Rancune, vengeance, intimidations : Le vrai visage d’un Vivre Ensemble mensonger

Rancune, vengeance, intimidations : Le vrai visage d’un Vivre Ensemble mensonger

Le 6 mai 2011, en pleine euphorie de l’investiture, Alassane Ouattara disait à propos de son élection comme président de la république : « ce n’est pas la victoire d’un camp contre un autre mais la fraternité retrouvée et l’amorce d’un nouveau départ. Allons résolument à la réconciliation ».

Trois ans après, beaucoup d’eau a coulé sous le pont et les actes posés semblent avoir oublié les engagements pris ce jour-là par le toujours patron des républicains en violation des dispositions de la Constitution. Le vivre ensemble, chanté et présenté comme le principe cohésif devant conduire à une gouvernance en faveur de tous, sans injustice et susceptible de faire se retrouver et fraterniser les ivoiriens divisés par une lutte impitoyable de plusieurs années pour le pouvoir semble devenu caduc à l’épreuve de la gestion quotidienne des affaires de l’Etat. Le Président Alassane Ouattara à qui incombait la responsabilité de réunir les ivoiriens autour de leur seul bien, la Côte d’Ivoire, et sur qui comptait la communauté internationale pour réaliser le rêve de concorde des ivoiriens n’a pas réussi à les réconcilier. Son discours clivé, l’impunité qu’il accorde aux criminels de son camp, l’emprisonnement sans jugement pendant des années de nombreux partisans de l’ancien régime et la chasse toute récente à l’entourage des “vrais candidats” contribuent à transformer les fossés de la division entre les ivoiriens en vallées de la haine et de la rancune. A travers cet article, nous invitons les ivoiriens à apprécier cet échec. La fébrilité qui gagne son camp n’augure rien de bon pour l’avenir. Nous espérons néanmoins que les faits à venir nous donneront tort.

Le rattrapage : la promotion administrative à la sauce ethnique 

« Il s’agit d’un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les communautés du nord, soit 40% de la population, étaient exclues des postes de responsabilité. (…) Sur ce terrain-là, on ne peut rien me reprocher ».

Ces propos à relents vindicatifs que le Président Ouattara, le 30  mars 2012 a nié pourtant avoir tenu (« je n’ai jamais dit cela. Je ne me reconnais pas dans ces propos » répondit-il sèchement à la journaliste Agnès Kraidy qui voulait en savoir davantage) sont intéressants parce qu’ils révèlent un nouveau critère de promotion sociale, l’ethnie. En effet, pour la première fois dans l’histoire de la Côte d’Ivoire indépendante,  l’appartenance ethnique est devenue un critère de compétence et intervient officiellement de par la bouche du Président de la République dans les nominations aux postes de l’administration. Une telle politique de promotion administrative à base ethnique est, dans le fond, une forme d’épuration ethnique de l’administration publique puisqu’elle a été suivie de licenciements abusifs et massifs dans certains EPN. En catégorisant ainsi les citoyens en ceux qui, proches de l’ethnie du Président de la République, sont bons pour occuper les postes administratifs et ceux qui ne le méritent pas, le Président Alassane Ouattara contribue à approfondir les divisions et les rancoeurs. Sur la base de cette subjectivité ethnique, on crée plus de frustrations dans le corps social qu’on ne favorise le vivre ensemble. On ne peut pas avoir combattu pendant des années le délit de patronyme appliqué lors des contrôles de police à l’endroit des gens du nord et venir mettre en place le rattrapage ethnique à un niveau jamais égalé. L’exemple de l’armée qui a été pris pour justifier la mise en place de cette politique ne nous dit pas dans les 60% restants quelle est la proportion d’akan, de krou et de mandé du sud si on réduit la soixantaine d’ethnies que compte la Côte d’Ivoire à cinq grands groupes (voltaïque et mandé du sud compris). Nous ne le répéterons jamais assez, c’est une politique dangereuse qui, en plus, viole l’article 10 de la Constitution qui stipule que « toute propagande ayant pour but ou pour effet de faire prévaloir un groupe social sur un autre ou d’encourager la haine raciale ou religieuse est interdite » et exacerbe inutilement les tensions ethniques dans un pays qui sort d’un long conflit provoqué par la stigmatisation d’un groupe social. Et puis, d’Houphouët-Boigny à Laurent Gbagbo en passant par Konan Bédié et Guéi Robert, les gens du nord ont-ils été exclus dans les nominations aux postes administratifs. Que non !

Il est de notoriété, en politique et partout dans le monde, que ceux qui prennent le pouvoir choisissent leurs collaborateurs. Mais cela est limité à quelques postes stratégiques que le pouvoir discrétionnaire des directeurs généraux, des ministres et autres le permet. Mais jamais cela ne va, par exemple, du ministre au planton puisque celui qui arrive forme son cabinet que le ministre qui suivra a la possibilité de changer mais collabore avec le personnel recruté par l’Etat qu’il a trouvé sur place. Il ne procède pas, sous le prétexte de dégraisser les effectifs, à des licenciements pour mettre les gens de sa tribu à la place de ceux qu’il a licenciés. Il y a contradiction dans la démarche. Malgré cela, de nombreuses structures ont exécuté le mot d’ordre de rattrapage ethnique.

Supposons un seul instant que Barack Obama, après son élection (la première) avait décidé de nommer les noirs à tous les postes de responsabilité de l’administration étasunienne et de remplacer le personnel blanc par des noirs sous le prétexte que ces derniers ont été victimes, pendant des siècles, de ségrégation affichée et sournoise, comment ce ays qui aspire à être un modèle de démocratie à l’échelle mondiale serait-il vu ? Mais le Président Ouattara n’a pas peur de présenter la Côte d’Ivoire comme une de ces nombreuses bonnes républiques africaines encore engluées dans les problèmes ethniques.

En fait, le Président Ouattara avait besoin de faire la promotion des cadres de son parti et de caser des militants, majoritairement du nord. Et, face à l’équation du choix ethnique mal vu en ce 21e siècle, surtout que depuis des décennies, il lui est reproché de ne pêcher ses militants que dans le nord sociologique et de ne prêcher que pour les populations de cette zone, il avait besoin d’un alibi qui tienne la route et qui soit capable de contrer toute éventuelle réprobation locale et internationale surtout ; les propos ont été tenus à plus de 6000 km des berges de la lagune ébrié, donc principalement destinés à attendrir l’extérieur. Un bouc émissaire est alors vite trouvé, en la personne de Laurent Gbagbo et voué aux gémonies alors que Mamadou Koulibaly a bien montré que, depuis 2002, c’est Alassane Ouattara qui gouverne réellement le pays (cf. son article 2002-2010 : Gbagbo sur le trône, Ouattara aux commandes). En jouant sur la fibre ethnique, le Président Ouattara rallie émotionnellement les populations de la zone septentrionale de la Côte d’Ivoire à sa cause et les maintient dans une sorte de captivité à visée électoraliste. Cette parade a bien marché puisqu’elle a servi de prétexte à des licenciements pour caser les siens à la Sotra, à la RTI, au port d’Abidjan et ailleurs dans les structures étatiques. Les déflagrations sociales dans l’ex-Yougoslavie de 1991 à 1993 et au Rwanda en 1994 rappellent que les promotions ethniques à grande échelle n’augurent, sur le long terme, rien de bon pour les pays qui les pratiquent. C’est d’ailleurs ces promotions ethniques et la perpétuation de l’impunité, laquelle finit par apparaître dans la mentalité générale comme un passe-droit, qui ont conduit, la plupart du temps, à ces désastres. Le Président Ouattara a ainsi plus approfondi les clivages qu’il n’a rapproché les ivoiriens les uns des autres. Les quelques exemples de cadres d’autres ethnies qui servent à brouiller les cartes ne parviennent pas à convaincre du contraire ; une seule main ne pouvant cacher le soleil. Le vivre ensemble est malmené par le rattrapage ethnique avec son lot de chômage, lui aussi, ethnique.

La vengeance justicière et le coussin confortable de l’impunité

« Ce n’est pas la victoire d’un camp contre un autre mais la fraternité retrouvée et l’amorce d’un nouveau départ. Allons résolument à la réconciliation » disait le tout nouveau président dans son discours d’investiture. Mais dans les faits, c’est le contraire qu’il est donné de voir. Les vainqueurs de la guerre qui a fait plus de 3000 morts se sont attelés méticuleusement à museler et rendre inoffensifs les perdants de la finale d’Abidjan à travers deux stratégies dont la mise en œuvre est assurée par les appareils judiciaire et sécuritaire. Au sortir du 11 avril 2011, de nombreux cadres de l’ancien pouvoir se sont retrouvés en prison et en exil pour les plus chanceux. Sur eux va s’abattre la machine judiciaire et sécuritaire aux fins de les neutraliser totalement. Les chefs d’accusation retenus contre eux tournent autour des crimes économiques, des crimes de sang et de l’atteinte à la sureté de l’Etat. Ça c’est de l’histoire que chaque ivoirien connaît parfaitement.

Ce qui est à retenir de cette histoire, c’est le déséquilibre que présente le traitement de ses différents acteurs. De nombreux rapports d’organismes internationaux comme celui de la commission nationale d’enquête épinglent les deux camps ayant combattu pour le contrôle de la ville d’Abidjan et des villes de l’intérieur pour des cas de violation massive des droits de l’homme et de crimes contre l’humanité. Mais contre toute attente, la justice ne s’acharne que sur les perdants ; laissant libres de leurs mouvements les vainqueurs. Même la justice internationale dite impartiale est, jusque-là, engagée dans cette même voie d’acharnement contre les perdants. Les enquêtes sont accélérées lorsqu’elles concernent le camp des vaincus mais prennent du temps lorsqu’elles s’appliquent au camp des vainqueurs. La cour pénale internationale observe aussi la même logique partiale dans la conduite des enquêtes. On attend vainement que les criminels notoirement connus du camp Ouattara prennent aussi le chemin de la Haye. On se demande bien à l’analyse laquelle des deux justices inspire l’autre tellement le dilatoire est réciproque dans les stratégies de communication mises en place de part et d’autre. Certaines mauvaises langues parlent même de collusion entre les deux.

Le danger de cette approche sélective, c’est de montrer qu’un mort n’en vaut pas un autre et d’encourager les uns à se faire justice eux-mêmes. La partialité de la justice internationale et de la justice ivoirienne dans le traitement des crimes commis lors des violences post-électorales fait le lit d’une amnistie de fait dommageable à la cohésion nationale. Le dernier congrès de LIDER tenu le 8 novembre dernier attire l’attention sur cette erreur d’appréciation dans laquelle se sont engagées la justice locale et la cour pénale internationale comme si la justice n’était rien d’autre qu’un instrument de vengeance contre les indécrottables récalcitrants des bords de la lagune ébrié. Le fait pour les partisans du régime impliqués dans les crimes post-électoraux de jouir de tous leurs droits et de bénéficier de promotion dans l’armée pour services rendus est susceptible d’engendrer des frustrations chez les victimes qui se sentent ainsi lésées dans leur droit à la justice. Pourtant, le Président avait promis prendre ses responsabilités (« J’ai mis en place une commission nationale d’enquête qui rendra son rapport d’ici à la fin de février. Les individus incriminés seront jugés sur la base de ce document, et non à partir d’études rédigées par des ONG des droits de l’homme dont les équipes ont passé une semaine ou dix jours en Côte d’Ivoire. Si certains chefs militaires ont failli, ils seront démis de leurs fonctions et arrêtés. Dans un régime présidentiel, je peux mettre fin par décret, si besoin, au mandat de tel ou tel »). Les résultats des enquêtes de la commission nationale d’enquête lui en donnaient l’occasion. Mais il n’a jusque-là pas encore fait ce qu’il avait promis en 2011.

