Premier meeting du président de la CNC à Bouaké

Premier meeting du président de la CNC à Bouaké

Banny aux populations de Bouaké : « … Bouaké est le cœur de notre pays. Quand Bouaké est atteint, c’est le cœur de la Côte d’Ivoire qui est atteint. Quand Bouaké renait, c’est toute la Côte d’Ivoire qui renait… »

C’est par ces mots que le premier ministre Charles Konan Banny, fils de la région du Gbêkê s’est adressé aux populations de Bouaké. En effet, le président de la Coalition Nationale pour le Changement (CNC), s’est rendu ce samedi 1er août 2015 à Bouaké où était accompagné par deux membre du bureau de la CNC : M. Abel Naki (vice-président charger de la Communication et du numérique) et  M. Joseph Ahipeaud Martial (vice-président chargé du programme commun de gouvernement). Le premier ministre Charles Konan Banny qui n’avait plus remis les pieds à Bouaké depuis la crise postelectorale y était pour parrainer la cérémonie d’investiture de l’Amicale des Missionnaires engagés pour Banny (une amicale des enseignants de la région) et le mouvement JEM BANNY (Jeunesse Engagée et Militante pour Banny).

C’est une foule immense qui est venue de différents secteurs, quartiers, villes et villages de Bouaké pour écouter le message du président de la CNC, et chef de l’opposition ivoirienne. Cependant, il faut noter que malgré la forte mobilisation des boikerois autour de cet évènement, des convois provenant de Diabo (village situé à quelques kilomètres de Bouaké) ont été bloqués au corridor Sud de ladite ville, et le président de la CNC n’a pas manqué de déplorer ce fait en quelques mots : « la Côte d’Ivoire n’a pas besoin de tels actes, cela ne sert à rien ». Le président Banny, président de la CNC et chef de l’opposition ivoirienne entend mener à bien les différentes revendications de la CNC qui représentent le cri de cœur des Ivoiriens.

A cet effet, il a déclaré être là avec le peuple de Bouaké afin de prêté une oreille attentive à leurs inquiétudes et celles de tous les ivoiriens : « la mobilisation est exceptionnelle, Bouaké est le cœur de notre pays. Quand Bouaké est atteint, c’est le cœur de la Côte d’Ivoire qui est atteint. Quand Bouaké renait, c’est toute la Côte d’Ivoire qui renait. Nous sommes avec vous et nous avons toujours été là, même au plus fort de la crise ».

Le premier ministre  a ajouté plus loin que la Côte d’Ivoire s’est détournée de sa destinée de nation de paix , dont l’image a été ternie par la profonde crise qui l’a secoué depuis une quinzaine d’année : « Nous sommes sorti des rails que Houphouët avait tracé pour nous.  Je souhaiterais que la côte d’Ivoire aille sur la terre promise, la paix. La Côte d’Ivoire ce n’est pas la division des Ivoiriens. C’est parce que nous sommes différents que nous sommes condamnés à l’union. » C’est alors que le parrain de la cérémonie à inviter les Ivoiriens au pardon mutuel afin de garantir un développement durable : « il n’y a pas de développement durable sans paix. » L’humilité est une vertue dont les Ivoiriens doivent faire preuve afin de réussir la réconciliation nationale.

Au chapitre de la CNC et de son engagement vis-à-vis du peuple de Côte d’Ivoire, l’ex-gouverneur de la BCEAO s’est dit confiant car la CNC et ses leaders savent où va la Côte d’Ivoire, alors il a invité le peuple de Bouaké à suivre ces leaders : « la CNC est là pour vous » at-il rétorqué avant de s’étendre longuement sur la vision et les objectifs de cette plateforme : « Nous allons lutter et obtenir le changement pour la Côte d’Ivoire et pour les Ivoiriens. Je ne veux plus que les Ivoiriens aient peur dans leur pays. Si nous avons peur chez nous où irons-nous ? Où allons-nous avoir la paix ? Il faut ramener la fraternité, la confiance et la paix dans notre pays. Nous sommes des hommes de paix alors, je n’use pas de mots qui blessent, s’il y a un chemin qui est facile à emprunter c’est celui de la violence. Nous voulons des élections sans effusion de sang en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi nous invitons le Chef de l’Etat, M. Alassane Ouattara à la négociation car c’est la seule porte de sortie que nous avons. Nous, à la CNC souhaitons que l’ensemble de nos compatriotes sachent que toutes les conditions des élections à venir seront consensuelles… »

Les populations étaient très heureuses d’entendre ces vérités de la bouche de leur fils. A la fin de la cérémonie, le président de la CNC et sa délégation se sont retirés pour recevoir en audience plusieurs organisations : les chefs traditionnelles et coutumiers, les enseignants, la jeunesse, les femmes et bien d’autres mouvements et association acquis à la cause du président Banny.

Communication de la CNC

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE