Procès du président Gbagbo: Malgré les intimidations du juge-président et du substitut du procureur, Kassaraté affirme que sa signature a été falsifiée

Procès du président Gbagbo: Malgré les intimidations du juge-président et du substitut du procureur, Kassaraté affirme que sa signature a été falsifiée

Ce procès n’a pas fini de surprendre l’assistance et surtout les Africains. Tout s’est ensablé lors de l’audience d’hier. A plusieurs reprises, le juge-président Cuno Tarfusser s’est curieusement mêlé au debate en mettant en cause la crédibilité du témoin du procureur Fatou Bensouda.

« Vous êtes le chef de la gendarmerie, c’est étrange que vous entendiez parler de cette marche depuis la télévision. J’entends donc que les services de la gendarmerie ne fonctionnaient pas bien. Il est étrange aussi que vous ayez une réunion au palais présidentiel tard dans la soirée, ce qui n’est pas habituel, et que vous ne vous souveniez de rien ! C’est très difficile de vous croire», a déclaré le juge italien. Avant de menacer le général Edouard Kassaraté de poursuite pour faux témoignage.

«Un faux témoignage ou un témoignage incomplet constitue une infraction vis à vis de la Cour, dont la conséquence peut être cinq ans d’emprisonnement», a rappelé le juge Cuno Tarfusser au général Edouard Kassaraté.

La réaction du juge Tarfusser, tout comme celle de l’accusation, se justifie par le fait que le général Edouard Kassaraté, certainement contrairement à ses déclarations antérieures, a décidé de dire la vérité cette fois devant la Cour.

«J’ai accepté de venir en tant que témoin libre et j’ai le devoir de dire la vérité. Mais dire que tel jour telle personne a dit ça, je ne peux pas», a retorqué le général Kassaraté. C’est dans cet état d’esprit que le général Edouard Kassaraté a contesté la signature qu’on lui attribuait sur plusieurs documents.

Le témoin du procureur, le général Edouard Kassaraté a par ailleurs affirmé que le président Laurent Gbagbo a remporté l’élection de 2010. C’est ce qui a emmené la hiérarchie de l’armée ivoirienne à lui faire allégeance en tant que Chef des armées. Le général Kassaraté a toutefois révelé que l’atmosphère entre lui, le général Bredou M’Bia de la police nationale et le chef d’Etat Major, le général Philipe Mangou, n’était pas au beau fixe.

«Il m’a été reproché que la gendarmerie n’obéissait pas assez aux ordres du chef d’Etat Major», a-t-il précisé. Avant de relever que l’ambiance que l’atmosphère qui reignait entre la police et la gendarmerie, notamment suite à une opération des FDS en janvier 2011 pour déloger le Commando Invisible à Abobo, ayant entraîné la mort de plusieurs policiers était désastreuse.

«L’ambiance était délétère entre la police et la gendarmerie, il y avait une tendance à les opposer », a révélé le général Kassaraté.

Le général Edouard Kassaraté dédouane Simone Gbagbo

Revenant sur ces évènements d’Abobo, le général Edouard Kassaraté a expliqué que le fameux Commando invisible a fait subir aux populations de cette commune des atrocités indescriptibles. Le Commando invisible «causait des maux et faisait des méchancetés à la population», a déclaré l’ex chef de la gendarmerie nationale. Il a d’ailleurs expliqué que c’était le motif primordial de ses rencontres avec la première dame Simone Ehivet Gbagbo.

«Quand ces tueries ont été commises par le Commando invisible, elle a été choquée, atteinte, et s’inquiétait de ce qui pouvait arriver à la population. Elle venait pour s’inquiéter de la situation et voir comment on allait sécuriser la population qui était massacrée. Elle le faisait en tant que Député et non en tant que chef militaire. Elle était Députée d’Abobo. Et ce sont ses électeurs qui étaient attaqués par le commando invisible qui sévissait à Abobo. Anonkoua Kouté a été attaqué par le commando invisible», a expliqué l’ex chef de la gendarmerie sous le president Gbagbo. Donnant du coup une image plus candide à l’ex première dame, contrairement à l’image qu’on essaie de lui coller tant dons son proper camp que dans celui du régime Ouattara.

«C’est une sœur à moi. Je connais son papa qui était gendarmes quand j’étais un élément de troupe. J’ai eu souvent des échanges avec elle. Elle venait me voir pour me parler de la situation d’Abobo quand le commando invisible a pris en otage les populations de cette commune», a-t-il ajouté.

Le général Edouard Kassaraté contredit le général Bredou M’Bia

Prenant le contrepieds des declarations du témoin general M’Bia selon lesquelles la haute hiérarchie aurait demandé au président Gbagbo de remettre le pouvoir à Alassane Dramane Ouattara, le général Kassaraté a affirmé ne pas avoir pris part à une telle réunion. Il a par contre souligné que suite à la reunion des chefs d’Etat de l’Union Africaine, de la haute hiérarchie a simplement au géneral Mangou d’aller demander au president Gbagbo sa lecture de la situation.

«Nous avons demandé à Mangou de rencontrer le président afin d’avoir sa lecture de la situation. Il nous a ensuite dit qu’il n’allait pas nous dire ce que lui avait dit le président, qui s’en chargerait lui-même. Cela ne m’a pas plu», a révélé le général Kassaraté.

Puis il a expliqué que lorsqu’il s’est apercu que presque tous les généraux avaient déserté leurs postes, il est allé voir le president Gbagbo pour lui demandé de remettre le pouvoir à Alassane Dramane Ouattara.

«J’ai vu que beaucoup de généraux n’étaient pas en poste et j’ai pris la décision personnelle d’aller voir Laurent Gbagbo pour lui conseiller de remettre le pouvoir à Alassane Ouattara. J’ai été encerclé et menacé devant sa porte par sa garde républicaine qui avait des armes de poing, mais le président n’était pas au courant. Ils m’ont traité de traitre. Le président a appris cela et m’a dit de laisser tomber. C’est tout, j’ai repris ma route et on n’a pas eu l’entretien», a révélé l’ex patron de la gendarmerie nationale.

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 13 Mars 2017 (1ère Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 13 Mars 2017 (2ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 13 Mars 2017 (3ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 13 Mars 2017 (4ème Partie)

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*