Ce que les ivoiriens doivent savoir, cependant, c’est qu’avec Alassane Ouattara tout est question de stratégie et il a fait sienne cette règle de Machiavel selon laquelle la fin justifie les moyens. Alassane Ouattara savait l’après-pouvoir difficile si le FPI gardait toutes ses forces. Il lui fallait neutraliser durablement cette force qui l’aurait énormément gêné dans sa gestion du pouvoir. Laurent Gbagbo et le FPI ont été poussés à la faute. D’aucuns pensent que la donne aurait changé si les FDS avaient pris le dessus sur les FAFN. Mais ils ne pouvaient pas avoir le dessus. L’Etat de Côte d’Ivoire d’alors ne pouvait pas avoir le dessus face à la pression internationale. Quelle économie, quelle armée, quelle industrie militaire, quelle diplomatie avons-nous pour prôner la résistance si ce n’est conduire tout le monde à l’abattoir ? En politique, l’irrationnel des révélations prophétiques agrémentées de récits bibliques n’a pas sa place. Les uns et les autres oublient que la bible sur laquelle ils fondent leurs convictions politiques prophétiques, quoique sacrée, reste dans sa conception une superposition littéraire d’histoires, de légendes et de mythes auxquels on a trouvé et conçu une logique spirituelle. Les scènes d’il y a des milliers d’années se sont produites dans un environnement spirituel, politique, social et technologique totalement différent de l’environnement actuel du 21e siècle après Jésus-Christ. La propagande prophétisante qui soutient un tel discours d’endoctrinement au contrat d’adhésion aveugle est dangereuse pour les citoyens. La Côte d’Ivoire ne pouvait donc que passer à la trappe. Les vociférations émotionnelles sont bonnes pour créer des martyrs mais ne peuvent gagner face à la puissance médiatique, diplomatique, économique et militaire occidentale. Il aurait fallu agir autrement, reculer pour mieux sauter. Mathieu Kérékou a réussi à le faire dans son pays et est resté un modèle du genre puisqu’il a été rappelé après l’échec éclatant du technocrate. Si la passation de charges entre le président sortant et le président entrant avait eu lieu selon les règles constitutionnelles, il aurait été difficile au RDR de faire la razzia observée aux différentes élections. Mais on ne refait pas l’histoire avec des “si”.

Face à un froid calculateur qui n’en donne pas l’air comme Alassane Ouattara et qui, en plus, avance par petites touches, il ne faut pas donner dans l’émotionnel qui trouble la raison. Malheureusement, beaucoup sont encore dans l’émotionnel. Pendant ce temps, la vengeance justicière bat son plein et l’impunité pousse de grosses racines. L’objectif : priver l’adversaire de ressources humaines et financières susceptibles de l’aider à rebondir. La prison brise et on s’en remet difficilement. Le manque de ressources paralyse. L’un dans l’autre, on a du mal après à occuper convenablement le terrain de la lutte politique. On comprend pourquoi certains comme Mamadou Koulibaly n’ont jamais été rétablis dans leurs droits d’ancien président d’institution. Tout cela participe d’une stratégie bien montée de neutralisation et de décapitation de tout adversaire susceptible de contre-carrer le projet d’Alassane Ouattara de faire un second mandat. Si on veut empêcher un oiseau de s’envoler, il faut lui casser les ailes. Alassane Ouattara a bien tiré les leçons de son ascension politique favorisée par l’acharnement de Bédié contre sa personne et le laisser-faire de Laurent Gbagbo, deux hommes, deux méthodes avec des “tares” idéologiques ataviques. Malheureusement, il s’est lui aussi engagé dans la première voie et cela risque de le desservir. Le personnel politique ivoirien doit comprendre qu’Alassane Ouattara est une bête politique. Bédié l’a sous-estimé et est réduit aujourd’hui à lui servir d’ascenseur. Gbagbo a fait pareil et a été pris à son propre jeu. Le dard du scorpion est mortel mais le scorpion est toujours rongé de l’intérieur. Comment déboulonner dans les urnes celui qui se croit indéboulonnable. Il faut de l’imagination et savoir exploiter, sans forcément recourir à l’insurrection, la moindre faille et trouver son ventre mou, ce qui l’angoisse.

