Procès du président Laurent Gbagbo: Le général Guiai Bi Poin dénonce la connivence de l’ONUCI avec les rebelles du commando invisible

Procès du président Laurent Gbagbo: Le général Guiai Bi Poin dénonce la connivence de l’ONUCI avec les rebelles du commando invisible

Si en récrutant le général Guiai Bi Poin, la procureur Fatou Bensouda avait pour intention de cimenter son argument de “plan commun” concocter par Laurent Gbagbo pour exterminer les populations du Nord de la Côte d’Ivoire, alors il faut conclure qu’à l’issue de l’audience d’hier, tout comme celles des jours passés, elle s’est mise le doigt dans l’œil.

En effet, lors de l’interrogatoire du substitut du procureur, le général Guiai Bi Poin a fustigé l’attitude partisane des soldats de l’ONUCI vis à vis des rebelles du commando invisible.

«On se plaignant constamment de l’Onuci de ses comportements, on avait de plus en plus l’impression qu’ils n’étaient plus impartiaux, selon nos informations on avait des raisons de croire qu’ils étaient en train de se ranger auprès du commando invisible, de façon pernicieuse…. Leur attitude n’était plus tout à fait neutre, nos positions qu’ils survolaient étaient communiquées à nos ennemis», a revélé le général Guiai Bi Poin.

A la question récurrente du substitut du procureur qui voulait savoir si les insinuations faites par un officier des FDS selon lesquelles Abobo fut déclaré “zone de guerre” étaient fondées, l’ancien chef du CECOS a d’abord contesté le document qu’a fournit l’officier en question. Avant de déclarer que l’option avait été discutée mais elle n’a jamais été retenue. Abobo n’a donc jamais été déclaré “zone de guerre” pendant la crise postélectorale. Pour la simple raison que la guerre contre le commando invisible était asymétique. Les risques de pertes de vie de civils étaient plus énormes que les avantages qui pouvaient en découler.

Le général Guiai Bi Poin a par ailleurs expliqué que la hiérarchie militaire était d’opinion que le president Gbagbo avait tout fait pour parvenir à une solution politique pour mettre fin à la guerre. l’ex patron du CECOS a indiqué que l’une des meilleurs voies de sortie de crise proposes par le president Laurent Gbagbo fut le “recomptage des voix”.

«Nous savions que le président n’a cessé de dire depuis le début qu’il fallait qu’on fasse le recomptage des voix, avec le recul aujourd’hui on remarque que ça a eu de bons résultats ailleurs en Afrique qui ont fait moins de dégâts», a expliqué, le général Guiai Bi Poin. Avant d’ajouter qu’en function de l’évolution de la situation militaire défavorable aux FDS, la hierarchie militaire a proposé au président Gbagbo de faire un effort supplémentaire pour parvenir à une solution politique.

« Entre février et mars nous savions très bien que compte tenu de l’embargo, on n’aurait pas réussi à recevoir des armes et munitions supplémentaires…. Vue que l’évolution était ouvertement en faveur des rebelles notamment avec le soutien de l’Onuci, des problèmes d’armement et tous ces facteurs faisait qu’on avait de plus en plus de mort, on a demandé au Cema de demander si on ne pouvait pas en venir à une solution politique,…On en a parlé au Cema qui nous a dit qu’il avait transmis nos préoccupations au chef de l’Etat», a expliqué le témoin du procureur Fatou Bensouda.

Interrogé par le substitut du procureur sur la marche du 16 décembre 2010 sur la RTI, l’ancien patron du CECOS a déclaré que cette marche n’a pas été autorisée. Puis a révélé les manifestants étaient armés, puisque plusieurs policiers avaient été blessés.

«La marche du 16 décembre 2010 était une marche, non autorisée, et armée. Les manifestants étaient armés car j’apprenais sur la radio qu’il y’avait déjà des policiers tués à Abobo donc c’était une marche armée», a expliqué le général Guiai Bi Poin à la Cour.

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (1ère Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (2ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (3ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (4ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (5ème Partie)

Procès Gbagbo et Blé Goudé du 29 Mars 2017 (6ème Partie)

Eburnienews.net

About Tjefin

One comment

  1. Comme vous le voyez le plan commun,nom fameux de ce qui était le mobile de Dame Lippue Bensouda la procureur corrompue,se retourne contre les accusateurs!C’est pourquoi ils ont trouvé vite cette appellation de “plan commun”!Au bout de compte,la CPI et ses alliés vont regretter d’avoir touché à l’élu du peuple ivoirien! L’heure vient et elle est déjà venue,ils vont mordre la poussière!”Allons-y doucement,doucement,car on est pressé” dit le sage Woody!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE