Président Bédié, à défaut de fructifier l’héritage du père, laisse-le à l’état avant de partir à votre tour (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa) | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Président Bédié, à défaut de fructifier l'héritage du père, laisse-le à l'état avant de partir à votre tour
Président Bédié, à défaut de fructifier l’héritage du père, laisse-le à l’état avant de partir à votre tour (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

Président Bédié, à défaut de fructifier l’héritage du père, laisse-le à l’état avant de partir à votre tour (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

En Côte d’Ivoire, depuis les années 1995 jusqu’au premier trimestre 2011 et à ce jour, du fait du régime d’Alassane Dramane Ouattara, le corps social ivoirien est rentré dans un véritable tourbillon face aux graves violations des droits militaires, civils et politiques ; face aux crimes et à la justice expéditive des vainqueurs au péril des vaincus.

A ce point, la Côte d’Ivoire-Nation s’est érodée et a conduit à un tarissement total de la confiance que les uns ont placée légitimement dans les autres, dès après l’acquisition de l’indépendance de notre pays. En effet, depuis l’avènement de ce régime, des voix s’élèvent, nombreuses, critiquant l’appareil judiciaire d’être aux ordres du pouvoir. Critiquant le mode de désignation des personnalités d’être ethnique et ethnicisant. On vérifie la justesse de ces assertions dans les hautes fonctions ministérielles, administratives, judiciaires, militaires, diplomatiques et dans les grandes Institutions.

Dans l’exécution de sa mission qui consiste à être juste, le régime cultive à outrance le non-droit, le sectarisme, le déni de liberté, le clanisme et l’autocratie. Pis, il est reproché au pouvoir ivoirien d’autres nombreux dérapages et dérives tels que : la corruption, les abus d’autorité de ses membres sur les justiciables, les extorsions d’argent, les chantages honteux, les passe-droits, le pillage des deniers publics, les tueries, la justice sélective, etc.

Toutes ces non-valeurs donnent lieu aux diverses frustrations, à l’apologie de la haine, au tribalisme et à une profonde crise de confiance des justiciables vis-à-vis de l’appareil judiciaire. La conséquence d’une telle infamie se traduit en mutineries, en exactions des microbes sur de bonnes gens, en pauvreté aggravée des populations, en perte des valeurs et en l’animalisation de la jeunesse scolaire et autre jeunesse désœuvrée. Président Bédié, il n’y a pas pire pitre ou bouffon que celui qui arme des zozos (l’un de vos mots que vous chérissez) et les utilise pour s’installer au pouvoir d’Etat.

Président Bédié, vous savez mieux que moi qu’on ouvre jamais les portes du palais à un âne, même s’il est paré d’une couronne en or et d’une chaine en diamant. Hélas, c’est l’inévitable que la Côte d’Ivoire a vécu avec son corolaire de vies sacrifiées, d’un environnement économique peu propice à son épanouissement. En somme, cette situation a entrainé des violations massives des droits humains à tous les niveaux. Il n’est pas superflu d’ajouter que tout cela fait vivre la Côte d’Ivoire dans un environnement social délétère qui ne favorise pas le vivre-ensemble entre Ivoiriens, à fortiori, des investissements par les bailleurs de fonds et autres partenaires au développement.

En tout état de cause, il commence à se faire tard et le moment est arrivé de joindre votre intelligence à la sagesse pour prendre les décisions courageuses afin qu’on en finisse avec cette foire aux hyènes. Pour vous y aider Président Bédié, permettez-moi de vous suggérer fortement ces lignes de pensée.

  • Pour l’honneur de la mémoire du Président Félix Houphouët-Boigny, oubliez cette facétie de parti unifié ou fondu ou RHDP. Sauf erreur de ma part, les cris de ralliement, ces temps nouveaux, de Kandia Kamissoko Camara et consorts du genre : démontrez que le RDR est le plus grand parti ou le plus fort, en Côte d’Ivoire, sont une preuve que lorsque leur mentor Dramane Ouattara vous parle de parti unifié, il ne fait que manier l’art de l’enfumage pour se payer votre tête pensante. Sinon, du fond de leur cœur, votre PDCI-RDA n’est qu’un petit félin édenté incapable d’inquiéter une souris.
  • Jetez un regard courageux et critique sur l’Ecole des Sous Officiers d’Active(NSOA), le camp des sapeurs pompiers, l’ancienne direction régionale du trésor…de Bouaké en piteux état,
  • Jetez un regard courageux et critique sur le grand marché de Bouaké qui est devenu un îlot de forêt dense dans une ville déstructurée,
  • Jetez le même regard sur la pagaille, le désordre et la ruine indicibles qu’est devenu Bouaké laissé à l’abandon par ce régime. Bouaké, la ville référence des baoulé et symbole de l’hospitalité tutélaire de ce peuple pacifique, est devenu un tas de ruines et le théâtre des guériéros à la furie à fleur de peau. Le Royaume baoulé Sakassou est mis à mal et balkanisé. Même Yamoussoukro a connu ses morts et ses tirs d’obus perpétrés par des saltimbanques importés d’outres frontières par Dramane Ouattara. Le trône des Akwè, si cher au Président Félix Houphouët-Boigny, 1er chef coutumier du peuple akwè, est vandalisé, profané et désacralisé. Au surplus, la tombe du Président Félix Houphouët-Boigny a vu sa quiétude perturbée par des vacarmes assourdissants de kalachnikovs en folie. Enfin, qu’est-ce qui pourrait être fait pour assouvir la gloire d’Alassane Dramane Ouattara ?
  • Président Bédié, voyez comment le PDCI-RDA, fer de lance de l’apogée du Président Félix Houphouët-Boigny est méprisé et relégué à un statut de parti paria dont les cadres sont à la remorque du RDR pour vivre d’expédients du prince Gbin.
  • Ayez, vous-même, la conscience de soi doublé de la connaissance de soi, Président Bédié, pour vous convaincre que le chef de fil du RDR et ses thuriféraires n’ont aucune considération pour vous. Les injures que ceux-ci, ces scandales génétiques, profèrent à votre endroit en privé comme en public éclairent mes affirmations. A cela s’ajoute la précipitation avec laquelle Dramane Ouattara est en train de reconstituer la CEI, à sa mesure gagnante, au mépris de l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. De fait, à y penser, il n’y a pas plus laide métaphore de la haine et du mépris que Dramane Ouattara éprouve pour le peuple baoulé et son chef que vous incarnez. Et, pour ainsi dire, aux Ivoiriens dans leur ensemble.
  • Pour méditer et penser l’avenir de notre pays si mal en point, Président Bédié, reconstituez le peuple baoulé sur ses solides valeurs, consolidez le grand peuple akan et ses vertus qui font sa dignité tels que : la non violence et le pardon, à travers un grand rassemblement dans la cour du Président Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. Président Bédié, vous en sortirez purifié du pian dont vous ont contaminé, vos alliés qui suppurent les urticaires en sang et en chair faisandés.
  • Pour le cheval gagnant de notre parti en 2020, les hommes de qualité ne manquent pas. Je vous en esquisse le portrait : un homme ou une femme discret(e), internationalement connu(e) pour avoir exercé des fonctions dans la haute finance, dans la haute diplomatie, dans le règlement des conflits internationaux ou nationaux. Un homme ou une femme de grande probité morale comme religieuse, calme, aux propos mesurés et qui parle peu. Un homme ou une femme qui n’est pas dans le haut business, qui n’est pas dans les affaires pour constituer un obstacle au développement du pays tel que Dramane et Dominique Ouattarale font actuellement . Un homme ou une femme reconnue (e) pour son sens du développement intégral de la personne humaine, pour son sens du rassemblement, de la sobriété, du pacifisme, à l’écoute des autres et prompte à chercher des solutions aux attentes des populations. Un homme ou une femme d’expérience, de compétence éprouvée, créateur de richesses dans l’intérêt général et capable de remettre la Côte d’Ivoire en ordre pour l’avoir connue et pratiquée en temps de paix comme en temps de guerre. Un homme ou une femme qu’on ne peut asservir parce que ne trainant pas de casseroles, qui a la tête haute, le verbe franc et enraciné(e) dans les us et coutumes du terroir ; en somme un vrai chef d’entreprise, et non, un parvenu pilleur et jouisseur.

Conclusion : L’histoire est maîtresse de vie et pour moi, Kablan Duncan Daniel et Alassane Dramane Ouattara sont le même individu qui a un tronc et deux têtes. Duncan ne saurait être le candidat de mon parti, le PDCI-RDA pour 2020. Duncan est l’instrument du mal que la Côte d’Ivoire vit actuellement. Si vous persistez à voir en lui l’incarnation de la volonté populaire du corps PDCI-RDA pour les échéances de 2020, monsieur le Président Bédié, je vous promets la plus grande humiliation, pire que la mort physique.

A cet effet, je me fais le porte-voix du PDCI-RDA, fier du patrimoine laissé, entre vos mains vertes, par le Président Félix Houphouët-Boigny. Un patrimoine fait d’hommes et de femmes de valeur garantissant l’Etat de droit ; gérant un peuple de métissages multiculturels, religieux et ethniques qui bénéficie d’une attention particulière du pouvoir central. Ainsi, tout le monde s’enorgueillît des effets bénéfiques d’une telle vie harmonieuse. Il s’agira donc pour vous, Président Bédié, de tourner le dos à cette racaille d’Etat en fin de vie. De mettre en place une politique hardie de retour aux sources en vue d’atteindre tous les acteurs et administrés à tous les échelons de la société (construire l’union sacrée des Ivoiriens autour de l’amour de leur patrie).

Tel est le gage pour améliorer l’image de notre chère Côte d’Ivoire. Et ce, par des actions concrètes d’attitudes, d’information et de communication pour qu’adviennent la paix et la concorde en Côte d’Ivoire. Le tout doit être sanctionné, après coup, par des élections inclusives, crédibles, transparentes, pacifiques et honnêtes.

Alice-Rosine Bécan Tiékpa

Militante inconditionnelle du PDCI-RDA

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.