Procès des déchets toxiques en Côte d’Ivoire: Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, Mme Digbeu Léocadie condamnés à 20 ans de prison et 20 millions FCFA d’amende

Procès des déchets toxiques en Côte d’Ivoire: Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, Mme Digbeu Léocadie condamnés à 20 ans de prison et 20 millions FCFA d’amende

Mainte fois reporté, le procès des déchets toxiques qui oppose le Réseau national des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-Ci) à Koné Cheick Oumar (ex-Pca de l’Africa Sports national), Gohourou Claude, Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, l’ex-Acces Bank, aujourd’hui Afriland First, a eu lieu hier, mardi 1er juillet, au Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau.

11h47mn – 13h 55 mn, soit deux (2) heures 08 minutes. C’est le temps qu’aura duré hier, au Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, l’audience en comparution pour détournement des fonds destinés à l’indemnisation des victimes des déchets toxiques par Koné Cheick umar (ex-Pca de l’Africa Sports national), Gohourou Claude, Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, Mme Digbeu Léocadie et l’ex-Acces Bank, aujourd’hui Afriland First. Ce procès fait suite à la plainte introduite par le Réseau national des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-Ci), dont Charles Koffi est le président.

Au Tribunal, Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, Mme Digbeu Léocadie ont brillé par leur absence. Au terme de ce premier round, le Procureur Tiémélé a été sans pitié pour les prévenus. Il les a reconnus tous « coupables » et invité la Cour présidée par la juge N’Dri Bertine, à se saisir de l’article 110 du Code pénal, pour leur infliger les peines prévues. Pour le délit de faux et usage de faux et détournement de fonds, le Procureur Tiémélé a requis contre Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Mme Digbeu Léocadie et Mme Traoré Fatoumata épouse N’Diaye, une peine de 20 ans de prison et 20 millions FCFA d’amende, chacun.

Exhortant Madame le Juge à lancer un mandat d’arrêt à leur endroit. Quant à l’ex-Acces Bank, aujourd’hui Afriland First, le Procureur l’a reconnue « coupable » du délit de blanchiment de capitaux. Pour cela, il a requis une amende de 21 milliards FCFA. Elle devra être mise sur surveillance judiciaire pendant 5 ans. « Car, l’article qui réprime une telle peine, recommande comme amende, le paiement du quintuple du montant blanchi », a-t-il estimé. Or, dans le cas d’espèce, ce montant est de 4,658 milliards FCFA destinés à l’indemnisation de 6.624 victimes du cabinet d’Avocats anglais, Cabinet Leigh Day and Co.

Pour sa part, l’Avocat du Renadvidet-Ci, Maître Diabatchê Pierre, a demandé au nom de ses clients, que leurs indemnisations leur soient reversées. De son côté, l’Avocat de Afriland First (ex-Acces Bank), a plaidé pour la clémence du Tribunal. Car son client a été induit en erreur par Gohourou Claude et ses associés. « Nous avons été embarqués dans une toile aussi bien ficelée (…) Sinon, Access Bank est restée professionnellement dans ce transfèrement de fonds de la Sgbci à Acces bank, sur le compte e la Coordination es victimes de Gohourou. Nous étions loin de nous douter que nous nous lancions dans une spirale, un engrenage et une toile d’araignée », a-t-il défendu.

La présidente du Tribunal, N’Dri Bertine, après avoir pris acte des plaidoiries des Avocats et de la réquisition du Procureur, a fixé le délibéré au 29 juillet 2014, à 9 heures. Bien avant cela, l’honneur a été donné à Charles Koffi de se prononcer sur ce dossier. Après en avoir fait la genèse et situé les tenants et aboutissants, il a interpellé le juge sur la spécificité du dossier à traiter. « Notre ordonnance e renvoi nous amène à circonscrire le étournement sur 4,650 milliards FCFA. Nous allons nous en tenir à cela », a-t-elle souligné.

La Juge a néanmoins précisé au Renadvidet-Ci qu’il pourrait saisir ultérieurement la Justice, pour les autres cas de détournements qu’il évoque. Au vu des explications de Charles Koffi, relatif à seulement 4.000 victimes sur 29.000 qui devraient être indemnisées par Gohourou Claude, le Procureur a conseillé au Renadvidet-Ci de saisir la Justice. Afin que ce dernier et la Sgbci rendent compte de la gestion des 22,5 milliards FCFA des victimes. A sa sortie d’audience, Charles Koffi s’est félicité de la tenue de ce procès mainte fois reporté. Pour ce qui est de la plainte contre l’Etat, en vue de l’indemnisation des victimes ambulatoires, Charles Koffi a promis la relancer dans les jours à venir.

Aboubakar Sangaré

Source: Le Mandat

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.