« On veut de vrais candidats » : l’espoir déçu

Marcel Amon-Tanoh, le directeur du cabinet du Président Ouattara, disait à Abengourou, le 15 novembre 2014, à la place de la solidarité : « Alassane Ouattara veut affronter des candidats en 2015. Contrairement à ce que beaucoup de personnes pourraient penser, le Président Alassane Ouattara veut des candidats en face de lui en 2015. Et, il veut de bons candidats parce qu’il a un bilan à défendre ».

Au moment où Amon-Tanoh prononçait ces paroles, il ne pouvait pas s’imaginer qu’une hydre sortirait des rangs du PDCI, rassuré qu’il était par l’appel de Daoukro. Il s’agissait donc de fanfaronner et de narguer les soi-disant petits candidats déjà déclarés. Les velléités de candidature au sein du PDCI sont venues rompre brutalement la douillette tranquillité dans laquelle était installé le Président Alassane Ouattara. Et, la réaction des hommes de son camp a été prompte, à la hauteur du choc ressenti après l’annonce non espérée par eux de certaines candidatures. En recourant à l’argument selon lequel on ne change pas une stratégie payante, il est appliqué à l’un des candidats déclarés de l’écurie PDCI, en l’occurrence Charles Konan Banny, le traitement de faveur appliqué au FPI en se disant qu’après avoir politiquement et pratiquement brisé des hommes de gauche qui puisent leur force combative dans l’idéologie des masses, il serait plus facile de décourager et d’annihiler les ambitions présidentielles d’un homme qui, par la trajectoire sa vie et sa filiation, puise ses ressources caractérielles dans l’idéologie des élites. Le Président Alassane Ouattara serait-il prêt à faire vivre à au premier ministre Konan Banny le calvaire que lui a fait vivre le président Bédié ? Ce serait une “belle” revanche sur l’histoire !

Il y a de l’acharnement juridique. Celui-ci porte d’abord sur les proches collaborateurs déclarés de Charles Konan Banny. Nous ne réfléchissons pas sur la probabilité que ce qui est allégué contre messieurs Arthur Aloco et Oka Sylvain soit fondé ou non mais sur les enjeux politiques de leur incarcération. La célérité avec laquelle le dossier a été monté et sa coïncidence avec la révélation des velléités présidentielles de Banny incitent à penser qu’il s’agit d’une persécution politique. Les grilleurs d’arachides sont de tous les bords qui sont passés à la tête de l’Etat. Personne, en Côte d’Ivoire, n’est issue d’une famille d’industriels ou de grands banquiers comme cela s’est passé en Europe dans la constitution des générations de fortunés. Chacun de ceux qui ont participé à la gestion de ce pays est susceptible de trainer des casseroles. L’esprit d’équité aurait voulu que cette opération main propre s’étende à tous ceux qui violent la Constitution chaque jour, détournent l’argent public, passent des marchés de gré à gré, procèdent à des nominations qui favorisent des conflits d’intérêt, transforment arbitrairement des organisations de bienfaisance en organisation d’utilité publique financées par le contribuable, y injectent officiellement le 14 décembre 2012 un fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire d’un montant de un milliard de francs CFA. Le chapelet des griefs serait long à égrener ici. Malheureusement, l’on n’est pas en Europe ou aux Etats-Unis où l’enrichissement illicite est puni par des mécanismes constitutionnels et où on doit justifier chaque centime de l’argent public dépensé. La parabole biblique de la paille et de la poutre s’appliquerait bien à cette situation qui défraie la chronique.

L’acharnement juridique, tel que nous l’appréhendons, consiste à s’en prendre aux proches de Banny pour salir leur image et les briser politiquement. C’est la première approche. La seconde approche consiste, par ce coup politico-médiatico-juridique, à décourager tous ses éventuels soutiens qui ne se sont pas encore déclarés ouvertement. L’objectif final est de salir le candidat Banny en stigmatisant ses proches. Une fois son image ternie par association analogique avec ses proches (« qui s’assemblent se ressemblent » est l’argument insidieusement exploité) et le vide autour de lui fait parmi ses soutiens, les réseaux médiatiques, politiques et juridiques du pouvoir vont s’atteler à le démonter lui-même. Nul doute que les services de renseignement seront mis à contribution pour collecter toutes les informations nécessaires pour clouer aux piloris celui qui est considéré, parmi les candidats déclarés, comme le potentiel challenger, donc le candidat le plus sérieux. La fébrilité observée ces derniers jours parmi les tenants du pouvoir s’explique par leur volonté de museler monsieur Banny. Certainement qu’à terme et par journaux interposés, des dossiers sortiront qui épingleront sa gestion des affaires de l’Etat. Pour avoir accepté d’être le président de la CDVR non indépendante et dont les décisions devaient avoir l’aval préalable du Chef de l’Etat avant d’être exécutées (LIDER n’a jamais cessé de dire que les textes instituant la CDVR et signés par le Chef de l’Etat programmaient l’échec de sa mission), monsieur Banny a donné à ses adversaires le fouet qui va servir à le flageller. Salir au maximum son image est le leitmotiv. On sait combien l’image qu’on se tisse ou qu’on donne à voir de l’autre est importante dans la comptabilité politique. C’est la légitimité de Charles Konan Banny comme candidat à la magistrature suprême qui est concernée ici. Cette domination légitime qui, selon Max Weber, suscite l’adhésion des masses à une personne ou à un projet est celle que les services du Président Alassane Ouattara s’attèlent à démolir au bulldozer juridico-médiatique. Son honorabilité et sa moralité managériale ne sont pas en reste. La pique des 16 milliards alors qu’il a toujours crié à l’insuffisance de moyens participe de ce projet-là.

Charles Konan Banny est la cible de ces attaques politiques par justice interposée (ce qui montre encore une fois que la justice ivoirienne est loin d’être indépendante) parce que lui et le président sortant partagent sensiblement le même background. Tous deux appartiennent à l’élite tout court. Ils sont bien nés avec une filiation aristocratique, bien formés en étant passés par des institutions de prestige et ont occupé des postes de responsabilité importants. Tous deux appartiennent aussi à l’élite technocratique qui les rend susceptibles d’être facilement adoubés par le monde de la finance, des affaires et la communauté internationale formée par les puissants du monde. Il n’est pas exclu que lui aussi ait un carnet d’adresses puisque cela fait parti depuis 2010 des arguments de campagne en Côte d’Ivoire. Par ce background qui lui confère une position de souveraineté et que partagent tous ceux qui sont bien nés et bien formés, Banny jouerait les trouble-fêtes dans la volonté d’Alassane Ouattara d’avoir un électorat du centre captif (même si le centre baoulé n’est pas tout le PDCI mais sa base originelle) ; celui-ci devant s’ajouter à l’électorat du nord jugé aussi captif dans sa majorité. Ce qui justifie qu’on se concentre principalement sur lui à la différence des autres candidats déclarés. Mais cet acharnement risque de desservir le Président Alassane Ouattara parce que l’électorat du PDCI sait que c’est lui qui l’a couronné roi au second tour de la présidentielle de 2010. De nombreux membres de cet électorat pensent qu’il est tout légitime, pour eux, d’avoir un candidat issu de leur rang pour négocier après les conditions d’un soutien. L’acharnement sur la personne de Charles Konan Banny ou de tout autre membre de cet électorat sera interprété comme le fait de lui dénier un droit légitime après les mésaventures de 99, 2000 et 2010. Celui-ci engendrera de la sympathie autour de sa personne en vertu de la tendance naturelle de l’être humain à avoir de la compassion pour celui qui est victime de harcèlement sur la scène publique. Il est à craindre aussi le recours stratégique, par presses interposées, au repli identitaire pour l’honneur des populations qui ont été ainsi instrumentalisées par le rattrapage dans le but de satisfaire les ambitions d’un homme ; le rattrapage assure un conditionnement des esprits au réflexe ethnique. Les amalgames du genre dissidents PDCI = pro-Gbagbo risquent d’être utilisés avec abondance pour réveiller les blessures non encore cicatrisées de la crise post-électorale. Ces amalgames poussent sournoisement à des conclusions émotionnelles. Ils servent à susciter la peur de perdre le prestige politique acquis depuis 2010 ainsi que le rejet et le mépris à l’endroit de tous ceux qui veulent contrarier le projet du Président Alassane Ouattara de se succéder à lui-même. La haine de l’autre est ainsi inséminée dans le cœur des uns et des autres sans qu’ils aient conscience de la manipulation opérée. Si cela advenait ce serait dangereux pour  la cohésion sociale et, les violences post-électorales de 2015 risquent d’être d’un cran au-dessus de celles de 2010. Depuis 1995, le nombre de morts après chaque élection va en s’augmentant en Côte d’Ivoire. On pourrait assaisonner tout cela avec la pensée conspirationniste qui va faire s’alourdir davantage l’atmosphère sociale et politique. Déjà, la lecture de certains articles de presse montre le glissement pernicieux vers une argumentation qui réveille les meurtrissures et autres blessures de la crise post-électorale afin d’approfondir la fracture sociale et espérer en tirer des dividendes électoralistes. Si cela continue, on aura à la veille des élections un électorat ou des électorats gonflés à bloc qui voudront en découdre. Ce projet machiavélique doit être abandonné parce que la déflagration qui s’en suivra risque de replonger le pays dans l’instabilité et de repousser pour longtemps encore l’espoir d’avoir une Côte d’Ivoire unie.

