VIDEOS N°093 de la Conférence de presse de la FESACI du jeudi 15 Octobre 2015ANO NIANZOUMonsieur le président pardon Ecoutez nous QUESTION : Vous avez animé une conférence de presse. Ce que vous avez expliqué, les partis politiques l’ont déjà dit : « libérer les politiques, la réconciliation ». Apparemment, nous sommes à quelques jours l’élection présidentielle et vous dites les mêmes choses. Qu’est ce que les syndicats veulent exactement ? RÉPONSE : KOUAME KRA FELIX Secrétaire Générale de la FESACI. Ce que les syndicats veulent est très simple. Les syndicats veulent une élection consensuelle, une élection avec l’accord de tous les acteurs. Les syndicats ne veulent pas une marche forcée ; les syndicats veulent que le président se comporte en homme d’Etat, qu’il rassemble ses frères, qu’il fasse la réconciliation, qu’il libère les prisonniers politiques. Il n’a pas encore fait cela, il n’est pas tard. Il peut le faire même à la veille de l’élection présidentielle. QUESTION : Et donc c’est ce message que vous lancez ? Un message pour attirer l’attention du chef de l’Etat à écouter son peuple ?RÉPONSE : Tout à fait. Un message pour dire au chef de l’Etat attention vos frères sont là. Ils vous regardent. Faites le geste qui va sauver la Côte d’Ivoire, le geste de la réconciliation. Vous avez passé 4 années au pouvoir et au cours de ces 4 années, il n y’a pas eu 1 mois où vous n’avez pas arrêté des ivoiriens, alors que des centaines d’autres étaient déjà en prison. Monsieur le président ça suffit comme ça. Appelez vos frères. C’est vrai ce sont les élections présidentielles mais vous pouvez aller gagner si vous vous présentez en homme rassembleur, si vous vous présentez comme le père de la réconciliation. Monsieur le président c’est cet appel que je vous lance en tant que travailleur ; parce que les travailleurs ne veulent pas encore souffrir d’une crise politique, d’une guerre qui va faire perdre les emplois, qui va faire perdre des vies humaines. Une guerre qui va faire en sorte que les jeunes dont vous parlez, n’aient plus jamais la chance de retrouver du travail ou n’aient plus jamais la chance de trouver un premier emploi. Monsieur le président nous vous regardons, le peuple de Côte d’Ivoire vous regarde. MERCIRegardez la vidéo

Posted by Nianzou Dunand on jeudi 15 octobre 2015

Présidentielle 2015: La FESACI pas contente du tout

A dix jours de la présidentielle, la Centrale syndicale FESACI (entendez la Fédération des Syndicats Autonomes de Côte d’Ivoire) a animé un point de presse ce jeudi 15 octobre 2015 à Adjamé pour exprimer ses inquiétudes face à la situation politique qui prévaut dans le pays.

La centrale syndicale FESACI qui réunit en son sein 90 syndicats a tenu à dénoncer les conditions dangereuses dans lesquelles le gouvernement tient à organiser l’élection présidentielle le 25 octobre. Les conditions optimales pour l’organisation des élections sans heurts ne sont pas réunies, estime la FESACI par la voix de son Secrétaire Général.

En effet, monsieur Kra Félix, le secrétaire général a indiqué que «depuis le début de l’année 2015, des signes perceptibles de tensions et de crispations s’amoncellent au fil des mois et particulièrement, à l’approche du 25 octobre, jour de la présidentielle ».

Cette situation délétère, indique monsieur Kra Félix, est à imputer au régime Ouattara car estime-t-il « Tandis que l’opposition et des candidats réclament des discussions dans un cadre de dialogue politique en vue de trouver un consensus sur les conditions , modalités et mesures consensuelles pour une élection crédible, transparente, équitable , démocratique et apaisée , le gouvernement sortant reste campé dans une logique univoque et intransigeante en refusant tout dialogue avec son opposition.»

La FESACI met en garde le pouvoir et tient Ouattara pour responsable de ce qu’il pourrait advenir si les élections étaient organisées dans un tel contexte. La centrale dirigée par monsieur Kra Félix prévient que la responsabilité entière du pouvoir Ouattara «est engagée en cas de dérapages et autres violences préjudiciables à la vie des ivoiriens, eu égard aux évènements malheureux survenus lors des précédents scrutins. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le pire est à craindre cette année ».

Voici le texte liminaire de cette conférence de presse.

Gustave Sémaho, pour Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.