Marianne : Sarkozy voyou de la république by Dailygratuit

Quand Jean-François Kahn accusait Nicolas Sarkozy de “voyou de la République”

Un article de Jean-François Kahn titré en première page du journal Marianne 2 : « Le voyou de la République » et illustré par un Nicolas Sarkozy menaçant fait bondir les ténors de la droite. Lire dans Le Point.fr

« Où est le respect envers le chef de l’Etat qui a été élu au suffrage universel et mène une politique pour laquelle il a été choisi et sa politique validée ? » s’interroge sur RMC Nadine Morano secrétaire d’Etat chargée de la famille.

« Rien ne justifie l’outrage au président de la République élu démocratiquement. Rien ne justifie l’insulte à l’homme politique qui bafoue également ceux qui l’ont élu … rien ne justifie ces dérives sinon l’intérêt financier d’une opération commerciale pour meubler l’actualité estivale …. il est paradoxal de dénoncer les dérives vichystes en utilisant les méthodes de la presse d’extrême droite d’avant-guerre, dont on sait ce qu’elle a été sous l’occupation » écrit le député UMP Lionnel Luca.

et à gauche : « Je ne dirais pas que c’est un voyou, mais il fait du Le Pen Light », a déclaré Pierre Moscovoci (PS) sur RMC, désapprouvant le terme« voyou ». A se demander, si le PS prend la mesure de la gravité des événements politiques de cet été.

L’article de Jean-François Kahn fait mouche, et mérite d’être lu dans son intégralité.

J’en ai extrait le paragraphe qui me parait le plus synthétique de son article :
« Sarkozy n’est pas pétainiste ni, encore une fois, maurrassien, xénophobe, raciste, encore moins facho. Simplement, aucun interdit d’ordre idéologique ou éthique ne le bride, aucun principe transcendant ou aucun impératif moral ne l’affecte, aucun « surmoi » ne l’arrête. Pour conquérir et conserver le pouvoir, il est capable de tout. Absolument de tout. Exactement comme les caïds des cités. En réalité, avec d’ailleurs le talent que cette mentalité nécessite et le sens de la prise de risque qu’elle exige, Nicolas Sarkozy est un voyou. Un voyou de banlieue, dont la banlieue serait Neuilly. Typique, à cet égard, est cette façon de déclarer la guerre à tout bout de champ… aux bandes rivales !

Les Le Pen n’ont pas manqué de le rappeler : l’homme qui vient de créer deux catégories de nationaux – d’un côté, des Français de souche ou en voie de faire souche ; et, de l’autre, des sous-Français passibles d’une double sanction en cas de délits particuliers – est le même que celui qui supprima la double peine. Elle permettait, rappelons-le, de renvoyer dans son pays d’origine un étranger condamné, en plus de l’exécution de sa peine. (Personnellement, ce principe ne m’a jamais choqué). Contradiction ? Pas du tout. Cynisme. »

Jean-François Kahn Le voyou de la République Marianne 2

Par solidarité contre les attaques dont Marianne 2 est l’objet Edwy Plenel journaliste et rédacteur de MediaPart a publié un article à la une de son éditorial : Sarkory contre la République, un président hors la loi, dont voici le paraphrase qui m’a paru le plus représentif :

« Il suffit donc de relire la loi fondamentale, sur laquelle repose notre Etat de droit – ou ce qui en reste –, pour prendre la mesure de la rupture survenue le 30 juillet, à Grenoble, au détour du discours de Nicolas Sarkozy : la France a dorénavant pour président un délinquant constitutionnel, un président devenu hors la loi. Car le premier article de la Constitution, dont la place éminente dit bien l’importance, ne se contente pas de définir la France comme « une République indivisible, laïque, démocratique et sociale » – ces deux derniers adjectifs étant trop souvent oubliés. Cet article ajoute immédiatement :« Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »»

A coup sûr, le discours de Nicolas Sarkozy du 30 juillet 2010 marque le tournant politique du quinquennat de Nicolas Sarkozy. L’originalité de sa personnalité se montre dans sa capacité à s’affranchir personnellement sans vergogne « Moi, je » de toutes les habitudes de disciples politiques de recherche de consensus de la vie démocratique républicaine. Nicolas Sarkozy a atteint, là, le sommet de l’affranchissement, en un ego surdimensionné au-dessus de tous, au point de remettre en question les fondements constitutionnels tout autant de la République indivisible que de son rôle du Président de la République d’être justement le garant et le représentant de la République démocratique indivisible. Il s’agit là d’un point de non retour, de l’aboutissement d’une spirale d’échecs politiques, et de désaveux non assumés de sa politique. Il mérite la qualification de « voyou de la République « . A la différence importante du voyou de banlieue qui brûle une voiture, que lui, à la tête de l’Etat brûle les fondements de la République et met en danger la sécurité toute entière de la Nation française.

Ce temps d’été est généralement celui d’une trêve consacrée à la famille, aux loisirs, aux vacances. Néanmoins, j’espère que les françaises et les françaises, prendront la mesure de la gravité des événements politiques de cet été, et répondront à l’appel parla Ligue des droits de l’homme pour une manifestation unitaire le 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14 heures, et partout en France. Il s’agira, à cette date du 140e anniversaire de la République, d’en défendre les principes de liberté, d’égalité et de fraternité, aujourd’hui menacés par cette présidence.

Enfin, cette réflexion autour de la déchéance nationale est évidemment, si vous ne l’avez déjà fait, une invite à signer la pétition citoyenne lancée par le constitutionnaliste Olivier Duhamel, Nous sommes tous français, .

Source: agoravox.fr

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.