Pour marquer son désaccord contre la nouvelle constitution, le Pr Urbain Amoa en grève de la faim à la Basilique

Pour marquer son désaccord contre la nouvelle constitution, le Pr Urbain Amoa en grève de la faim à la Basilique

L’initiateur du Festival international de la route des reines et des rois, le professeur Urbain Amoa est en grève de faim limitée depuis ce mardi à la Basilique Notre Dame de la paix de Yamoussoukro, comme constaté sur place par KOACI.COM.

La « mal gouvernance », la « cherté de la vie » et surtout le « référendum » annoncé sur la nouvelle «constitution», expliqueraient cette privation de nourriture de l’un des plus imminents intellectuels du pays.

Face à la presse, il a justifié le choix de la capitale politique et administrative pour marquer son désaccord.

« Mon appel de Yamoussoukro, n’est ni un conflit interethnique, ni une affaire de partis politiques. ni une affaire d’ivoiriens contre la France et les français ni une affaire d’ivoiriens contre d’autres peuples d’Afrique ou du monde », a déclaré d’entrée le fondateur-recteur de l’Université Charles-Louis Montesquieu d’Abidjan.

« Si c’est par le spirituel et par les armes et peut-être même, par la mauvaise foi que Monsieur Alassane Dramane Ouattara a gagné son combat, c’est par le spirituel et la non-violence qu’il faut l’amener à la raison afin de libérer l’âme de la Côte d’ Ivoire à partir de Yamoussoukro.»

Toujours selon l’enseignant, son combat viserait à « lutter contre la faim», sous le ciel ivoirien qui serait gorgé de pluies de milliards où des paysans et des peuples mouraient de faim et souffraient des affres des injustices.

Son combat dit de libération, serait aussi de lutter la « cherté de la vie et la mal gouvernance. »

Urbain Amoa dénonce également la répartition équitable des portefeuilles de gouvernance de haut niveau, qui aurait pour risque, la tribalisation excessive des postes de nomination dans les instances politiques.

Pour ce dernier, la loi portant statut des Rois et Chefs traditionnels a été mal appliquée, et dénonce une mauvaise exploitation des valeurs liées à la création de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels.

Sur la nouvelle constitution annoncée avant fin 2016, le professeur ne semble pas être d’accord avec le projet de Ouattara et le fait savoir.

« Si Ouattara ne respecte pas la constitution qu’il a lui-même voté, qu’il ne nous amène pas vers une constitution qui fera de Blaise Compaoré président de la Côte d’ivoire. Il est possible que, Ouattara se retire en 2018 pour installer quelqu’un qui va le protéger contre la justice. Je porte la colère de tous les ivoiriens à la basilique », a-t-il indiqué.

Il appelle à une désobéissance civile pacifique en juillet prochain et annonce des sit-in devant les ambassades accréditées en Côte d’Ivoire.

La grève de la faim entamée par le professeur Urbain Amoa à la Basilique, à l’en croire devrait prendre fin ce jeudi pour la première étape.

Il pourrait récidiver si ses recommandations qui sont telles que : « Le report des prochaines élections jusqu’à une résolution acceptable des dernières crises post-électorale, la redynamisation des instances et des institutions de la république et la création d’un haut Conseil d’Etat dans le soucis de dépersonnaliser les orientations et les visions de l’Etat, la création de la Principauté de Yamoussoukro en cas de non annulation par décret du Programme spécial de transfert de la capitale, la fermeture des bureaux de la Chambre des rois et chefs traditionnels, l’amélioration dans l’urgence des conditions de vies des populations des campagnes et des villes et enfin, la libération de tous les prisonniers politiques de la crise électorale et la facilitation d’un retour sans risques de poursuites judiciaires particulières des exilés », ne sont pas prises en compte par le président de la République.

Donatien Kautcha

Source: Koaci.com

About Tjefin

One comment

  1. Illustre professeur Urbain Amoa,ne vous faites pas de mal.Vous avez démontré aux yeux des poltrons tout votre engagement devant la voyousie de Dramane qui piétine tout sur son passage au grand silence de ses sujets Ivoiriens autrefois maîtres.Vous avez fait votre part,l’histoire le retient!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*