Projet exhumation des corps à Duékoué: Ouattara veut effacer les preuves du génocide Wê

Projet exhumation des corps à Duékoué: Ouattara veut effacer les preuves du génocide Wê

Le régime Ouattara veut exhumer et déporter les corps des civils Wê qu’il a massacrés au quartier Carrefour-Duékoué, en mars 2011 avant d’accéder au pouvoir le 11 avril de cette année de braise. Ce, en vérité, pour effacer les preuves de sa grave violation des droits de l’Hommes. Mais aussi pour noyer les éléments du génocide des Wê et des crimes contre l’humanité. Incroyable !

On se demande dans son imaginaire, quelle catégorie il attribue aux populations de l’Ouest Wê, notamment, celles de Duékoué. Des sous hommes ? Des esclaves ? Des gens qui ont droit de mourir comme des cafards, dont la vie n’aurait rien de sacré ? J’ai du mal à comprendre Alassane Ouattara. Pourquoi continue-t-il de traiter ce peuple avec un mépris particulier ?

Il existe, pourtant, dans le droit naturel, le droit de l’animal. Parce que l’animal est un être sensible, capable donc de souffrir à cause de nature sensible. On n’a donc pas le droit de pratiquer du sadisme sur un animal. Si telles sont la morale et l’éthique pour l’animal, qu’en serait-il pour l’homme, l’être humain ? La vie humaine est sacrée pour tous. En plus de la nature sensible qu’il a en commun avec les animaux, qui fait que non plus, on ne doit pas pratiquer le sadisme, la méchanceté sur lui, il a une vie spirituelle que l’animal n’a pas.

Une nature qui lui permet de développer des concepts abstraits, comme d’où vient l’homme, l’avenir, l’éternité, l’au-delà, une idéologie, etc. Particularité qui fait de lui un animal religieux. Pourquoi donc, alors que le droit naturel et le droit positif confèrent à l’homme, à tout homme la sacralité de la vie, et le régime Ouattara remet en cause ses acquis en ce qui concerne le peuple Wê ?

Aucune considération. Pour un oui ou pour un non, c’est à l’Ouest qu’il y a des gens qui meurent : Petit-Duékoué ; Guitrozon ; la « guerre Flanny Zara » ; plus de 800 morts au quartier Carrefour ; plus de 200 morts à Nahibly ; Morts à répétition à Guiglo. Les départements de Bangolo, Toulépleu, Bloléquin, etc. ont chacun, leur longue liste de morts. Je soupçonne Ouattara de développer cette idéologie fâcheuse qui sous-tend certains échanges culturels. A savoir la bonne conscience que l’on a de soi et de sa société, donc de son ethnie, de ses coutumes, relativement aux autres communautés qui seraient vues comme des êtres ténébreux.

Les Wê seraient-ils ces êtres là pour le régime Ouattara ? Pourquoi sans avoir établi la lumière sur les graves événements survenus à Duékoué, sans justice, il veut faire disparaître les preuves, les corps ? Or, le corps est la seule preuve du décès, et du crime dans le cas en présence. Pourquoi ? Pourquoi ce mépris ? Pourquoi le régime Ouattara pratique-t-il du sadisme sur le peuple Wê ? Et ce, au vu et au su de tous ? 800 tués le seul 29 mars 2011. Pourquoi accule-t-il ce peuple à la disparition ? Que gagne-t-il en agissant ainsi ?

En faisant du rattrapage ethnique sa politique, il consacre la sublimation de sa communauté, de son identité. Donc de la bonne conscience qu’il a et développe de sa seule souche culturelle. Cette stratification ethnocentriste est ennuyeuse. Pis, source de fracture sociale. Vouloir effacer avec trois millions de francs Cfa, les preuves du génocide Wê, c’est massacrer encore moralement ce peuple.

Germain Séhoué

gs05895444@yahoo.fr

About admin

One comment

  1. Il faut laisser nos parents reposer en paix!

    même s’ils ont été enterrés comme des chiens, exécutés par Ouatara Dramane et ses chiens de guerre.et jetés ensemble dans une fosse commune comme des animaux!
    parce que soupçonnés d’être des proGbagbo. Certains ne savaient même pas ce qu’on leur reprochait avant de les abattre ou de les pourchasser dans la brousse avec des chiens!

    le moment venus on va les exhumer nous -mêmes on va les compter, les reconnaître et leur rendre hommage.

    Or être proGbagbo n’est pas un délit, ni un crime.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE