Procès aux assises, Kuyo Téa Narcisse absent à l’audience pour cause de maladie

Procès aux assises, Kuyo Téa Narcisse absent à l’audience pour cause de maladie

En principe ils étaient quatre accusés à comparaître devant la cour à l’audience de ce jour. Finalement trois étaient présents dans le box. 

Le quatrième, l’un des conseiller spécial de l’ex-chef de l’Etat ivoirien, Kuyo Téha Narcisse arrêté à la résidence en même temps que son patron manquait à l’appel pour cause de maladie selon son conseil. Avant d’entendre les trois accusés présents, Dédi Adèle, ancien maire d’Issia, Koné Boubakar et Guiboni Sinsin Roland, la cour présidée le juge Dembélé Tayrou a précisé que l’ancien président de l’Africa sport national sera entendu une prochaine fois en fonction de la nouvelle programmation. 

A la barre, les trois accusé ont nié les faits qui leurs sont reprochés et ont essayé d’éclairer la cour, et le parquet général comme c’est le cas de Dédi Adèle. Selon elle, les accusations portées contre sa personne ne sont pas fondées, d’autant plus qu’elle a rendu trop de services aux populations d’Issia pendant qu’elle était maire.

«Je n’ai jamais organisé de rassemblement de miliciens ou de jeunes gens, » a déclaré l’ancien maire d’Issia. Reconnu selon elle dans sa localité pour ses œuvres sociales, le maire a rappelé à la cour qu’elle a contribué à payer le billet du hadj de certains pèlerins. C’est pourquoi, Dédi Adèle se dit étonnée d’être devant la cour pour se justifier. A la question de savoir si elle aurait convoyé de la nourriture à la résidence de Laurent Gbagbo pendant la crise, elle répond. 

«Je n’ai jamais convoyé de nourritures d’Issia à la résidence de Laurent Gbagbo, » a-t-elle martelé. Pour sa part, justifiant sa présence à la barre Guiboni Sinsin Roland a déclaré que son tort est d’avoir eu pour ami l’ancien chef de l’Etat ivoirien.

«Je suis un opérateur économique et l’ami de Laurent Gbagbo. Je n’ai jamais été nommé ministre dans son gouvernement. Je ne comprends pas pourquoi, je suis ici, » a déclaré l’accusé.

Le chef du protocole d’Etat, Koné Boubakar dénonçant les conditions de son arrestation à la résidence de son ex-patron a déploré le fait qu’il a été soumis à un mauvais traitement parce qu’il vient du nord. 

«Une fois dans la résidence, les éléments en armes m’ont demandé pourquoi, moi un Koné je suivais un bété, » a expliqué Koné.

A la question de savoir s’il n’était pas informé de l’existence d’un autre gouvernement ? 

Le chef du protocole d’Etat a confié à la barre qu’en tant que fonctionnaire, il avait été nommé par le président Laurent Gbagbo et par conséquent il devait loyalement le servir.

Il convient de souligner que l’audience du jour a été suspendue avec l’audition de ces quatre accusés et reprendra lundi. 

Wassimagnon, Abidjan

Source: Koaci.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*