En conclusion, on retient que le Président Alassane Ouattara n’a pas pu relever le défi du vivre ensemble donné comme intitulé de son programme de gouvernement en 2010. La haine, la peur, la colère générées par l’éclatement de la société ivoirienne suite à l’attaque du 19 septembre 2002 n’ont pas été bannies du quotidien des ivoiriens. A elles se sont superposées de nouvelles haines, de nouvelles frustrations créées exprès par le Président Ouattara pour consolider durablement son pouvoir. Surfer sur la division ethnique, s’en servir officiellement comme critère de promotion dans l’administration publique ne peut augurer rien de bon. Sous le Président Ouattara, la politique continue de diviser les ivoiriens au lieu de les rassembler autour du développement de la Côte d’Ivoire, lui qui avait pourtant promis se placer au-dessus des clivages ethno-tribaux. Le silence des frustrés du rattrapage ethnique et de la vengeance justicière qui ne fait droit qu’aux victimes d’un seul camp donne l’illusion que la réconciliation est réussie. Se fondant sur cette illusion, on se met à créer de nouvelles tensions.

Vivre ensemble devrait signifier que chacun, sans distinction d’ethnie ou de religion, devrai avoir les mêmes chances d’accéder aux emplois publics. Vivre ensemble devrait signifier que le droit est dit pour tous et qu’on fait droit à toutes les victimes quel que soit leur bord à cause du principe d’exemplarité de la peine qui décourage toute récidive. Le vivre ensemble est une valeur républicaine que les républicains des bords lagunaires d’Abidjan ont oubliée dans la gestion du pouvoir d’Etat. Le Président Ouattara a bâti des ponts en béton en vertu du principe de la continuité de l’Etat. Mais il a oublié de bâtir les ponts de la concorde entre les cœurs divisés afin de faire de la Côte d’Ivoire non pas un état d’ethnies qui ne se rassemblent qu’autour de leurs différences mais une nation avec un seul ennemi et un seul but : la pauvreté et la sortie du sous-développement. Les incantations de l’émergence (alors que rien ne nous y conduit ; il y a quand même des conditions internationales que la Côte d’Ivoire est très loin de satisfaire) répétées à tue-tête et en chœur par une horde de courtisans n’y feront rien du tout si les cœurs restent frustrés et divisés. Pour la présidentielle à venir, les ivoiriens auront besoin de quelqu’un qui va les aider  à se rassembler autour de l’essentiel qu’est la Côte d’Ivoire multiculturelle et multi-ethnique, qui résout ses contradictions par la force des mots et non par la force des armes d’assaut. Les ivoiriens auront besoin de quelqu’un qui les aidera à se reconstruire une identité collective en bannissant l’impunité, le népotisme déguisé en justice sociale et en mettant en place un état de droit non pas formel mais réel.

Pr Fobah Eblin Pascal

 Délégué national à l’Ecole et à l’Emploi de LIDER

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.