Pourquoi la Coupe du monde 1998 est citée dans l’enquête menée contre la Fifa ?

Pourquoi la Coupe du monde 1998 est citée dans l’enquête menée contre la Fifa ?

Les documents publiés par la justice américaine laisse apparaître un soupçon de corruption lors de l’attribution de la Coupe du monde 1998 organisée en France. Le Maroc est accusé d’avoir acheté une voix.

C’est l’un des nombreux épisodes de l’épisode judiciaire qui entoure actuellement la Fifa. Selon le dossier de plus de 400 pages publié par le département américain de la Justice, l’attribution de la Coupe du monde 1998 organisée en France pourrait être entachée d’irrégularités. La justice parle d’un «schéma de corruption relatif à la Coupe du monde 1998», selon les informations fournies par l’ancien président de laConcacaf, Chuck Blazer, qui a servi d’informateur aux enquêteurs. Membre du comité exécutif de la Fifa de 1996 à avril 2013, Blazer est devenu «la taupe» du FBI, enregistrant à l’aide d’un micro placé dans un porte-clefs de nombreuses conversations. Aujourd’hui poursuivi pour fraude fiscale, c’est dans le résumé des charges contre lui que se situe l’ensemble des informations.

Pour comprendre le soupçon 98, il faut remonter au 2 juillet 1992: ce jour-là, la Fifa désigne le pays hôte pour la Coupe du monde organisée six ans plus tard. Trois pays sont finalistes: la France, le Maroc et la Suisse. C’est la France qui l’emporte très largement par 12 voix contre 7 pour le Maroc et aucune pour la Suisse. Selon les documents publiés par le justice américaine, le Maroc aurait à l’époque acheté une voix du vote.

Dans le chapitre consacré à la Coupe du monde en France (page 16), plusieurs extraits vont dans ce sens: «Dans les mois qui ont précédé le vote, Chuck Blazer a voyagé avec le co-conspirateur #1 (…) au Maroc à l’invitation du comité d’organisation local. A l’époque, le co-conspirateur #1 occupait un certain nombre de postes, dont certains de haut rang à la Fifa et à la Concacaf».

XVMdb953322 051b 11e5 84fb f803c4ca4561 805x342 Pourquoi la Coupe du monde 1998 est citée dans lenquête menée contre la Fifa ?

«Une fois au Maroc, Blazer était présent quand un représentant de la candidature marocaine a offert un pot-de-vin au co-conspirateur #1 en échange de sa promesse de voter pour le Maroc lors du comité exécutif désignant l’organisateur du Mondial 1998. Le co-conspirateur #1 a accepté l’offre».

XVM873ff1e4 051c 11e5 84fb f803c4ca4561 805x260 Pourquoi la Coupe du monde 1998 est citée dans lenquête menée contre la Fifa ?

«Après le voyage, le co-conspirateur #1 a demandé à Blazer de prendre voix avec des membres du comité d’organisation marocain pour savoir quand le paiement serait effectué. Blazer a ensuite discuté de ce sujet avec des représentants du comité d’organisation marocain à plusieurs reprises, dont certaines ont eu lieu par téléphone depuis les bureaux de la Concacaf à New York. Même si le paiement a eu lieu (…) la France a été choisie au détriment du Maroc pour organiser la Coupe du monde 1998».

XVM4107b706 051d 11e5 84fb f803c4ca4561 805x724 Pourquoi la Coupe du monde 1998 est citée dans lenquête menée contre la Fifa ?

Selon plusieurs sources, Jack Warner serait «le co-conspirator #1»

Grâce à un autre document publié par la Fifa , Jack Warner, 72 ans et ancien président de la Concacaf de 1990 à 2011, est idenfitifé comme étant le mystérieux «co-conspirator #1» d’autant qu’il s’est rendu au Maroc en 1992 avec Chuck Blazer. Le rapport expose clairement que «Warner a commencé à monnayer son influence et exploiter sa position officielle pour son gain personnel (…) en acceptant des pots-de-vin en relation avec ses fonctions officielles, y compris la sélection du pays hôte des Coupes du monde 1998 et 2010 (en Afrique du Sud, ndlr)».

Jack Warner est soupçonné d’avoir détourné une partie des sommes perçues durant sa carrière de haut fonctionnaire du football à son profit personnel et est impliqué dans d’autres dossiers de l’enquête. Dans une interview donnée à Jeune Afrique à l’époque, le dirigeant affirmait avoir opté pour le Maroc en 1992. Pour rappel, Jack Warner a été interpellé hier avec huit autres haut dirigeants de la Fifa ainsi que cinq partenaires de l’institution. Une enquête a été ouverte aux États-Unis pour blanchiment d’argent, corruption et fraude alors qu’une investigation parallèle est menée en Suisse autour de l’attribution des Coupes du monde 2018 (en Russie) et 2022 (au Qatar).

Source: Le Figaro

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE