POURQUOI LE PRÉSIDENT OUATTARA N’EST PAS VISITÉ PAR LE SAINT-ESPRIT ?

POURQUOI LE PRÉSIDENT OUATTARA N’EST PAS VISITÉ PAR LE SAINT-ESPRIT ?

Depuis le 11 avril 2011, le Président Ouattara gouverne la Côte d’Ivoire. C’est un cadre d’effroi et presque de panique qu’il est arrivé au pouvoir. Depuis cette date, le pays est traversé par des vagues d’optimisme et de pessimisme alternées. Le problème majeur de notre pays, c’est que la fracture sociale est grande pourtant tout le monde fait semblant de ne rien voir. Une partie des ivoiriens apprécie les saveurs de la république tandis qu’une autre partie se sent martyrisée. Une telle société est immobile quoique dynamique en apparence. Pour régler de tel problème, il convient de désarmer les cœurs et les esprits. Le Pardon reste le seul remède dans de telles situations. C’est ce que le Président YAYI Boni vient de faire dans son pays en accordant son pardon à ceux qui étaient impliqués dans la fameuse « affaire d’empoisonnement ». Tous les observateurs de la vie politique béninoise ont reconnu un geste divin capable de mettre fin aux palabres et de permettre aux béninois de se mettre ensemble pour construire leur pays. Dans ce texte, nous demandons à Dieu de visiter le Président Ouattara afin qu’il prenne les décisions sages, capables de sauver notre pays.

  1. Le Président YAYI Boni a été visité par le Saint-Esprit

On se souvient qu’en octobre 2012 et en février 2013, le Benin a vécu des événements douloureux de tentative d’empoisonnement du Président YAYI et d’attentat à la sûreté de l’Etat. Ces événements n’ont pas manqué d’avoir de graves répercussions sur la vie politique de ce pays contribuant ainsi à ternir l’image du Président YAYI, de son pays, de la démocratie naissante dans ce pays et de ses Institutions sur le plan national et international. Pour régler ce contentieux, le Président de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et le Président HOLLANDE ont entamé une médiation auprès du Président YAYI.

Début mai 2014, à la télévision nationale du Benin, en mettant l’intérêt supérieur de son pays, il a accordé son pardon aux personnes impliquées dans cette affaire : « …..Sur cette base, dans l’intérêt supérieur de notre pays et de la priorité que j’ai toujours accordée à l’intérêt général, j’ai décidé en mon âme et conscience et en toute liberté, de pardonner. Ce pardon s’adresse à messieurs Patrice TALON, BOCO Olivier et à tous les détenus impliqués dans les dossiers d’association de malfaiteurs et de tentative d’assassinat par empoisonnement du Président de la République d’une part, et d’attentat à la sûreté de l’Etat, d’autre part ». Dans son élan christique, il a appelé les béninois à faire comme lui : « J’exhorte chaque béninoise et chaque béninois à tourner définitivement la page de cette affaire et nous atteler ensemble à la résolution des problèmes quotidiens auxquels notre Peuple est confronté. Cette affaire doit être derrière nous tous ». Comme pour démontrer que cette inspiration ne venait pas d’un homme, il a terminé son bref discours par des propos digne d’un être visité par le Saint-Esprit : « Chers compatriotes, Créatures divines nous sommes. Portons donc Dieu, le Père Céleste, le Très Haut, le Très Miséricordieux et Clément, l’Ami Fidèle, notre Créateur dans le cœur et renforçons notre foi, acceptons nous les uns les autres pour que vive notre patrie commune, le Bénin ». Le Président Boni vient de démontrer qu’il aime son pays et qu’il n’est pas visité par la haine et la vengeance. C’est le contraire qu’il est donné de constater en Côte d’Ivoire où le Président lui-même manifeste dans ces actes la philosophie de la haine, de la peur et de la division.

  1. Le Président Ouattara est habité par la vengeance

Au sortir d’une guerre, l’urgence n’est pas la reconstruction des édifices mais la réconciliation. L’ancien directeur général adjoint (DGA) du Fonds monétaire international (FMI) n’a pas encore compris que derrière les chiffres, se trouvent des hommes. En tout cas, il a échoué en Côte d’Ivoire car ses actions ne vont pas dans le sens de la réconciliation. Au lieu de construire des ponts et boucher les trous de nos routes, il est temps de construire des PONTS qui vont relier les ivoiriens entre-eux. Ce pont-là, il est invisible mais sa construction passe par des actes visibles, profonds et sincères. Pour l’heure, les actions du Président Ouattara dans le sens de la réconciliation sont dignes d’être notées plus parce qu’elles taisent que par ce qu’elles disent. Il n’est pas sans intérêt de rappeler son clanisme. Le Président Ouattara s’appelle « Monsieur je préfère 1 à tous ». Il préfère diriger avec son ethnie. Il a choisi de gouverner avec sa région. Il ne consulte que son parti : le RDR. Dans la république du Président Ouattara, le délit de faciès et de patronyme n’existe plus. Tu auras un poste dans les hautes sphères de l’administration si vous êtes de sa région, de son parti, de son clan. Si vous lui parler de pardon, il vous rappellera ses mésaventures d’hier. Dites-lui que le rempart de la nation, notre armée n’est pas républicaine, il vous dira qu’il préfère les Ex-Forces Nouvelles (FN) de SORO Guillaume aux Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire. La haine et la vengeance sont des poisons qui détruisent. Le Président Ouattara doit suivre l’exemple de son homologue béninois pour poser des actions fortes en faveur de la réconciliation. Il doit demander un « Dialogue direct » avec le Président Gbagbo pour faire la paix. Il doit également libérer tous les prisonniers politiques car une justice à géométrie variable perd tout son sens. L’inspiration actuelle du Président Ouattara va le conduire dans l’abîme. Le mur de la haine fini toujours par s’écrouler sur celui qui l’a construit.

Conclusion

Inutile de répéter que le Président Ouattara pense que les FRCI constituent la bouée de sauvetage à laquelle, il faut s’agripper pour se maintenir au pouvoir. C’est une immense erreur car l’histoire récente de notre pays enseigne que le châtieur peut être châtié. Il est aussi admis que ce qui fait notre force peut devenir notre faiblesse. Parce que l’histoire ne se reproduit jamais à l’identique, vivement que le Saint-Esprit rende visite au Président Ouattara pour ne pas qu’il se perde à jamais.
PRAO Yao Séraphin, analyste politique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.