Prostitution étudiante : “Lover boys”, “miol”… La nouvelle forme de prostitution des mineurs | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Prostitution étudiante :
Prostitution étudiante : “Lover boys”, “miol”… La nouvelle forme de prostitution des mineurs

Prostitution étudiante : “Lover boys”, “miol”… La nouvelle forme de prostitution des mineurs

L’association Agir contre la prostitution des enfants a lancé une nouvelle campagne coup de poing. Ces nouvelles pratiques présentes dès le collège font l’objet d’un vocabulaire spécifique. meltyCampus se propose de décrypter ces nouvelles expressions qui cachent une réalité sordide.

L’image est sinistre. Une porte se referme laissant apparaître une mineure pratiquant une fellation à un garçon dans les toilettes. Cette scène qui peut choquer, c’est celle d’une vidéo luttant contre la prostitution des enfants. Déjà disponible sur le Net, le spot ne devrait pas tarder à être diffusé à la télévision. Cette campagne est difficile car le sujet est encore tabou et les pratiques, déconsidérées. Selon l’ACPE, plusieurs milliers de mineurs se prostitueraient en France. Parmi eux, des jeunes étudiantes essayant de financer leurs études, des étrangers qui essayent de survivre et, moins connu, des lycéens et même des collégiens. Selon la présidente de l’association, Armelle Le Bigot Macaux, la prostitution en milieu scolaire concerne un tiers des mineurs qui vendent leur corps.

Pour décrire ces situations, de nouveaux mots sont apparus : lover boys, miol (entendu dans le film Polisse), ou encore caresses forcées. Les lover boys renvoient à des garçons qui monnayent leur copine. Ces proxénètes en herbe lancent des défis pour tester les sentiments de leur copine mais en réalité, ils s’en servent comme monnaie d’échange, sabordant l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes. Le terme de miol quant à lui désigne des viols où l’absence de consentement n’est pas clairement établie. Enfin, on parle de caresses forcées quand des élèves de collège s’adonnent à des fellations forcées dans les toilettes, que ce soit en échange d’argent ou tout simplement “pour faire comme les autres”. La présidente de l’association s’alarme de la banalisation du sexe chez ces adolescents, qui, il y a peu, n’étaient encore que des enfants.

Source: metronews.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.