Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais
Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

C’est un problème de taille en Ouganda : la gent masculine déplore que les préservatifs disponibles dans le pays ne sont pas adaptés à la taille de leur pénis. La classe politique craint que cela n’accélère la propagation du sida.

L’information peut paraître anecdotique mais ce problème de taille pourrait devenir un enjeu de santé publique. De retour d’une tournée dans le pays, les députés ougandais ont rapporté que les préservatifs disponibles étaient trop petits pour les organes de nombreux hommes. Ils craignent notamment que cela ait un impact sur la propagation du sida.

La commission parlementaire sur le VIH-sida, qui s’est rendue dans des zones particulièrement touchées par le virus, a en effet reçu de nombreuses plaintes d’Ougandais concernant la taille unique des préservatifs, apparemment non adaptée à leur morphologie. Dans certaines régions, “il est prouvé que les gens ont de plus gros organes sexuels et il devrait donc être envisagé de leur fournir des préservatifs plus grands”, a estimé le député Tom Aza, membre de la commission.

“Avec la pression, ça éclate”

“Quand ils passent à l’action, lors d’une activité sexuelle, évidemment avec la pression, ça éclate”, a-t-il expliqué à la télévision nationale NTV. Son collègue Merard Bitetkyerezo a rapporté que “certains jeunes se plaignent que les préservatifs qu’on leur donne soient trop courts. Leurs organes n’y entrent pas”.

Ce problème de compatibilité “expose nos jeunes garçons et filles, et tous les utilisateurs de préservatifs, au risque de contracter le VIH et le sida”, s’est inquiétée Sarah Netalisile, autre membre de la commission. Les députés devraient réclamer que les fabricants et les distributeurs fournissent plus de préservatifs et de plus grandes tailles.

À la faveur d’un programme réussi de sensibilisation, prônant notamment l’utilisation du préservatif, le taux de prévalence en Ouganda a chuté de 18 % en 1992 à 6,4 % en 2005, faisant du pays l’un des meilleurs élèves africains en matière de lutte contre le virus. Mais ce taux est reparti depuis à la hausse, s’établissant à 7,3 % en 2011, selon les chiffres officiels. Quelque 80 000 personnes meurent du sida chaque année en Ouganda.

Source: FRANCE 24 avec AFP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.