Que gagne la Côte d’Ivoire pour son hospitalité ? (Par Frédéric-Rossif)

Que gagne la Côte d’Ivoire pour son hospitalité ? (Par Frédéric-Rossif)

La Côte d’Ivoire, terre d’hospitalité, d’accueil, c’est le pays de tous, c’est sur toutes ces valeurs que le père de la nation ivoirienne a construit le développement économique de ce beau pays.

Ils sont venus de partout, d’Afrique, Europe, Asie, Amérique, pour venir chercher fortune en Côte d’Ivoire. Certains ont été de hauts cadres dans l’administration ivoirienne et ont occupé de hautes fonctions de l’Etat, leurs enfants ont bénéficié et continuent de bénéficier, ces vieilles générations venues d’ailleurs connaissaient ce que c’est qu’un Etat.

Ils avaient le respect pour la chose publique ainsi que pour leurs tuteurs les ivoiriens, le respect faisait partir de leurs intégrations ce qui leur a valu la prospérité souhaitée.

Aussi connaissaient-ils les us et coutumes de leurs hôtes (les ivoiriens), ce qui n’est pas pour le cas de la nouvelle génération qui a choisi de venir faire fortune en Côte d’Ivoire par tous les moyens.

Les ivoiriens sont devenus la proie de ceux qu’ils ont adopté au nom de l’hospitalité.

Cette jeune génération, est une autre race de personnes venue des pays voisins, qui n’a pas pitié ni peur de tuer à l’aide de pistolets, couteaux, machettes, et l’arme la plus redoutable que les militaires utilisaient pendant la première et la deuxième guerre mondiale contre l’ennemi d’en face. Les « kalachnikovs » et déposséder de leurs biens sans moral.

L’ivoirien est devenu depuis le décès du père fondateur la proie des balles des kalachnikovs de ces gens adoptés et adoptifs.

Irrespectueux, drogués, méchants, alcooliques, ils assassinent leurs propres épouses, parents et amis pour satisfaire leur besoin. La seule philosophie pour ces criminels qui sont dans les poches des ivoiriens dans ces dernières années ne rêvent que du «pognon, blé, Taman, mon ayan, woiri, le piè …etc. » Ils sont prêts à tuer sans sommation temporaire la PROIE facile qui est l’ivoirien.

Ils vont même appeler d’autres des microbes, et pourtant ce sont des humains comme vous et moi, ces enfants ne sont pas du tout des enfants de messes dans les églises ni de cultes dans les mosquées, ils sont sans pitié, sans cœur, et tuent sans sommation temporaire quand ils vous croisent sur leur même chemin.

Ils ont un lourd bilan, dans le mal, beaucoup de familles ont vu leurs proches, parents, enfants, épouses, époux, neveux… arrachés à l’affection et dans la fleur de l’âge par la faute de ces vilains chenapans ou fripouilles, tuant parfois les policiers qui assurent eux-mêmes la sécurité des Ivoiriens.

Comment on en est arrivé là ?

Voulant faire la Côte d’Ivoire, une terre d’accueil, le Président Félix Houphouët-Boigny a misé sa politique sur l’ouverture, pensant bien faire, le vieux ne savait pas qu’il était en train d’élever des « lions qui devraient mettre au monde des lionceaux ».

Pour remercier ce peuple hospitalier et généreux, c’est avec les canons de kalachnikovs, des missiles qu’ils le massacrent quand ils ont besoin de pitance.

L’hospitalité devient pour les ivoiriens un casse-tête chinois, au pouvoir le Président Henri Konan Bédié a voulu mettre de l’ordre dans cet exode massif et sans contrôle des populations des autres pays voisins vers la Côte d’Ivoire, malheureusement les politiciens ivoiriens en complicité avec quelques personnalités étrangères l’ont chassé du pouvoir par les kalachnikovs.

Dans une incohérence linguistique et langagière, Koudou Gbagbo Laurent, l’historien qui voulait écrire sa propre histoire, avec ses tactiques démagogues et sa finesse de vouloir jouer de tout le monde, dont lui seul en a le secret s’est brouillé en chemin et a conduit la Côte d’Ivoire dans l’abîme.

Le président Alassane OUATTARA, une fois parvenu au pouvoir voulait éteindre le feu, en ouvrant toutes les frontières des pays voisins, sans penser, un instant qu’on ne met pas un petit serpent dans le pantalon que l’on porte.

Du coup, les gens sans état d’âme, qui n’ont aucun esprit de conciliation ni du pardon et qui font la loi dans toutes les villes s’en prennent atrocement aux ivoiriennes jusqu’à ôter leur vie, tous les jours sans qu’ils ne soient inquiétés.

Ces gens, qui, pour eux, tuer un ivoirien devient une passion morale, un plaisir, un trophée de vengeance, une compensation, ou un dédommagement pour soulager leur haine viscérale contre la Côte d’Ivoire. Ce pays, jadis, havre de paix, et pour son succès économique grâce à la politique de rassemblement du Président Félix Houphouët-Boigny est devenu aujourd’hui un grand tombeau de morts.

L’évolution économique de notre pays qui dérange tous les Etats Africains de la sous-région, en est la cause de cette destruction par tous les moyens.

Les ivoiriens doivent être solidaires, la politique ne doit pas nous diviser.

Au Rwanda, après le génocide, les rwandais ne parlent plus de tutsis ou de hutus, ils parlent « de rwandais comme seule ethnie », pour consolider la cohésion de toute la nation de ce beau petit pays d’Afrique centrale.

Depuis les multiples crises, la Côte d’Ivoire n’a plus de frontières entre les autres Etats avec lesquels, elle partage les mêmes frontières.

Comment peut-on trouver la tranquillité et l’équilibre économique et moral dans un tel pays ?

Au nom de quoi doit-on sacrifier un Etat et ses fils ?

Que gagne la Côte d’Ivoire pour son hospitalité ?

On ne partage pas la souffrance, mais la richesse, et pourtant c’est le contraire que les Ivoiriens vivent tous les jours, l’économie du pays est partagée entre les enfants adoptés et adoptifs au détriment des vrais fils du pays.

Combien d’ivoiriens pur-sang sont fiers de la situation actuelle, de ni paix et de ni guerre ?

Ils chassent et tuent les enfants dans les écoles pour des sacrifices en vue de devenir riche, ainsi que les paysans dans les plantations cacaoyères pour s’accaparer gratuitement de leurs biens sous le regard complice de certaines de nos autorités, « ceux qui veulent gouverner les ivoiriens demain ».

Se loger devient un luxe, l’ivoirien n’a plus son propre destin en main, la vie humaine se marchande, et ce sont les autres venus d’ailleurs qui sont devenus les décideurs de la prospérité de ce peuple sans protection.

L’armée qui doit protéger le peuple ivoirien, est elle-même devenue le bourreau.

De coup le peuple est devenu orphelin, et vit sous l’enclume et le marteau.

Un pays doit tenir sur du solide et non sur du sable de mer comme l’actuelle Côte d’Ivoire, le Président de la République se bat pour équilibrer les choses ou faire faire revenir la paix, mais pourra-t-il réussir seul s’il n’est pas accompagné par tous les fils du pays ?

Tous des menteurs, dans le simple but d’avoir une place à la table du thé du Président de la République, personne ne peut lui dire la simple vérité.

Au moment où il se bat pour la prospérité de tous les ivoiriens, d’autres prient et utilisent les pistes pour le déstabiliser juste pour leurs intérêts mesquins.

Pour preuve,il suffit de faire la revue des titres de la presse ivoirienne tous les matins pour constater que d’autres ivoiriens sont heureux de la situation actuelle du pays.

Ils oublient que la politique vit quand le pays est en paix, ils oublient que les armes n’ont pas de tris, ils oublient que la misère ne choisit pas son camp.

En lieu et place des propositions fiables qui pourraient aider les ivoiriens à trouver des solutions à leur misère, d’autres trouvent comme solution la démission du Président de la République.

Tous ingrats, méchants, égoïstes, ils ne pensent qu’à leur seul ventre et ceux de leurs parents.

Comme le disait l’artiste « si DIEU pourrait venir gouverner la Côte d’Ivoire » car tous ont démontré leur limite, incapable de gouverner après Félix Houphouët-Boigny.

Du coup ! L’ivoirien ne sait plus à qui confier son destin.

Le gouvernement doit avoir le courage de purifier cette armée arc-en-ciel, s’il veut une paix durable et définitive pour les ivoiriens.

Dans tous les grands Etats, l’armée est Républicaine, Nationale, Citoyenne, Patriotique, protectrice du peuple, des lois, de la constitution etc.

En Côte d’Ivoire l’armée est paternaliste ou tuteurée, c’est-à-dire chaque soldat ou groupe se reconnaît en une personne, soit un ancien chef de guerre, ou un responsable politique, il suffit de demander le nom de leur patron( le chef d’Etat major)pour savoir qu’ils sont de véritables incultes .

Ils sont nombreux ceux qui vous diront qu’ils ne connaissent pas le nom du Patron des armées.

D’autres répondent tout simplement, «  le gars là, ou le môgô là, ce n’est pas notre gars, nous, notre patron c’est T…  A…..  W….. S…. Z….O….K…..H….ainsi va l’armée ivoirienne.

Comment les gens qui ne savent pas le nom de leur premier responsable puissent savoir qu’ils portent les treillis pour protéger le peuple et la Côte d’Ivoire ?

Un autre cas les démobilisés.

Il est inconcevable ou même incompréhensible de constater que le nombre de démobilisés soit encore élevé à nos jours.

Le processus de DDR n’a-t-il pas inséré ces ex-combattants dans les emplois de l’Etat et des Pme ?

Les ivoiriens comprennent maintenant que ce sont des parents proches ou des amis qui ont été insérés dans les emplois « à la douane, au trésor, aux impôts, à la police, gendarmerie nationale, eaux et forêt, etc, en lieu place des ex-combattants.

L’impunité fait partie des faiblesses et de la mauvaise gouvernance des Etats Africains, comment peut-on élever un individu à un poste supérieur quand il a échoué à un poste inférieur ?

ET SI ON TOURNAIT LE DOS A TOUS LES PARTIS POLITIQUES POUR FAIRE CONFIANCE A UN CADRE IVOIRIEN DE LA SOCIETE CIVILE

Ils ont tous échoué, les dirigeants qui ont gouverné la Côte d’Ivoire depuis la disparition de nanan Félix Houphouët-Boigny, les ivoiriens vous demandent tous simplement de les libérer de leur liberté.

En France, Emmanuel Macron est devenu Président de la République tout simplement parce que les français ont décidé de prendre en main leur destin, et dire merde aux partis politiques qui leur pourrissent l’air.

Pourquoi les ivoiriens ne pensent-ils pas à se servir de l’exemple Macron ?

Cette alternative peut être la solution aux problèmes des ivoiriens car le sang de l’ivoirien a trop coulé pour servir de sacrifice aux politiciens. Comme le disait une dame, « les politiciens africains sont tous des croque-morts, ou des nécrophages.

Heureusement qu’en Côte d’Ivoire les politiciens sont tous propres

Je joue le rôle du chasseur de tête, il appartient aux ivoiriens de savoir ce qui est bon pour leur survie et pour sauver le seul pays qu’ils ont, la Côte d’Ivoire.

Frédéric-Rossif, journaliste-Administratif

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE