POURQUOI LE FPI ET TOUS LES PATRIOTES DOIVENT OPTIMISER LEUR STRATEGIE FACE A LA DICTATURE DE OUATTARA.

POURQUOI LE FPI ET TOUS LES PATRIOTES DOIVENT OPTIMISER LEUR STRATEGIE FACE A LA DICTATURE DE OUATTARA.

Depuis la déportation du président Gbagbo à la Haye, la majorité  écrasante des populations ivoiriennes ne cesse de reclamer sa  libération. C’est dans cet esprit que la diaspora ivoirienne et le FPI ont pris le probleme à bras le corps pour soit organiser des manifestations publiques, soit contacter des autorités politiques ou morales aux USA, au Canada, en Europe et ailleurs dans dans le monde. Des manifs ont même ete organisées plusieurs fois à la Haye, sans résultat palpable sur l’objectif final qui est de voir Gbagbo libre.

Pendant ce temps, Soro, Alassane et leurs hommes de main ( les COM ZONES) dorment bien, contents de voir les patriotes viser autre chose que le pouvoir d’Abidjan, contents aussi de voir que cette stratégie des victimes de la rébellion donne au régime dozo une période de repit qui continue de s’allonger. Les rebelles se donnent même la liberté d’aller exterminer des centaines de GUERE et WOBE au camp de Nahibly, ou dans les forêts de l’Ouest au vu et au su de l’ONUCI, de toutes les ONG et de toutes les ambassades présentes en Côte d’Ivoire.

Ils sont sont si à l’aise que Soro et Ouattara se sont payés la tête des Bethé en allant narguer les parents de Gbagbo et Blé Goudé à Gagnoa pour au finish transferer Blé Goudé la Haye après l’avoir torturé. Cela ne devrait pas surprendre car seuls les niais et autres personnes na-i-ves qui ne veulent jamais rien apprendre du passé se disent aujourd’hui surpris ou trahis par le régime des usurpateurs dans cette affaire de Blé Goudeé

POURQUOI CETTE INSOUCIANCE DE LA PART DE LA CLIQUE A DRAMANE ?

Eh bien parce que Ouattara et sa bande se disent qu’ils n’ont de compte à rendre à personne. Ils ne croient qu’au crime et à l’expropriation de leurs victimes aux fins  de se livrer à la mondanité sans scrupule et sans limite.

Pourquoi devraient-ils s’inquiéter quand personne ne demande ouvertement leur depart comme condition au retour de la paix en Côte d’Ivoire? Tout le monde parle de la liberation de Gbagbo depuis 2011 mais qu’a t-on obtenu en dehors des dérives d’une clique de juges payés à coups de millions d’Euros à la Haye.

Un petit rappel: En 1989-1990 , après l’échec du Plan Komoé Koffi, la rue demandait le départ d’Houphouet et une conférence nationale, mais le FPI s’est cru malin et a donné un mi-temps au PDCI en demandant plutôt la démission du gouvernement.  C’est dans cette période d’hésitation et de mots d’ordre inadaptés qu’est apparu Alassane Ouattara. Or si Houphouët avait été acculé jusqu’au point de voir son fauteuil vaciller il aurait ( peut-être) nommé à la primature soit un leader de l’opposition,  soit au moins un ivoirien dont le passé ne serait pas un sac à problemes comme celui de Ouattara. Les raisons qui militent en faveur de cette assertion est
qu’on a vu Houphouët à la télévision taper sur la table en disant que les mesures du plan Komoé Koffi seraient intégralement appliquées. Mais quelques jours après il a été obligé de se dedire en annulant ces mêmes mesures.

Bref, revenons à l’actualité pour dire que face au dictateur Ouattara , la stratégie la mieux adaptee que devrait adopter actuellement tous les patriotes et les parties d’opposition devraient  etre la suivante:

1.  La démission de Ouattara et Soro suivie de la mise en place d’un gouvernement neutre de transition.
Dans cette optique Affi ne devrait meme plus reprendre les negictaions ou prêcher le pardon au cours de ses tournées. ” Si tu veux voir Gbagbo, Blé Goudé et tous les autres detenus libres, agissons  pour obtenir la démission de Ouattara et SORO”, tel devrait  etre le mot d’ordre desormais.

Au cas où des ambassadeurs et chefs d’états feraient des pressions sur Affi ,qu’il leur demande où etaient-ils quand le régime brûlait vifs des centaines d’ivoiriens à Nahibly, et assassinait partout ailleurs en Côte d’Ivoire? Où sont-ils quand la CPI continue de s’ériger en prison politique au service de la dictature en place en Côte d’Ivoire alors qu’on les a vus être très incisifs contre Gbagbo.

2. La dissolution des FRCI. Cette soldatesque n’est rien d’autre qu’une milice tribale coupable de crimes contre l’humanité.

3. Le départ de l’armée française, de l’onuci et des forces de la CEDEAO.
Ces forces étrangères continuent de demontrer depuis plus de 10 ans qu’elles sont des forces d’appui aux rebelles qui ont planifié et exécuté un génocide contre les populations ivoiriennes.

4. Seul le gouvernement de transition doit être habilité à organiser les futures élections présidentielles après avoir assuré le retour des refugiés et le recensement des populations.

5. L’inculpation de Blaise Compaoré pour complicité active dans le génocide dont sont responsables Ouattara et sa bande en Côte d’Ivoire. Il a hebergé et, avec l’aide de la mafia franco-africaine,  armé rebelles du duo soro-Ouattara. Compaore  est même le gourou des groupes  de bandits qui utilisent la rébellion comme alibi pour piller les ressources nationales en Afrique de l’Ouest. Il a été complice dans la guerre du Liberia au profit de Charles Taylor. Cette guerre s’est répandue en Sierra Leone. Il faut aussi  rappeler que des “rebelles” venus du Liberia ont attaqué la Guinée au temps du Président Conté.

6. Soulignons aussi que les sites internet et les journaux proches de l’opposition doivent arrêter de se moquer des populations ivoiriennes en faisant croire que la CPI a mis la main sur  Blé Goudé pour ensuite reclamer Soro.  Cette manière de raisonner est une simple insulte à l’intelligence des populations qui souffrent depuis 2002 sous les crimes des milices de Ouattara et  SORO, car la CPI n’a pas besoin d’embastiller Gbagbo  et Blé Goudé avant de reclamer SORO.

C’est  d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Il convient de condamner ici l’attitute révoltante dont font preuve les journaux LG Info et le Figaro d’Abidjan. Pourquoi? Parce qu’à force de faire croire qu’ils sont dans les secrets des dieux à la CPI au sujet de l’inculpation de oro, ces deux journaux s’érigent en fait en Journaux de propagande embellissant astucieusement la réputation de cette cour pénale bancale qui n’est rien d’autre qu’un ramassis de magistrates au service de l’imposture .

Cette manière bizarre d’apprécier les réalités politiques du moment fait penser aux annees d’or des fameux accords de Ouaga quand au lieu d’exposer le criminel  Compaoré, Gbagbo a choisi de faire de lui “le mediateur” dans la crise ivoirienne. Comment peut-on  choisir comme féticheur le chef d’un gang de sorciers qui cherche depuis des annees à vous abattre ?
Arrêtons de rendre service aux gens qui donnent des moyens politiques, financiers, légaux ou militaries à Ouattara et sa clique. Si la CPI veut inculper Ouattara et soro, qu’elle le fasse, cela ne nous interesse pas.

D’aucuns pourraient se demander en quoi la mise à l’écart de Soro, Ouattara et Compaoré regle-t-elle le problème de Gbagbo et des autres detenus politiques?

La réponse va de soi quand on sait que Gbagbo a été simplement kidnappé sur ordre de la France pour le compte du régime soro-Ouattara. Une fois que ce régime disparaîtra, le nouveau pouvoir aura toute la latitude de juger en Côte d’Ivoire tous ceux et celles coupables des tuéries qui ont commencé depuis l’eclatement de la rebellion en 2002. D’autre part, quand Soro et Ouattara se rendront compte que sous la pression de la population leurs fauteuils leur échappent, ils reviendront sur terre. Tardivement.

Mackjavel

Email: Mackjavel@gmail.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE