Quand Bouygues construit le Pont HKB ou le pont de la honte (“Le point sur” – pro-Ouattara)

Quand Bouygues construit le Pont HKB ou le pont de la honte (“Le point sur” – pro-Ouattara)

« A beau mentir, vient de loin » dit l’adage. Autrement dit, on a beau vouloir cacher la vérité, il revient toujours au galop. C’est ce que révèle sans commentaires, l’inondation du prestigieux pont qui porte le nom de l’illustre ex-Président de la Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié mardi 16 décembre 2014.

En février 2015, le prestigieux pont connaissait déjà ses premiers déboires après une pluie. Repris par les réseaux sociaux, le constat n’a point interpellé les promoteurs, encore moins le gouvernement ivoirien. Pourtant, tout le monde est unanime qu’il y a un mauvais travail tant en amont qu’en aval quant à la réalisation de ce pont, eu égard à son inondation à chaque averse à Abidjan. L’averse qui s’est déversée sur le Dictrict d’Abidjan mardi 2 mai 2015, a encore causé des désagrement tant sur pont HKB que sous cette infrastructures. Le drainage a montré ses limites. L’eau a tout simplement stagnée pendant des heures durant rendant la circulation impraticable.

Une vue de l’inondation du moi de février 2015 sur le pont Quand Bouygues construit le Pont HKB ou le pont de la honte (Le point sur   pro Ouattara)

Une vue de l’inondation du moi de février 2015, sur le pont (Ph:Dr)

Après l’Université Félix Houphouët-Boigny, où le décor extérieur donne envie d’être étudiant et même d’y enseigner, l’intérieur n’est que pure mensonge quant aux matériels de pointe pouvant accompagner cette belle vue. Les différentes doléances des étudiants et les différentes revendications de ces derniers n’est autre que la preuve palpable de ce que les fonds sont dans des poches de certaines personnalités de la Côte d’Ivoire.

Des comportements malsains, déshonorables qui restent impunis et qui donnent raison à ceux qui soutiennent que la Côte d’Ivoire est l’un des pays où il faut faire corps avec la malhonnêteté, être de mauvais aloi pour être « dans la République ». Cette inconscience et insouciance de la galère et de la misère du peuple est la vision la mieux partagée en Côte d’Ivoire depuis des décennies .Puisque, bien que les vrais auteurs soient connus, sans même la moindre enquête, ils sont protégés par leurs « parapluies ».

D’un coût total de 308 millions d’euros, 20% (58 millions d’euros) ont été abondés par la Banque africaine de développement (Bad, le projet, qui a été développé dans le cadre d’un Partenariat public privé (Ppp), incarne l’expertise avérée de la Banque en matière d’infrastructures. « Ce pont, comme beaucoup d’autres en Afrique où la Bad a été associée, révèle aussi cette Afrique émergente, malgré des soubresauts et défis ici et là.» Avait indiqué l’ex-président de cette institution bancaire, Donald Kaberuka mardi 16 décembre 2014, dans son allocution de l’inauguration du pont.

Une vue de l’inondation du mardi 2 mai 2015 sous le pont Quand Bouygues construit le Pont HKB ou le pont de la honte (Le point sur   pro Ouattara)

Une vue de l’inondation du mardi 2 mai 2015, sous le pont (Ph:Dr)

Abidjan, peut-elle reconquérir son appellation de « la Perle des lagunes” qui doit refléter cette « Afrique qui monte », et qui voit émerger de plus en plus de grandes villes, voire des mégalopoles ? La volonté du Président des Ivoiriens y est, mais ceux qui mangent à table avec lui n’ont pas cette même perception de l’avenir de la Côte d’Ivoire et particulièrement le District d’Abidjan. Ces derniers qui n’ont aucun projet encore moins, l’esprit de créativité utilise son nom et son image de façon excessive, démesurée et anarchique pour se faire une renommée aux yeux de l’opinion.

Combien de temps encore ce genre de comportement de mauvaise foi va-t-il mettre, avant de prendre fin ? Aujourd’hui, la multinationale Bouygues a réussi l’exploit de réaliser une piscine en dessous et en dessus du pont HKB, l’une des fiertés des Ivoiriens par sa maquette et son architecture. L’industriel français ne l’a pas fait seul. Il a réalisé cet exploit (sic), à savoir le visage hideux du pont que le monde entier découvre avec la complicité des mains obscures tapies dans l’ombre bien connues au sommet de l’Etat. C’est en Septembre 2011, que les travaux du pont HKB ont été lancés par le Président Alassane Ouattara, avec versement complet de la subvention de l’Etat de Côte d’Ivoire et inauguré mardi 16 décembre 2014. L’heure est grave et les dénonciations donnent raison à ceux qui s’y hasardent. Qu’a fait Bouygues et les promoteurs avec l’argent du contribuable ? Les Ivoiriens et le monde entier veulent connaître la vérité dans les moindres détails, avant que le pire ne se produise.

Au regard du constat actuel, le pont réalisé n’est plus « le symbole de la prospérité, et de l’unité retrouvée » de la Côte d’Ivoire comme l’a signifié le Pdg, du Groupe Bouygues, celui de donner du poids à la division, tant au plan économique que politique.

L’industriel français a même promis la réalisation de 6,7 km de voie routière, 400 mètres de digues, un péage de 21 voie, et du côté de Marcory un échangeur « digne des grandes villes américaines », avec ces 16 tabliers sur 3 niveaux, le tout avec un montage financier original, une concession pour 30 ans, et « le lancement » du train urbain d’Abidjan qui « desservira l’agglomération d’Abidjan sur une quarantaine de kilomètres. » Un projet dont il n’a pas donné les contours, à tout le moins flou.

Sériba Koné

Source: lepointsur

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.