sa part son rival républicain de dangereux.

«Elle n’a pas tiré de leçons de l’Irak, et elle est une interventionniste, et elle a fait des choses horribles… et de façon impitoyable. Je ne sais pas si elle surcompense ou bien quel est son objectif. Je crois qu’on sera en Iran en deux secondes [après son élection]», a-t-elle fait savoir.

Quant à Donald Trump, l’actrice américaine s’est montrée plutôt favorable, indiquant que ses projets de construction d’un mur ne lui faisaient pas peur.

«Il ne va pas se débarrasser de tous les Musulmans du pays. Je ne sais pas quelle est sa politique. Mais je connais les politiques [de Clinton], je sais par qui elle est financéeet je sais qu’elle n’est pas transparente», a expliqué Susan Sarandon.

L’actrice est apparue plus tôt dans la semaine sur la chaîne MSNBC et a pointé du doigt le manque de couverture médiatique des voix qui critiquent la démocrate, estimant que l’inculpation fédérale de l’ancienne secrétaire d’Etat était «inévitable».

«Personne ne parle même pas de cette inculpation. Qu’est-ce qui se passe avec ça ?», s’est-elle demandée, rappelant le scandale lié aux courriels électroniques de l’ancienne secrétaire d’Etat. «Outre le problème de confiance après l’avoir pris sur le fait en train de dire autant de mensonges».

Source: Russia Today

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*