Qui est Jean Ping?: C’est un homme qui «est prêt à tout pour obtenir le pouvoir, quitte à brûler le pays », répond un diplomate de l’Union Africaine

Qui est Jean Ping?: C’est un homme qui «est prêt à tout pour obtenir le pouvoir, quitte à brûler le pays », répond un diplomate de l’Union Africaine

A la faveur de la campagne présidentielle au Gabon, Jean Ping est parvenu à lisser son image d’apparatchik du régime de Bongo père et à endosser les habits neufs de l’opposant vertueux. Même si pour beaucoup, il ne s’agit que d’un déguisement destiné à tromper l’opinion, cette posture semble avoir été payante. En effet, nombreux sont ceux qui, ces derniers mois, ont oublié le passé d’un homme qui a fait toute sa carrière sous l’aile protectrice du patriarche Omar Bongo. Une situation cocasse, qui ne manque pas de faire sourire ceux l’ont côtoyé durant de longues décennies.

Le «cacique des caciques» sous le régime d’Omar Bongo

Ce sera l’un des faits les plus marquants de cette campagne présidentielle au Gabon. A 73 ans, Jean Ping a tenté, avec un succès certain, d’incarner la modernité aux yeux de ces concitoyens. «Tout le talent de Ping durant cette campagne aura été de se présenter comme un homme nouveau, de revêtir aux yeux de l’opinion les habits neufs de l’opposant politique pour s’attirer la sympathie des médias. Mais il y a de quoi douter de sa sincérité. Pour moi, il ne s’agit que d’un déguisement», nous confie un politologue gabonais. Nombreux sont ceux, cependant,à être tombés dans le panneau. «Ping, c’est l’une des plus grandes ruses de l’Histoire politique du Gabon. Cocasse», lâche notre interlocuteur.

Cocasse, c’est bien le mot pour qui connait l’homme et son parcours. Même si en politique, les peuples ont la mémoire courte… «Les années Omar Bongo, ce sont aussi les années Jean Ping», rappelle un professeur de droit public de l’Université de Libreville. «De tous les candidats qui se sont présentés à l’élection présidentielle, le plus comptable du bilan de l’ancien Président, c’est lui», poursuit-il avant d’égrener son CV qui se confond avec l’Histoire politique contemporaine du Gabon.

LIRE AUSSI: “Qui est Jeanne-Thérèse Ping, l’épouse de Jean Ping et grande amie de Dominique Ouattara

En effet, Jean Ping a été l’une des figures les plus marquantes du régime d’Omar Bongo. Ces dernières décennies, il a noué des liens étroits avec la famille Bongo, qui lui ont permis de se hisser au sommet du pouvoir gabonais et où la raison politique le dispute aux sentiments. Il fut en effet le compagnon de Pascaline Bongo, la sœur aînée d’Ali avec laquelle il a eu plusieurs enfants. Sans conteste, cette alliance lui a permis d’assouvir son ambition politique. L’ex-gendre d’Omar Bongo a été de 1984 à 1990 le madré chef de cabinet d’Omar Bongo. Une position qui l’a placé au cœur du cœur de la machine Bongo avant de se lancer dans une riche carrière ministérielle, sanctionnée par six portefeuilles différents, dont celui stratégique des Affaires étrangères. Au sujet de son ancien mentor, Jean Ping n’a jamais caché son admiration. «Un homme extrêmement rusé, intelligent. Une intelligence instinctive… Il savait remarquablement manœuvrer les hommes,» confiait-il au Monde en août dernier.

Pourquoi Ping a basculé dans l’opposition ?

Mais ces liens très forts avec le clan Bongo s’étiolent rapidement après le décès du patriarche. «Pas pour des raisons politiques, mais pour des raisons de carrière, d’ambition personnelle», précise notre professeur de droit public. «Au fond, Jean Ping, c’est l’histoire – classique – d’une ambition frustrée», tranche-t-il.

C’est en 2012 que la rupture entre les deux hommes est consommée. Ali Bongo refuse d’apporter son soutien à Ping pour la reconduction de son mandat à la tête de la Commission de l’UA, qu’il présidait depuis 2008. De ce jour, Jean Ping voue une haine viscérale à Ali Bongo et jure sa perte. En février 2014, c’est décidé, il bascule dans l’opposition. «Ce ne sont pas des raisons idéologiques qui ont poussé Ping dans les bras de l’opposition. Mais bel et bien, une histoire de vengeance personnelle», nous confie un de ses ex-proches collaborateurs.

Discours haineux et casseroles…

Dès lors, Jean Ping, «l’Edmond Dantès gabonais », n’aura plus qu’une obsession. Barrer la route à un nouveau mandat d’Ali Bongo, quels qu’en soient les moyens. Quitte d’ailleurs à recourir à la violence (verbale), non sans susciter des polémiques que l’intéressé s’est évertué à faire oublier avec application. Il y a plusieurs mois, lors d’un meeting dans la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, Jean Ping a suscité l’émoi. Il avait appelé l’assistance à «réveiller les morts pour l’accompagner en guerre et éliminer les cafards» du pays. Un discours haineux et belliqueux, qui pourrait s’apparenter à un appel à la guerre civile et rappeler les heures les plus sombres au Rwanda.

Nouvelles controverses ces derniers jours : Mamadi Diané, un conseiller du président ivoirien, Alassane Ouattara, aurait prêté main forte à Jean Ping, en introduisant au Gabon des hackers et en conseillant à Ping de susciter la démission de certains représentants au sein de la Cenap afin d’alimenter les tensions. L’affaire éventée, le conseiller de Ouattara a été limogé. Mais l’épisode a laissé des traces et écorné l’image d’un Ping pacifiste et démocrate. Beaucoup estiment d’ailleurs que les manifestations violentes dans les rues de Libreville et Port-Gentil – l’Assemblée nationale étaient en flammes lundi dernier – ne répondent pas à un mouvement de foule spontané mais à un plan réfléchi de longue date, destiné à déstabiliser le pouvoir, une fois le résultat de l’élection présidentielle connu.

«Royaume» versus autocratie

«Jean Ping n’est pas un démocrate. Il utilise les armes de la démocratie pour conquérir le pouvoir», fait remarquer un diplomate de l’Union Africaine. «Il est prêt à tout pour obtenir le pouvoir, quitte à brûler le pays», ajoute-t-il.

Pour ce politologue gabonais, «le projet d’Ali Bongo est, dans une large mesure, en rupture avec ce qui s’est fait précédemment. A l’inverse, le programme électoral de Jean Ping reflète davantage la doctrine du PDG, l’ex-parti unique, canal historique», analyse-t-il avant de conclure : «au fond, le véritable héritier, c’est peut être lui». Un avis loin d’être isolé au Gabon.

«Certains disent qu’avec Ali Bongo, le Gabon serait un royaume. Mais avec Jean Ping, ç’aurait été une autocratie. Je me demande ce qui est le mieux», s’interroge, perplexe, Alex, étudiant en gestion à Port-Gentil. «Ping nous dit de respecter la volonté du peuple gabonais. C’est nouveau. En avait-il le souci durant ces dernières décennies ?», s’interroge non sans ironie notre professeur de droit public de Libreville, avant de lâcher : «Ping a une double personnalité. C’est le Dr Jekyll et Mr Hyde de la vie politique gabonaise.»

Brice Laccruche Alihanga

Source: TimesGabon.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*