Pour Lavrov, le président Mugabe est une légende | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Pour Lavrov, le président Mugabe est une légende
Pour Lavrov, le président Mugabe est une légende

Pour Lavrov, le président Mugabe est une légende

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite au Zimbabwe, a qualifié mardi de légende et de figure historique le président Robert Mugabe, personnellement frappé par des sanctions occidentales, tout comme la Russie récemment.

M. Lavrov a également affirmé que l’Afrique était l’un des piliers du système mondial en évolution, ajoutant à l’intention des Etats-Unis qu’il n’était plus question désormais d’un monde dominé par une ou deux grandes puissances.

Il n’y a pas de retour possible vers un monde uni-polaire, ou bi-polaire. L’avenir du monde ne peut être que multiple, sinon le système ne sera pas durable, a déclaré le chef de la diplomatie du Kremlin.

M. Mugabe, 90 ans, a répondu aux louanges en dénonçant les sanctions prononcées par les Etats-Unis et l’Union européenne contre la Russie.

Si des sanctions doivent s’appliquer, elles doivent être approuvées par les Nations unies, et celles qui ont été imposées à la Russie n’ont pas été approuvées, a-t-il dit après avoir reçu M. Lavrov, venu sceller des accords commerciaux, militaires et techniques entre la Russie et le Zimbabwe.

Ce sont des sanctions illégales. Une part de notre communauté internationale, méprisant la loi, cherche à dominer le reste du monde, et nous disons: Non!, a poursuivi le vieux chef d’Etat, au pouvoir depuis l’indépendance de son pays en 1980.

M. Lavrov lui a fait écho en déclarant devant la presse: Nos amis du Zimbabwe et le gouvernement russe sont convaincus que toute solution doit être recherchée sur la base du droit international (…) Nous sommes tous convaincus que cette politique coercitive unilatérale n’a aucun avenir.

Les Etats-Unis et l’UE ont imposé des sanctions financières, économiques et diplomatiques à la Russie, pour protester contre le soutien de Moscou aux forces séparatistes pro-russes d’Ukraine.

M. Mugabe est pour sa part sous le coup de sanctions américaines et européennes prises après une vague de répression de l’opposition en 2002.

Mi-février, l’Union européenne a suspendu la plupart des sanctions frappant le pays, en proie à une profonde crise économique, mais a maintenu celles visant spécifiquement le chef de l’Etat et son clan.

Source: AFP 

———————————————————-

Pour Mugabe, les sanctions contre la Russie sont “illegales”

À l’issue d’un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien à Moscou, qualifiant d'”illégales” les sanctions imposées à la Russie par l’UE et les États-Unis.

Il ne pouvait pas laisser passer l’occasion. Grand pourfendeur de l’Occident, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a qualifié, le 16 septembre, d'”illégales” les sanctions adoptées par l’Union européenne et les États-Unis à l’encontre de la Russie.

“Si des sanctions doivent s’appliquer, elles doivent être approuvées par les Nations unies, et celles qui ont été imposées à la Russie n’ont pas été approuvées”, a-t-il dénoncé après avoir reçu à Harare Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, venu sceller des accords commerciaux, militaires et techniques entre la Russie et le Zimbabwe.

Mugabe dit “non”

“Ce sont des sanctions illégales, a répété Robert Mugabe. Une part de notre communauté internationale, méprisant la loi, cherche à dominer le reste du monde, et nous disons : non !”
Sergueï Lavrov lui a fait écho en déclarant devant la presse : “Nos amis du Zimbabwe et le gouvernement russe sont convaincus que toute solution doit être recherchée sur la base du droit international (…) et uniquement par des moyens pacifiques, sans méthode plus ou moins coercitive”.

Source: Jeune Afrique

 

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.