Rapport de forces politique: Que vaut le Rdr sans les Forces nouvelles ?

Rapport de forces politique: Que vaut le Rdr sans les Forces nouvelles ?

Qui du Rdr et des Forces nouvelles fait la force de l’autre ? La question mérite d’être posée, tant le parti au pouvoir semble ne reconnaitre aux Forces nouvelles d’aucune utilité dans son ascension au plan politique.

«Si la rébellion dirigée par Soro Guillaume a pu prospérer, et revendique aujourd’hui «la paternité » d’une quelconque victoire, c’est parce qu’ils ont été soutenus par les militants du Rdr qui ont vu en eux, le reflet de l’idéal qu’ils ont toujours souhaité, et qui s’incarnait au président Ouattara.» Telle est la déclaration de Salimata Dembelé-Diarra, un cadre du Rdr.

Selon donc ce militant du Rdr, c’est grâce au soutien des membres du parti dans leurs bastions que l’ex-rébellion a pu prospérer. Mais cela serait-il étonnant lorsqu’on sait que les combattants des Forces nouvelles ne sont que des militants du Rdr ou des partisans d’Alassane Ouattara ? Non. Le Rdr n’est pas une machine électorale. Porté sur la violence politique et la fraude de tout genre, il ne réussit ses avancées que dans cette violence. Ainsi dans le boycott actif du Front républicain (Fpi-Rdr), de 1995 contre le pouvoir Bédié, ce sont les militants du Rdr qui ont excellé dans la violence.

Dans le coup d’Etat du 24 décembre 1999, l’on a retrouvé des proches d’Alassane Ouattara (ancien garde du corps). Et ce sont ces militants du Rdr qui se sont retrouvés dans l’ex-rébellion du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (Mpci) devenu plus tard Forces nouvelles (Fn). Mais selon Zakaria Koné, alors chef rebelle, la rébellion a été créée pour porter au pouvoir Alassane Ouattara, président du Rdr. C’est pourquoi il la finançait à hauteur de 25 millions par mois.

En clair, le Rdr et l’ex-rébellion sont une même communauté avec deux noms différents. Et c’est l’aile radicale, plus brutale du parti qui a pris les armes pendant que les autres jouent les civils. C’est grâce aux armes des Forces nouvelles qu’il y a eu la Table ronde de Linas-Marcoussis tenue en banlieue parisienne en janvier 2003. Un Accord de dupes, où le Rdr a pris malhonnêtement des galons avec des ministres Rdr et des ministres Forces nouvelles, alors que ces ministres sont en vérités tous des militants du seul et même Rdr.

C’est à cause des armes des Forces nouvelles que Alassane Ouattara qui n’avait pas droit à la présidentielle, a pu y participer en 2010. C’est avec les armes des Forces nouvelles que Ouattara a tenu sa promesse de « rendre la Côte d’Ivoire ingouvernable » pendant une décennie. Et ce, pendant même que ses ministres (Rdr et Fn) participaient au gouvernement de Laurent Gbagbo.

Lorsque le Rdr partait à une négociation avec le pouvoir, où il était surreprésenté avec sa double identité de Rdr et de Forces nouvelles, les armes de sa version « Forces nouvelles » faisaient pression sur le terrain par la violence. C’est grâce aux armes des Forces nouvelles que le Rdr a obtenu l’organisation de la présidentielle en 2010 sans le dépôt des armes par sa branche armée. Et c’est cette branche armée qui, pendant l’élection présidentielle, a violenté les partisans du candidat Laurent Gbagbo au Nord et procédé, au profit de Ouattara, à des bourrages inimaginables des urnes.

Avec souvent le nombre de votants plus élevé que celui des inscrits dans le bureau de vote. Et pour donner coûte que coûte le pouvoir à Alassane Ouattara président du Rdr, alors déclaré perdant par le Conseil constitutionnel, ce sont les armes des Forces nouvelles associées à celles des mercenaires burkinabé, Cedeao et celles de la coalition franco-onusienne qui ont fait la guerre à la Côte d’Ivoire en mars-avril 2011. Au regard de tout cela, que vaut le Rdr sur l’échiquier politique national sans les Forces nouvelles, son arme de destruction massive ? Sa force étant concentrée dans les armes des Forces nouvelles, que peut-il sans l’ex-rébellion ? On l’a vu récemment en janvier 2017 et les mois suivants.

Pour des primes de guerre réclamées, la mutinerie des ex-combattants des Forces nouvelles allait abréger le régime du Rdr. Tout le pays était paralysé. Et cela, en un temps record. Et le ministre délégué à la Défense et le ministère de la Défense-même étaient aux mains des insurgés. Le Rdr s’était terré, incapable de reprendre le pays des mains des mutins. C’est par leur propre volonté qu’ils n’ont pas franchi le pas et ont rendu le pays.

Donc, que vaut le Rdr s’il n’a pas dans ses rangs les Forces nouvelles ? Malgré la fraude massive sur la nationalité qu’il a organisée en faveur des ressortissants de la Cedeao, il n’est pas capable de gagner une élection sans la pression des armes. Le voilà incapable de calmer des Forces nouvelles en colère. Que vaut donc le Rdr dans ces conditions ?

Germain Séhoué

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE