Présidentielle 2019 : la démocratie sénégalaise est-elle en panne ?

Présidentielle 2019 : la démocratie sénégalaise est-elle en panne ?

L’équipe de la Coordination nationale de la Mission d’observation électorale de l’Eglise du Sénégal pour la présidentielle du 24 février prochain a tenu sa première rencontre préparatoire, ce lundi 14 janvier 2019, à Dakar. Une occasion saisie par le Secrétaire Exécutif de la Commission Episcopale Justice et Paix, Abbé Alphonse Seck, pour dresser un bilan comparatif de la situation pré-électorale de la présidentielle de 2012 à celle de 2019. Pour lui, rien n’a presque changé depuis 7 ans. La démocratie sénégalaise est-elle en panne ?

« Avant de conduire la Mission d’observation de l’Eglise à la présidentielle de 2012, nous avions procédé à une analyse du contexte pré-électoral. Aujourd’hui, 7 ans après, le constat est le même. On observe que le processus électoral traverse les mêmes difficultés », a déploré Abbé Alphonse Seck dans une analyse comparée du contexte électoral de 2012 à celui de 2019.

Il a rappelé qu’en 2012, le processus électoral était plombé par des doutes sur la fiabilité du fichier électoral ; l’absence de dialogue entre les acteurs politiques ; des modifications incessantes de la constitution à des fins « politiciennes », avec notamment le changement des règles du jeu électoral qui a abouti aux événement du 23 Juin 2011 ; la constitution de la candidature du Président de la République ; la désignation jugée unilatérale des organisateurs et des arbitres de l’élection supposés travailler à un « hold- up » électoral ; la volonté prêtée au pouvoir d’endiguer une inscription massive des jeunes sur les listes électorales ; des décisions de redécoupage administratif jugées comme ayant pour but de « neutraliser » des bastions électoraux considérés favorables à l’opposition et les risques élevés de violence électorale (avec plus d’une dizaine de morts).

« Sept ans après, le processus électoral de la présidentielle du 24 février prochain fait face aux mêmes difficultés », a encore constaté Abbé Alphonse Seck. La phase préparatoire à l’élection présidentielle est toujours marquée, relève-t-il, par des doutes et des contestations sur la fiabilité et la disponibilité du fichier électoral, l’absence de dialogue entre les acteurs politiques ; la modification de la loi électorale avec l’introduction du parrainage sans aucune concertation ni consensus ; la suspicion sur les organes de gestion des élections CNRA – CENA – Conseil Constitutionnel – Cours d’Appel ; le problème de la disponibilité des cartes électorales surtout pour les jeunes ; la modification en cours de la carte électorale ; le manque de confiance entre la justice, les citoyens et les acteurs politiques, le traitement des dossiers judiciaires de candidats déclarés et par les risques élevés de violence électorale.

Lire la suite sur fidespost.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.