Quand la France joue avec le feu de son propre declin

Quand la France joue avec le feu de son propre declin

Comme Gargamel dans la vieille série de bande dessinée, la France veut remettre ça en s’attaquant à un autre schtroumpf africain, le Gabon, après la pagaille criminelle que les gouvernants français, leurs mafias dites multinationales et leur armée ont créée en Côte d’Ivoire.

Comme d’habitude, voici, ce sont les médias français, soutenus par leur diplomatie internationale, des intellectuels tout aussi irrationnels que douteux, des hommes d’affaires et des politiciens mafieux qui tirent à boulets rouges sur le pouvoir gabonais, en complicité avec desfils du Gabon ! Comme en en Côte d’Ivoire, on prend les mêmes et on sabote.

On sabote le Gabon souverain au moment même où les médias français qui avaient traité Laurent GBAGBO et les patriotes ivoiriens de tous les noms s’empressent de rectifier leurs médisances (regrets ?), au moment où leurs élites intellectuelles et rares politiciens enclins à la vérité dénoncent et condamnent le sordide complot que les autorités françaises avaient fomenté contre le souverainiste GBAGBO. On sabote au Gabon après avoir échoué à créer une guerre postélectorale, comme en Côte d’Ivoire en 2011, pour faire accéder au pouvoir la rébellion qu’on y a créée en 2002.

On prend les mêmes et on sabote au Gabon, alors que l’écrivain Pierre PEAN qui s’était cru dans une foire aux mensonges, ne s‘est pas encore excusé ou n’a pas présenté des excuses publiques au président de la république gabonaisequ’il avait couvert d’opprobre sur sa filiation ainsi qu’à ses lecteurs ou à l’opinion publique, alors qu’une honnête journaliste française a démontré et fait mentir le livre-imposture de ce PEAN.

On prend les mêmes et on sabote au Gabon où un certain GUEANT, ministre français en son temps, s’était très mal illustré au plan de la vertu, il y a moins de cinq ans. Pourtant, qu’ils s’appellent BOUYGUES, BOLLORE, SOCIETE GENERALE des BANQUES, CREDIT LYONNAIS, ORANGE, THANRY, SAGEM, FRANCETELECOM et autres, l’Afrique francophone, après plus de cinquante années d’indépendance, attend toujours l’effectivité d’un transfert de technologies pour son vrai développement et un épanouissement harmonieux de ses populations condamnées à une misère calculée et voulue par un système de spoliation conçu dans les laboratoires de la politique française en Afrique et les territoires d’outre-mer.

La société d’exploitation forestière THANRY en plus d’un demi-siècle de déboisement en Côte d’Ivoire, à part un bâtiment d’à peine quarante mètres carré tenant lieu de sous-préfecture dans le village de Guézon (Duékoué), n’a jamais réalisé la moindre œuvre sociale en termes d’école, dispensaire, route ou autre infrastructure durable. Malgré des milliards qu’elle engrange toujours. De même la fumeuse société française d’identification SAGEM , qui a frauduleusement introduit des milliers d’étrangers sur le listing électoral ivoirien… Bien mal acquis ? Ah, ne parlons même pas du système éducatif français imposé dans nos pays, un système qui nous fait plus reculer qu’avancer.

On prend les mêmes et on sabote au Gabon, quand des politiques français, gauche, centre et droite confondus, depuis des décennies, s’empiffrent jusqu’à roter ou à dégurgiter par le biais de valises remplies des p.i.b. (produit intérieur brut) des Etats africains francophones ou d’outre-mer. Ah, les valises ? Ne sont-ce pas un nombre important d’entre ces valises qui échappent à la mafia politique française depuis le Gabon ? Ah, que d’agitations incongrues et malveillantes qui évoquent sans honte des biens mal acquis ! Comme s’il n’existait pas ou n’a jamais existé dans un grand pays comme la France, le moindre code de moralité ou le moindre cadre juridique relatif à l’acquisition des biens.

Sûre de sa force de brute de guerre déloyale, la France lance une information en se moquant de l’opinion publique africaine qui est loin d’être naÏve ou idiote : informer, juste informer qu’aucun pays africain francophone n’étant détenteur de supposée centralenucléaire comme Saddam HUSSEIN ou KADDAFI, il ne lui reste qu’à mentir sur une supposée dictature, un inexistant conflit ethno-religieux ou électoral, …des biens mal acquis, le cas actuel du Gabon.

Qui, comme l’opinionpublique française, va continuer de se laisser berner par des moralistes sans morale ? Tous ces biens mal acquis, que ce soit au Gabon ou même en Guinée Equatoriale, ont-ils achetés en dehors du cadre légal français, c’est-à-dire sans huissier, sans notaire, sans avocat, sans banquier, sans agent immobilier et surtout sans l’intermédiaire du moindre politicien français qui se soit sucré sur le dos du vieux BONGO ? Jusqu’à combien de biens immobiliers peut acquérir un seul individu en France ? La loi française a-t-elle prévu ou non quelque chose en ce sens ? Mais alors, que vient chercher le nom d’Ali BONGO dans tout ça, quand les biens cités ont été acquis par feu son père ?

On voyait venir ou du moins on a toujours vu venir la France dont les musées sont pleins des richesses antiques et récentes de l’Afrique : après les BOKASSA, MOBUTU, HOUPHOUËT et autres dont les héritiers ont déjà été spoliés des biens de leurs parents, la France veut distraire le monde et l’opinion gabonaise, attaquer ce pays et le déstabiliser en y installant un roitelet de son choix. La France, en vérité, prend toujours les mêmes et recommence son sabotage en Afrique là où le vrai essor par le développement économique et infrastructurel se fait sans la volonté de contrôle et de domination propre à la France.

Exemple plus qu’actuel : la Guinée Equatoriale et le Gabon. Quelle tare ! Qui parle des biens acquis par des Africains, parlera-t-il un jour des fortunes volées par les entreprises françaises en Afrique, des entreprises qui jamais ne payent d’impôt à nos Etats malgré la mauvaise qualité de leurs produits imposés par un monopole inique ? Où cachent-ils toutes ces immenses fortunes pour que les Français n’en voient même pas la poussière ?

Dans quel paradis fiscal, dans quel jardin, dans quel sous-sol ou cave de château font-ils enterrer tous ces milliers de milliards, tous ces kilos d’or et de diamant pour que l’Allemagne qui n’a aucune colonie africaine pilote l’Union Européenne et que la grande France peine et soit à la traîne de ce pays vaincu et dépecé par les Alliés en 1945 ? Parlera-t-on un jour, de façon exhaustive, de tous ceux à qui profitent les valises d’argent des présidents africains, de quel droit ou dans quel cadre juridique ou légal ? Tout cela, les Français et les Africains doivent le savoir pour en discuter sérieusement, avant qu’il ne soit trop tard pour cette France-vestige de Napoléon BONAPARTE.

Non, France, arrêtes ça ! Ce ridicule ping-pong te dégrade. Arrêtes, sinon tu fonces tout droit vers la pente abrupte de ton déclin. Tu ne peux pas continuer d’accorder des condamnations avec sursis (c’est de l’impunité) à tes ministres et à tes élus malhonnêtes ou voleurs de deniers publics et t’en prendre avec arrogance à un président africain légalement élu, l’attaquer sur le terrain de sa volonté de souveraineté pour un Gabon libre et prospère. Quand ce que l’on veut imposer à autrui comme morale ou code de conduite est sans fondement, on inspire la nausée qui a été celle de Gérard DEPARDIEU en 2012, exilé avec toute sa fortune en Russie (il a pris la nationalité russe), en plein scandale CAHUZAC !

Alors, France, si tu n’as pas encore compris que plus personne en Afrique (à part bien sûr tes robots nègres initiés à la perfidie et ton opinion publique toujours infantilisée) n’a d’oreille pour ton tambour que tu bats et qui te fait danser tout seul, arrêtes, France, de te distraire, de perdre le temps aux Gabonais et aux Africains plus que prêts à te vomir. L’Europe, après le Brexit, t’attend ; la montée du terrorisme que tu as suscité de par le mondet’attend. La grande peine et la douleur que, par SARKOZY, tu as infligées à la Côte d’Ivoire t’attendent. En espérant quele mois de Septembre 2017 ne te sera pas un autre Mai’68, nous avons dit et répétons : France, arrêtes de jouer avec le feu de ton déclin !

Emmanuel CALEB, une victime ivoirienne de la France de SARKOZY et de CHIRAC , porte-parole du collectif des victimes de Duékoué (Carrefour &Nahibly)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE