Présidence de la République : Pourquoi Amadou Gon Coulibaly fait peur?

Présidence de la République : Pourquoi Amadou Gon Coulibaly fait peur?

A l’heure du bilan du Président Alassane Ouattara, des regards se tournent vers l’un des hommes orchestres de son système. Le ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence est ainsi félicité autant qu’il est constamment attaqué par les candidats aux promotions et gains faciles. Amadou Gon Coulibaly est formaté pour servir le Président Alassane Ouattara, un chef d’Etat extrêmement rigoureux.

Ils sont nombreux qui auraient aimé soumettre directement au Président Alassane Ouattara un dossier de sollicitation de contrats, de promotion, d’exécution du Programme présidentiel d’urgence, etc., pour certainement bénéficier d’un traitement de faveur. Mais au Palais présidentiel, le chef de l’Etat a transmis toutes ces charges au ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence. Aucun dossier n’arrive à Ouattara sans le visa du ministre d’Etat Amadou Gon Coulibaly. La conception et l’exécution du Programme présidentiel d’urgence (Ppu) au sortir de la crise postélectorale de 2011 pour soulager les populations et restaurer les infrastructures abîmées, c’est lui. Il aurait quasiment le dernier mot dans presque toutes les nominations aux hautes fonctions de l’Etat.

Une telle position privilégiée dans le système Ouattara aiguise toutes sortes de convoitises. Tant au sein de sa famille politique, le Rassemblement des républicains (Rdr) qu’au Palais présidentiel. Et la question induite est la suivante : pourquoi Amadou Gon Coulibaly a autant d’honneurs et de privilèges ?

Qui est Amadou Gon Coulibaly ?

Amadou Gon Coulibaly, Député-maire de Korhogo, Secrétaire Général délégué du Rdr et ancien Directeur National de Campagne du candidat du Rdr aux élections Présidentielles de 2010, est le fils aîné de feu le député Gon Coulibaly dit Gbon Ble. Il porte donc le nom de son grand père Amadou Gon Coulibaly, fils du Vieux Gbon. Le Patriarche qui a donné sa caution politique au Père de la Nation Félix Houphouët- Boigny pour gouverner la Côte d’Ivoire. C’est un homme de paix, de bonté et de loyauté. La famille du Vieux El Hadj Dramane Ouattara du royaume de Kong, père du Président Alassane Ouattara et celle de Gbon Coulibaly de Korhogo sont liés par un pacte et des accords de bon voisinage.

Quand Alassane Ouattara est revenu de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) en 1990 pour occuper les fonctions de Premier ministre sous Félix Houphouët-Boigny, avec pour mission principale le redressement de l’économie ivoirienne dont les clignotants étaient au rouge, il s’est entouré des compétences de femmes et hommes de confiance du Vieux. Amadou Gon Coulibaly, Ingénieur Etp, diplômé du Chec (Centre des Hautes Etudes de la Construction – Paris), Directeur des Etudes Economiques et Financières de la Direction et Contrôle des Grands Travaux (Dcgtx), le Bnetd aujourd’hui, est nommé au Cabinet du Premier Ministre, en qualité de Conseiller Technique de Monsieur le Premier Ministre, Chargé de la coordination et du suivi de la mise en oeuvre des politiques dans les secteurs de l’agriculture, des transports, de l’énergie et des Ressources Humaines (éducation et santé) ; des entreprises publiques ; des grands dossiers de projets d’investissements (Programmes Routiers, Projets Energie, etc.).Un élément-clé du système Ouattara en son temps.

Lorsqu’Alassane Ouattara est contraint de quitter la Primature en 1993 après la mort d’Houphouët-Boigny, Amadou Gon reprend son combat à son compte. Il se révèle comme le porte-flambeau de la lutte contre l’exclusion et l’ivoirité. Membre fondateur du Rassemblement des républicains (Rdr) aux côtés de Djeni Kobenan, Zémogo Fofana, Hyacinthe Sarassoro, Henriette Dagri Diabaté…, Amadou Gon Coulibaly, élu Député de Korhogo en 1995, oeuvre pour le retour de son mentor et son adhésion pleine et entière au Rdr. En mars 2006 Amadou Gon Coulibaly devient Secrétaire Général Délégué, au moment où le parti est frappé de plein fouet par la scission. Zémogo Fofana, député-maire de Boundiali, emmène une partie du Rdr pour créer un nouveau parti, l’Alliance pour une Nouvelle Côte d’Ivoire(Anci).

Amadou Gon Coulibaly réussit à sauver les meubles puis devient Directeur national de campagne d’Alassane Ouattara en 2008. La liste des missions accomplies pour Alassane Ouattara et le Rdr n’est pas exhaustive. C’est la Première dame, Dominique Ouattara qui la résume en quelques mots lors de la visite d’Etat en 2013 à Korhogo : «(…) Votre fils, le Ministre d’Etat Amadou Gon Coulibaly, maire de Korhogo, Secrétaire Général de la Présidence, connait le Président Alassane Ouattara et moi-même, depuis près de 25 ans. Toutes ces années durant, il a fait preuve d’une confiance et d’une fidélité remarquable. Sa constance et son engagement lui ont valu d’être appelé, le fidèle des fidèles. C’est un homme d’une droiture exemplaire. Il a été de tous les combats avec nous, sans jamais, céder au découragement ni aux pressions. Il nous a toujours soutenus avec conviction et affection. Aujourd’hui, il est pour le Président et moi-même, plus qu’un frère, il est véritablement un fils. Notre fils», a révélé la First Lady, avant de conclure : « Chers parents, vous pouvez être fiers de votre fils. De notre fils ».

Le Secrétaire général de la Présidence et le PPU

Lorsque le choix du Dr Alassane Ouattara s’est porté sur lui pour occuper les hautes fonctions de Secrétaire général de la Présidence, cela n’a surpris personne. Ce qui fait d’Amadou Gon Coulibaly l’homme le plus puissant de Côte d’Ivoire, à l’image des Républiques modernes de ce monde.

Les conditions d’accession au pouvoir, ponctuées d’une crise postélectorale des plus virulentes, ont projeté le SG de la Présidence au devant de dossiers contraignants. En l’occurrence le Programme présidentiel d’urgence (Ppu).

Doté d’un fonds spécial de 45 milliards de Fcfa au départ et circonscrit dans le temps, le Ppu a démarré dès le mois d’avril 2011, avec cinq objectifs :l’adduction d’eau potable (la réparation de pompes villageoises, la réalisation de forages, la réhabilitation de stations de traitement, l’extension et le renforcement de réseaux de distribution ainsi que la construction de bornes-fontaines), le domaine de la santé (la réhabilitation de Chr et de Chu; l’équipement partiel des centres de santé en appareils de dialyse, fauteuils dentaires, ambulances et groupes électrogènes), l’éducation (la distribution de kits de fournitures scolaires, cartables, cahiers, stylos, la réhabilitation et l’équipement d’établissements), la santé, le développement de l’éclairage public ; la réhabilitation et l’extension des réseaux, l’aide financière aux plus démunis pour faciliter leur branchement aux réseaux de distribution, la salubrité urbaine (le ramassage des ordures et l’élimination des dépôts sauvages dans les chefs-lieux de départements).

Mais au fil du temps, les objectifs du Ppu se sont multipliés. Les chantiers ont été ouverts dans toutes les zones du pays et dans tous les secteurs. Les besoins et les attentes des populations restant énormes. Le bilan à mi-parcours fait état de 412 milliards de Fcfa déjà engloutis dans ce projet. Qui occupe une place de choix dans le programme de sortie de crise du Président Ouattara.

Il a fallu, entre-temps, que le Fmi et la Banque mondiale exercent d’amicales pressions auprès d’Alassane Ouattara pour dénoncer le mode de fonctionnement du Programme présidentiel d’urgence jugé trop opaque, pour donner du grain à moudre aux détracteurs du ministre d’Etat Amadou Gon Coulibaly qui dirige cette structure.

Mais à la vérité, le Ppu vaut à lui seul tout un programme de gouvernement. Le point des réalisations est en cours de finalisation. Et les témoignages sont édifiants. La semaine dernière, faisant le point des réalisations Ppu dans son département, le préfet de Sakassou Kouakou Kouakou Ange l’a qualifié de positif, se fondant sur l’électrification, l’adduction en eau potable et bien d’autres infrastructures que le Ppu a permis de réaliser. «Dans le cadre du Ppu, onze villages dont trois centraux ont bénéficié de l’électrification. La ville de Sakassou a bénéficié de l’extension du réseau électrique. En outre 2.000 branchements sociaux ont été réalisés ainsi que la réparation des pompes villageoises dans 84 villages. L’hôpital de Sakassou dispose d’un cabinet dentaire opérationnel et d’un service de radiologie en attente d’équipement grâce au Ppu», ont indiqué les responsables sur place.

Les différentes interventions ont permis la construction de 480 points d’eau et de 6 Hva (Hydraulique villageoise améliorée), l’entretien et la maintenance de 8000 Pompes à motricité humaine (Pmh), la réhabilitation de 9 Hva et la réalisation de 12 forages pour la ville d’Abidjan.

Dans le domaine de l’assainissement, les interventions en 2013 ont permis l’entretien des installations d’assainissement et de drainage du District d’Abidjan avec le curage de 152 753 mètres linéaires (ml) de réseaux et ouvrages associés, ainsi que le curage de 56 742 m3 sur 57 200 m3 soit un taux de réalisation de 98% dans le cadre des travaux d’urgence. Des routes réhabilitées à l’intérieur du pays, des ponts construits pour faciliter l’évacuation des produits agricoles… «Lors de la célébration de la fête de l’indépendance le 7 août 2014, le chef de l’Etat a dit que le Ppu allait être renforcé. Il est intéressant d’aller dans les villages pour voir les besoins d’investissement».

Et de poursuivre: «Le Ppu est un instrument que le Chef de l’Etat à mis en place pour améliorer le quotidien des populations. Je vais en mission pour voir si les investissements sont respectés, si les travaux sont effectués, voir s’il y a des difficultés et comment les régler. Je reviens d’Odienné, je vais faire le tour de quelques villes en commençant par Jacqueville, Alépé et Daoukro. A ce jour (ndlr : lundi 1 er septembre 2014) nous avons dépensé au total dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence, la somme de 412 milliards de Fcfa», rassure Touré Saïd, Coordonateur du Ppu. Qui précise : «Le ministre Gon est le premier responsable du Ppu et nulle part sa gestion n’a été mise en cause par le Président de la République. Le dispositif n’a pas changé. Il est le même. Le Ppu fonctionne toujours. De toutes les façons, vers la fin de l’année, nous allons faire une communication pour vous informer de tout ce qui se passe. Nous préparons de la documentation à cet égard.»

Edouard GONTO

Source: Le Sursaut

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE