Procès du président Gbagbo: Le général Kassaraté lance une bombe en révélant l’existence d’un service d’écoute français au palais présidentiel

Procès du président Gbagbo: Le général Kassaraté lance une bombe en révélant l’existence d’un service d’écoute français au palais présidentiel

Le général Edouard Kassaraté vient de lancer une nouvelle bombe qui ne manquera pas de faire mal à France dans ses rapports avec ses anciennes colonies.

En effet, lors de la séance de contre-interrogation menée par maître Emmanuel Altit le mardi 14 mars 2017, l’ex patron de la gendarmerie sous le président Laurent Gbagbo a révélé devant la CPI que l’Etat français a installé un service d’écoute téléphonique à côté du palais présidentiel situé dans le quartier du Plateau à Abidjan. Et ce depuis 2000. «Une fois avec le ministre Kadet (Kadet Bertin, ndlr), nous avons rendu visite à ce service», a expliqué le général Edouard Kassaraté.

Le général Kassaraté qui précise qu’il ne sait pas qui les français écouaient, soutient toutefois que ces services d’écoute existent encore à ce jour.

«Je vois qu’il y est encore, je crois», a indiqué l’ancien chef de la gendarmerie. Pendant la crise, precise le général Kassaraté, ces services d’écoute étaient places sous l’autorité du français dénommé Couesquer.

Le général Kassaraté a par ailleurs laissé sous-entendre que le rébelles pro-Ouattara auraient eu accès à ces écoutes. Le général Kassaraté a également informé que Ibrahim Coulibaly alias IB gens était de la garde rapproché d’Alassane Ouattara. Puis il a révélé avoir été contacté par des officiers américains qui lui ont demandé de se rallier.

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 14 Mars 2017 (1ère Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 14 Mars 2017 (2ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 14 Mars 2017 (3ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 14 Mars 2017 (4ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 14 Mars 2017 (5ème Partie)

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE