Pour une réconciliation sincère : Des houphouëtistes chez Sangaré | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Pour une réconciliation sincère : Des houphouëtistes chez Sangaré
Pour une réconciliation sincère : Des houphouëtistes chez Sangaré

Pour une réconciliation sincère : Des houphouëtistes chez Sangaré

Akué Georges Aimé (membre du Bureau politique du Pdci et inspecteur dudit parti, Chevalier dans l’ordre du Bélier), Vaho Aka Patriske, Kouassi Pépoint, Bohui Timothée. Ces quatre personnalités sont toutes membres du «Club Félix Houphouët-Boigny», le premier cité en est le président.

Akué Georges Aimé et les membres du mouvement étaient, à leur demande, chez Sangaré Abou Drahamane, président par intérim du parti de Gbagbo. Celui-ci avait à ses côtés Laurent Akoun, Dano Djédjé, Odette Sauyet (vice-présidents du parti), Hubert Oulaye (président du Comité de contrôle) et Koné Boubakar (Secrétaire général adjoint, porte-parole adjoint du parti). Ces hommes qui se réclament de l’houphouetisme ont rencontré Sangaré pour parler de la réconciliation nationale.

«Nous sommes le président du Club Félix Houphouët-Boigny. En tant que tel nous sommes à la tête d’une délégation du Club Félix Houphouët-Boigny pour venir saluer le chef de l’Opposition ivoirienne, le Pr. Abou Drahamane Sangaré. Nous sommes venus surtout échanger avec lui dans le cadre de la réconciliation nationale. Et cela nous a vraiment fait plaisir. Nous avons échangé sur l’actualité. Nous avons présenté au président Sangaré le Club qui est né il y a 3 ans. Nous lui avons dit que le Club a pour mission essentielle de faire la promotion des idéaux de paix et de Dialogue du Président Félix Houphouët-Boigny, tels qu’ils ont été conçus par lui. Nous sommes donc là dans le cadre de la réconciliation nationale. Parce que nous avons l’intention de jouer pleinement notre partition. Nous ne voulons pas laisser la place aux seuls hommes politiques…», a justifié le président du club.

L’entretien entre les deux délégations a également porté sur la question de la Cei. «Nous avons aussi parlé de la Cei. Nous avons toujours dit que la conception actuelle de la Cei pose problème. Il faut impérativement la revoir selon les conditionnalités qui sont revendiquées aujourd’hui!» A ajouté l’hôte de Sangaré. Pour cette structure qui fait de la paix, le dialogue et la réconciliation nationale son cheval de bataille, la libération du Président est un impératif. «Pour nous, la libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire et celle du Président Laurent Gbagbo est impératif. Il y a quelques mois,  nous avons dit qu’on ne peut pas parler de réconciliation nationale en ayant autant de d’Ivoiriens à l’extérieur de la Côte d’Ivoire et qui vivent dans des conditions très difficiles. Beaucoup sont morts dans la misère, la pauvreté, de maladie. Aujourd’hui, beaucoup d’Ivoiriens sont en prison pour des raisons politiques. Il faut absolument accélérer le processus de leur jugement pour aboutir à une d’amnistie générale pour ces prisonniers politiques. Il le faut impérativement. C’est un préalable à la réconciliation nationale. Sans cela, on ne peut pas parler de réconciliation. Nous disons qu’il est inadmissible qu’un ancien Chef d’Etat comme celui de la Côte d’Ivoire soit en prison à l’extérieur de son pays. Nous militons donc à la faveur de la libération du Président Laurent Gbagbo…», a justifié ce cadre du Pdci, qui a annoncé que le président intérimaire du parti de Gbagbo invité sa structure à la prochaine Fête de la liberté qui sera organisée cette année à Gagnoa fin avril prochain.

«Nous sommes invités à la Fête de la liberté à Gagnoa en tant qu’invité spéciale. A cette occasion, nous allons lancer un message de paix et de réconciliation aux militants du Fpi. Cela veut dire que l’esprit de Félix Houphouët-Boigny va planer sur la Fête de la liberté. Nous allons faire en sorte que tous les Ivoiriens se retrouvent autour de lui pour se réconcilier. Il ne s’agit pas de Félix Houphouët-Boigny politique, mais de Félix Houphouët-Boigny père de la Nation ivoirienne. C’est très important.» A informé Akué Georges Aimé, à sa sortie d’audience.

F B             

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.