Quand le proxénétisme se déporte sur facebook

Quand le proxénétisme se déporte sur facebook

Facebook est un service en ligne de réseautage social, qui permet à ses utilisateurs de publier du contenu et d’échanger des messages. Deuxième site le plus visité au monde après Google, il compte aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs actifs.

Aujourd’hui, force est de constater que ce géant canal de communication et de publicité  a été saisie par les professionnels des métiers du sexe pour exposer et commercialiser leurs marchandises hors du commun.
Cependant, Abidjan capitale économique ivoirienne ne passe pas outre ce fait qui  recueil toute notre attention pour constituer notre dossier de cette semaine.

Ainsi dans une enquête minutieuse, soutenu d’arguments, d’exemples et de témoignages nous tenterons de décortiquer le proxénétisme sur facebook en prenant le cas de la ville d’Abidjan.

– qui sont les proxénètes de facebook dans la ville d’Abidjan

– qui sont leurs clients

-comment procèdent-ils

Qui sont les proxénètes de facebook ?

Vieux comme le monde, le proxénétisme qui consiste à tirer profit de la prostitution d’autrui est un véritable problème social. Et comme toutes activités elle sait s’adapter aux nouvelles évolutions de notre époque à savoir internet.
Ainsi ces professionnels des métiers du sexe sont très actifs sur facebook qui est l’un des réseaux sociaux les plus utilisés en Côte d’Ivoire pour en général discuter, présenter et finaliser. Seulement en ce qui concerne ces personnes  de moralité douteuse pour la société ivoirienne leurs discutions porte sur  des moments de plaisir intimes.

Les proxénètes du facebook, ce sont des femmes et des hommes exerçant déjà dans le milieu du sexe. Entre outre, des maisons clauses, des boites de nuits ou discothèques où l’on vend les plaisir de la chair, des maisons de massages privés, aussi des personnes du milieu du showbiz et de la mode. C’est une véritable organisation où chacun joue un rôle bien précis.

D’autres visages de proxénètes nous pouvons citer les brouteurs et des particuliers qui ont décidés de présenter leurs proches sur facebook en vue d’accroitre leurs finances.

Qui sont leurs clients ?

Quand on sait que facebook est devenu un incontournable pour les abidjanais on peut sans nulle doute prétendre qu’un client de proxénètes c’est bien tout personnes utilisant ce réseau social. Eh oui chaque individu qui se retrouve sur facebook est un potentiel client, une éventuelle cible, une probable source d’entrée financière.

vieux ou jeune, riche ou pauvre, célèbre ou inconnu, les proxénètes estiment que tout femme ou homme a un certains penchant d’un homme ou d’une femme qui pourrait lui apporter quelques moments de plaisir .

Ainsi ces passeurs d’hommes et de femmes utilisent des  méthodes très particulières  que nous verrons dans le point suivant.

Comment procèdent-ils ?

La prostitution sur le facebook est connu de tous mais les méthodes  de cette pratique indécente nécessite un savoir faire des passeurs dont eux seul possèdent le secret.

Pour Jules S, proxénètes nous explique sa démarche : « je suis d’abord manager dans  un bar où on fait du striptease et ce n’est pas toujours que les recettes sont bonnes. Donc j’utilise facebook pour combler le déficit de mes recettes, je dirai que des fois c’est facebook même qui fait la recette du jour. Dans un premier temps je mets les numéros de mes filles dans des postures très chaudes et  captivante que je partage dans beaucoup de groupe de  discutions et je regarde qui va cliquer sur j’aime ou commenter. Ainsi en conversations privé je me présente à l’individu qui apprécie la photo et je commence les négociations. Si nous tombons d’accord il me retrouve au bar où l’attend la fille et ça se passe sur place »

Au cour donc de notre micro trottoir, un autre manager d’établissement aux mœurs légères nous expliquent sa particularité sur facebook : «  moi j’ai carrément créé un groupe réserver à ce truc. Quand tu vas dessus tu  sais de quoi il est question et c’est interdit au moins  de 18 ans. Là on parle uniquement que de sexe en mettant un accent particulier avec les filles et les charmants messieurs que nous présentons pour le bonheur de tous anonymes  qui souhaitent passer un bon temps. La confidentialité et la discrétion sont de mise. Selon les envies du client, nous pouvons apporter la fille à domicile qu’il aura vu au préalable bien sur facebook en inbox. Pareille aussi pour les garçons car eux aussi sont beaucoup sollicités. Donc je disais que nous les envoyons chez le client qui paye comptant et c’est ni vu ni connu ».

Figer par les propos de notre interlocuteur, nous restons suspendus à ces lèvres jusqu’à ce qui nous indiquent un chef d’entreprise bien nantis qui est à l’origine un maillon essentiel de cette organisation. Après avoir pris rendez-vous avec ce monsieur que nous nommerons X, nous arrivons à ces bureaux dans le quartier des affaires du plateau où nous sommes attendus. Dès notre entrée, nous sommes stupéfaits par la marée de  belles filles sexys et sensuelles assises chacune sur un poste d’ordinateur en train de tchatcher. Pris de curiosité d’en savoir un peu plus, nous découvrons des filles sortant leurs atouts naturels pour convaincre au moyen de la webcam à l’aide de l’application facebook vidéo. Quand aux hommes qui discutent généralement avec des femmes âgées aux envies très particuliers et effrayant, on voit  de jeunes gens sortir leurs torse ou  présenter leurs parties intiment devant la webcam  et tout cela sous la supervisions de monsieur X qui encaissent mêmes les frais d’exhibitions de ces protéger.

Véritablement un nouveau commerce illégal très à jours des nouvelles technologies on y retrouve tout dans les outils de travail des proxénètes. Ainsi au delà des ordinateurs et webcam intégré ou non, on trouve aussi des imprimante, des routeurs, une connexion illimités, une photocopieuse, des stylos et papiers  pour prendre des notes et réceptionner. Une véritable entreprise, que dis-je plutôt une véritable industrie puisque nous apprend t-on les  salaires sont considérables dans ce pseudo-travail et l’ensemble des acteurs de se vaste mouvement sont déclarés à la Caisse nationale de prévoyance Sociale sous un autre emploi.

Si tout cela n’est pas approprié dans un pays où la tradition et la culture posent des limites aux grandes folies des hommes, il convient de signifier que cette pratique ne fait pas que des malheureux.

Mais pensez vous qu’une telle profession peut –elle être légalisée en Côte d’ivoire ?

Par Yves Kacou

akwaba225@gmail.com

Source : akwaba.biz

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE