Présidentielle au Faso : La sortie maladroite de Soro contre le Burkina «…. que les prochaines élections soient inclusives »

Présidentielle au Faso : La sortie maladroite de Soro contre le Burkina «…. que les prochaines élections soient inclusives »

Alors qu’il est à la fois visé par les accusations du premier ministre burkinabé et par les enquêtes sur le coup de force manqué de septembre,Guillaume Soro a répondu hier par la provocation sur les antennes de RFI. « Tout ce que nous souhaitons, c’est que les prochaines élections qui vont se dérouler au Burkina Faso soient inclusives »

Inclusive, c’est le mot que les autorités de la transition ne veulent pas entendre après le coup d’état manqué du général Diendéré qui en portait le projet. Hier, comme s’il avait décidé de narguer ses dirigeants actuels, Guillaume Soro a balayé d’une main les accusations de la transition burkinabé et demandé à ses accusateurs de faire en sorte que les élections à venir soient inclusives.

Malgré l’échec du coup de force et les lourdes condamnations prononcées contre le principal instigateur, les dirigeants ivoiriens ne baissent pas les bras.

Sur facebook une campagne «bring back our Compaoré » a vu le jour et vise à intégrer l’ancien président déchu dans le processus électoral.Mais la transition n’a pas encore réagi. Cela dit, les autorités burkinabé devraient faire quelques mises au point en raison du contexte. La campagne présidentielle débute dans quelques semaines au pays des hommes intègres alors que les dirigeants déchus du CDP sont formellement interdits d’y participer.

Cette situation met Abidjan en colère et Guillaume Soro a, pour ainsi dire, relayé hier l’état d’esprit du régime.Alors, un nouveau coup de force bientôt au Burkina Faso ?

En tout cas, le président de l’assemblée nationale ivoirienne a,lui, un contentieux personnel avec les autorités burkinabé et principalement avec le procureur militaire chargé d’enquêter sur le coup d’état manqué du général Diendéré. Ses services ont en effet perquisitionné le domicile ouagalais du président de Soro, y découvrant de nombreuses pièces à conviction.

Mais des écoutes téléphoniques auraient également montré l’implication d’Abidjan dans cette tentative de déstabilisation de la transition. Guillaume Soro est nommément accusé comme celui qui a relu le discours de prise de pouvoir de Diendéré. D’ailleurs signe des tensions qui sont vives entre les deux pays, Abidjan a rappelé son ambassadeur au pays et le président Kafondo a boudé comme de nombreux chefs d’état de la sous-région l’investiture du dirigeant ivoirien qui s’est déroulée hier à la présidence ivoirienne.

Le Burkina fait d’ailleurs partie des pays qui n’ont pas encore officiellement salué la « réélection » de Ouattara pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de notre pays. Du coup, les dernières déclarations de Guillaume Soro sur la radio française ne vont pas arranger les choses.

Jeanne Tétiahonon

Source: Aujourd’hui

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.